La décision du Fonds monétaire international de permettre à Kiev de faire défaut sur sa dette envers Moscou porte une grave atteinte à sa réputation, estime l’économiste Gerald Celente.

Dans une interview accordée à Sputnik, le chef du Trends Research Institute Gerald Celente a indiqué que cette décision du FMI allait à l’encontre de ses propres règles.

« Permettre à Kiev de faire défaut sur sa dette de 3 milliards de dollars d’euro-obligations envers la Russie contredit les règles de l’institution. Pourtant, ils sont désormais prêts à le faire », a déclaré M.Celente.En mars 2015, le Fonds a approuvé un plan d’aide financière de 124,5 mds USD destiné à stabiliser l’économie ukrainienne. Cependant, conformément aux règles du FMI, le plan d’aide devait être suspendu si l’Ukraine faisait défaut sur sa dette de 3 mds USD avant la fin de l’année 2015.

A l’heure actuelle, le FMI révise sa politique de prêts à des pays en situation d’arriérés et peut modifier ses dispositions d’ici le 30 novembre.

« Ceci est un exemple du comportement des grands banquiers. Ils agissent comme si ces règles et ces lois n’existaient pas. Ils font juste ce qu’ils veulent », estime l’interlocuteur de l’agence.L’analyste rappelle que l’administration Obama a exercé des pressions sur le président ukrainien de l’époque, Viktor Ianoukovitch, afin qu’il accepte les conditions pour l’octroi d’une aide du FMI en décembre 2013. Depuis lors, le pouvoir a été changé en Ukraine, suite à un soulèvement populaire, tandis que la situation économique du pays ne cesse de se détériorer.

« Aucune prédiction ne s’est réalisée. Avec un nouveau gouvernement, ils ont organisé des élections, mais cela n’a rien changé », souligne M.Celente.

Toujours selon lui, au lieu d’encourager et de stimuler le développement du capitalisme, le FMI entrave ce processus en Ukraine.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.