Le programme de la NSA américaine (National Security Agency) prévoyant la collecte des données sur les communications téléphoniques des Américains, restera en vigueur pour encore un mois, suite au refus de la cour de New York de prononcer un arrêt immédiat.

La cour d’appel de New York a refusé jeudi 29 octobre de prononcer l’interdiction immédiate à l’égard du programme de la NSA qui vise à collecter les informations, mettant sur écoute les conversations téléphoniques des citoyens.

Le 2 juin 2015, le Congrès américain a adopté un projet de loi interdisant la surveillance massive à l’endroit des Américains. Le document, surnommé « Acte de liberté des USA », interdit aux services de renseignement de prélever chez les fournisseurs d’accès Internet des informations sur les télécommunications des citoyens.

La loi prévoit d’ailleurs une période transitoire de six mois lors de laquelle la NSA, responsable de la sécurité des systèmes d’information et du traitement des données du gouvernement américain, devrait s’adapter à ces nouvelles conditions.

Pourtant, l’Union américaine pour les libertés civiles a réclamé une interdiction immédiate de la surveillance et a présenté la demande correspondante devant la cour d’appel. Le juge a toutefois refusé la demande.

« La cessation brusque de ce programme contreviendrait aux intérêts de l’Etat s’agissant du contrôle des menaces terroristes », a-t-il motivé son décision.

Par conséquent, la surveillance de masse fonctionnera encore avec la société américaine pendant un mois.

La réforme du système de collecte des données par les services de renseignement des USA a été provoquée par le scandale autour d’Edward Snowden. Cet ancien employé des services secrets des USA a rendu publiques, en 2013, des données selon lesquelles la NSA avait effectué un espionnage de masse touchant non seulement les citoyens américains, de l’Union européenne, mais également des dirigeants mondiaux

Publicités

Une pensée sur “La justice US diffère l’interdiction d’espionnage par la NSA”

  1. Bonjour, il faudrait envers certains politiques, voter une loi de: Privation de banane sur autrui, pour tentative de meurtre préméditer, car ayant voulu faire chuter son prochain sur peau de celle ci. Voila… Et pour suite, un jardin zoologique peu très bien faire l’affaire comme cellule, car là au moins, nous pourrions leurs lancer des cacahuètes, et le risque serait moindre… SURTOUT PAS D’ORANGE!!! sinon la vitamine C pourrait stimuler encore plus leurs désir d’éplucher encore plus vite nos dossier!!! A PRESCRIRE!!! NSA, m’entends tu??? Bien à vous(pas à vous, NSA!!!) mais pour les marchands de cacahuètes!!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.