Le CRIF réagit à la proposition de résolution de l’UNESCO d’incorporer le mur des lamentations  à Al-Aqsa

Communiqué de presse

Le CRIF exhorte l’UNESCO à rejeter la résolution visant à déclarer site musulman le Mur des Lamentations, lieu le plus saint du judaïsme.

Roger Cukierman, Président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), met en garde l’UNESCO contre la responsabilité qui résulterait d’une résolution déclarant le Mur des Lamentations partie de la mosquée Al-Aqsa.  L’adoption d’une telle résolution par le Conseil Exécutif de l’UNESCO ne réussirait qu’à exacerber les tensions en Israël.
Roger Cukierman rappelle que la Constitution de l’UNESCO stipule très clairement que l’objectif de l’organisation est de contribuer à la paix et à la sécurité en favorisant la collaboration et la coexistence. Si le Conseil exécutif de l’UNESCO acceptait de soutenir une telle résolution, ce serait se moquer de ce principe fondateur. L’UNESCO ne doit pas devenir le champ de bataille des conflits à caractère religieux.
Le président du CRIF ajoute:  » Les Juifs vivent et prient à Jérusalem depuis des milliers d’années. Depuis 1967, l’Etat d’Israël protège le droit de culte de toutes les religions monothéistes présentes à Jérusalem, y compris le droit des musulmans à prier sur le Mont du Temple.  Cet exemple est d’autant plus remarquable que dans la région, les juifs d’abord, puis les chrétiens et l’ensemble des minorités religieuses se sont vus refuser ce droit fondamental d’exercer sa religion.
« En déclarant le Mur occidental du Mont du Temple, lieu le plus saint du judaïsme, comme site musulman, l’UNESCO se livrerait à une parodie indigne. Au lieu de favoriser la paix, il ne ferait qu’encourager les fanatiques d’intensifier leur campagne contre les Juifs, en Israël et au-delà, et aussi contre les Chrétiens et contre les autres religions « .
Roger Cukierman lance donc un appel solennel aux 58 pays membres de l’exécutif de l’UNESCO pour voter contre la proposition: « Chacun doit comprendre que cette résolution n’a rien à voir avec la protection des lieux saints de Jérusalem, mais qu’il n’est ici question que du dénigrement d’Israël.  Cela ne ferait que favoriser la haine, et légitimer la violence.  Ce texte doit être combattu par tous ceux qui croient en la liberté de religion.
La proposition en question, qui est parrainé par six Etats arabes (Algérie, Egypte, Koweït, Maroc, Tunisie et les Émirats arabes unis) au nom des Palestiniens, propose de déclarer que le Mur occidental partie de la mosquée Al-Aqsa et soit appelé Buraq Plaza.
En outre, ce projet de résolution vise à confirmer une décision de l’UNESCO faisant du Caveau des Patriarches et du Tombeau de Rachel, deux sites de Cisjordanie saint pour les juifs et les musulmans, faisant partie d’un Etat palestinien.
Il accuse enfin Israël pour la récente vague de violence et de terreur palestinienne, et demande instamment que l’Etat juif soit condamné pour les fouilles près du Mont du Temple et dans la Vieille Ville de Jérusalem, et pour ce qui est appelé «l’agression et les mesures illégales prises contre la liberté de culte et l’accès des musulmans à la mosquée Al-Aqsa et les tentatives d’Israël pour briser le statu quo depuis 1967 « .
Cette proposition est indigne de l’UNESCO et de tous ceux qui se compromettraient en acceptant de la signer, voire même de s’abstenir de voter contre.
CRIF
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.