« L’enfer est pavé de bonnes intentions » … le ministère de la Justice aussi

« L’enfer est pavé de bonnes intentions » … le ministère de la Justice aussi

Montage : BV
Dans le monde judiciaire, « la crise de nerfs pour tous », c’est maintenant.
Me Sabine de Villeroché
Avocate
Membre du Comité central du FN

De bonnes intentions, le gouvernement n’en manque pas. Sous couvert d’accès de tous à la justice, Mme Taubira a, une fois de plus, provoqué la colère des « robes noires ».

C’est toujours la même mécanique qui produit ses effets pervers. Avec le « mariage pour tous », c’est la famille disloquée ; les « migrants pour tous », la communauté nationale remplacée ; « l’école pour tous à la Najat », le niveau des élèves rabaissé.

Avec « la justice pour tous », le monde judiciaire est pour le moins affecté.

Souvenez-vous, il y un an, à l’annonce du projet de loi Macron sur la refonte des professions judiciaires, les huissiers, greffiers, avocats et notaires étaient dans la rue pour manifester leur opposition.

L’idée de M. Macron : libre installation, abaissement des tarifs des actes afin que « tous » puissent y avoir recours.

Et les notaires et huissiers de tirer la sonnette d’alarme : si les petits actes ne leur rapportent plus rien, ils n’y procéderont plus et préféreront s’occuper de leur clientèle aisée aux dossiers plus juteux. Quel professionnel suffisamment charitable acceptera de se pencher sur le cas du plus faible ?

Un an après, la loi est passée en force à l’Assemblée grâce au 49-3, les « économiquement faibles », eux, patienteront…

Autre idée « bien-pensante » de Mme Taubira : son grand projet de réforme pénale. Idée maîtresse : repenser la peine carcérale.

Pas de chance pour le garde des Sceaux, puisque c’est à la suite de l’agression de l’un des leurs par un délinquant bénéficiant d’une permission de sortie que les policiers ont défilé à Paris et en province mercredi dernier. Mobilisation de la profession pour dénoncer pêle-mêle les décisions de justice à la sauce Taubira, le manque de moyens, leur incapacité à assurer le quotidien suite aux attentats deCharlie Hebdo, l’augmentation de la délinquance, les rixes de Calais…

À l’autre bout de la chaîne pénale, la situation s’envenime pour le personnel pénitentiaire qui n’arrive plus à faire face à l’augmentation de la population carcérale (2 % en un an) et se plaint du manque de moyens (eux aussi ?).

Il fallait vider les prisons, les « aménagements de peine pour tous », çà aurait pu être une bonne idée, mais construire 20.000 places supplémentaires, c’en est une autre qui colle mieux à la réalité de ce que vivent les intéressés… Manifestation prévue pour eux le 22 octobre.

Quant aux avocats… ils paralysent les tribunaux depuis mardi ; en cause, « l’aide juridictionnelle pour tous ». Bonne intention mais mauvaise pioche pour Mme Taubira, qui veut puiser le financement dans la poche des avocats dont la rémunération sera, par ailleurs, abaissée. Trouvera-t-on encore des robes noires pour assister les plus démunis ? Les magistrats, lassés de se voir accusés de laxisme, promettent d’emboîter le pas des mécontents dans les prochains jours.

Dans le monde judiciaire, « la crise de nerfs pour tous », c’est maintenant.

Me Sabine de Villeroché.
Source: Boulevard Voltaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils