Sur fond des frappes fructueuses de l’aviation russe en Syrie, la coalition internationale souhaite à son tour intensifier sa lutte contre les islamistes.

La coalition internationale dirigée par Washington vise à ouvrir « un front majeur » dans le nord-est de la Syrie afin de faire pression sur Raqqa, fief des islamistes, rapporte The New York Times, se référant aux sources du Pentagone et de la Maison Blanche.Selon les sources, Barack Obama, a approuvé les mesures visant à accélérer l’offensive. Notamment, il a autorisé pour la première fois la fourniture directe de munitions et éventuellement de certaines catégories d’armes à l’opposition syrienne. Le président américain a également soutenu l’idée d’intensifier les frappes à partir des bases aériennes turques, précise le journal.

Ces mesures, destinées à effectuer une offensive sur Raqqa, prévoient d’impliquer l’aviation de la coalition ainsi que de 3.000 à 5.000 combattants de l’opposition, en conjonction avec les 20.000 insurgés kurdes, affirment les sources.

En outre, l’édition indique que les activités militaires des Etats-Unis et de ses alliés auront lieu « loin de la zone où la Russie poursuit sa campagne de frappes aériennes, dans l’ouest de la Syrie ».

A la différence de la coalition internationale conduite par les Etats-Unis, qui intervient militairement contre l’EI depuis août 2014, l’Armée de l’air russe a entamé une opération militaire contre l’EI en Syrie mercredi dernier, à la demande du président syrien Bachar el-Assad et sur décision du président russe Vladimir Poutine. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d’armes, de munitions et de combustibles appartenant à l’EI. Les cibles sont déterminées sur la base des données fournies par les services de renseignement russes et syriens, notamment par la reconnaissance aérienne.Selon les sources officielles, les frappes réalisées par l’aviation russe portent déjà leurs fruits, car les djihadistes opérant en Syrie quittent les zones contrôlées en masse.

Publicités

Une pensée sur “La coalition US ouvre un nouveau front contre l’EI”

  1. Dire que pendant toute un année, qu’une coalition de 50 pays aux côtés des USA a bombardé le groupe terroriste Da3ach, alors que en réalité, ce ne sont que les USA à eux seuls qui simulaient bombarder Da3ach en Syrie, ce qui est prouvé que ce fut un simulacre, rien que par l’expansion de Da3ach géographiquement en Syrie et en Irak, sous le regard bienveillant par satellites des autorités militaires américaines. C’est donc une histoire Hollywoodienne que tout le monde a du y croire, en tout cas pas moi, ni les autorités syriennes ni les russes. En réalité les USA voulaient entretenir une nouvelle guerre de cent ans dans le but de disloquer la région du Moyen-Orient et le reste du monde entier, afin de le dominer. Comme point de départ la Syrie, l’Irak, l’Iran, au Moyen-Orient, et progressivement vers les mers du Pacifique, donc la Chine, l’Asie Centrale et la Russie? C’est aussi par des conflits internes qu’il faut provoquer entre groupes cultuels, ethniques, culturels, d’un même état, étendu au reste des pays du monde afin de les affaiblir, pour avoir l’assurance d’être la seule puissance dominante au monde pour une période d’un siècle. Ce n’est plus la doctrine de Brezinski, ni de Kissinger, mais celle de Ronald Reggan ex président des USA, copier sur celle que les anglais de la Couronne Britannique utilisèrent pour conquérir tout l’Inde et le reste de leur Empire. Armer l’Iran et l’Irak pour qu’ils se rentre dedans, durant plus de sept ans, puis détruire l’Irak; et ainsi de suite, ce fut bien les premiers pas de cet acteur Hollywoodien en vêtement de Cow-boys.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.