Publié par Cellule44

(Par Pat Buchanan)

BREIZATAO – KOMZOU DIEUB (08/09/2015) Patrick Joseph « Pat » Buchanan (né le 2 novembre 1938 à Washington DC, États-Unis) est un journaliste et homme politique américain, commentateur politique sur la chaine MSNBC, cofondateur du magazine The American Conservative et cofondateur de la fondation paléo-conservatrice The American Cause. Il a été conseiller politique des présidents Richard Nixon, Gerald Ford et Ronald Reagan.

“L’islam à la conquête de l’Europe”

Par Pat J. Buchanan

“Le gauchisme est l’idéologie du suicide occidental” a écrit James Burnham dans son livre écrit en 1964, “Le suicide de l’Ouest”.

Burnham prédisait que l’empathie irréfléchie des progressistes, qui subordonnent les intérêts de leurs propres peuple et nation à des impulsions utopiques et altruistes, mèneraient à la destruction de la civilisation occidentale.

Avait-il tort ? Considérez ce qui est en train de se passer en Europe.

La Serbie, la Hongrie et la Slovaquie, de petites nations sentant qu’elles vont être submergées par des “demandeurs d’asile” venus du monde musulman, essaient de fermer leurs frontières pour sécuriser leur territoire.

Leur instinct de survie, leur conscience des principes élémentaires du “canot de sauvetage”, est juste. Pourtant, ils sont dénoncés pour tenter de se sauver.

Pendant ce temps-là, le Pape appelle partout les Catholiques à accueillir les “demandeurs d’asile” et Angela Merkel accueillera 800 000 d’entre eux pour cette seule année, ce alors que le grondement a déjà commencé en Bavière.

Ce n’est que le début de ce qui doit venir, si l’Europe ne remonte pas le pont-levis.

Car les milliers de Syriens dans les Balkans, la Hongrie, l’Autriche et l’Allemagne ne sont que la première vague. Derrière eux, au Liban, en Turquie et en Jordanie se trouvent 4 millions de réfugiés de la guerre civile syrienne. Voyant le succès de la première vague, ils sont maintenant en marche.

Derrière eux se trouvent 2 millions d’Alaouites [minorité chiite de Syrie, ndlr] et 2 millions de Chrétiens qui vont fuir la Syrie lorsque le régime de Bachar Al Assad tombera au profit de l’Etat Islamique et des terroristes d’Al Qaeda qui occupent déjà la moitié de ce territoire ensanglanté.

Maintenant les Irakiens, qui vivent dans un pays où les perspectives de réunification et de pays s’éloignent, ont commencé à se déplacer. Egalement présents parmi les milliers qui pénètrent en Europe depuis la Turquie se trouvent des Pakistanais, des Bangladeshis et des Afghans. Quand les Américains quitteront l’Afghanistan et que les Talibans prendront leur revanche, plus d’Afghans fuiront vers l’Occident.

L’Afrique compte un milliard d’habitants, un nombre qui va doubler d’ici à 2050, et doubler encore pour atteindre 4 milliards en 2100. Est-ce que ces milliards d’Africains vont continuer d’endurer une vie de pauvreté sous des régimes impitoyables, incompétents, corrompus et tyraniques si la porte de l’Europe reste grande ouverte ?

Ce qui va arriver n’est pas difficile à prédire.

L’Europe va tomber à court d’altruisme bien avant qu’elle ne tombe à court de réfugiés. Car, comme le disait le New York Times lundi dernier, il n’y a pas de fin en vue à la venue des migrations du Tiers-Monde et du monde musulman en Europe.

Les groupes humaintaires, dit le Times, affirment que “des vagues successives de migrants… sont en route, peut-être pour des mois ou même des années, avant que les guerres, la pauvreté et les autres causes sous-jacentes des dislocations ne s’apaisent”.

Mais avec l’expansion du terrorisme, du Nigéria au Maghreb jusqu’au Moyen-Orient, les guerres s’étendant, en plus de la pandémie dictatoriale dans ces pays, est-ce que la pacifique, prospère et libre Europe ne sera pas toujours un aimant ?

Si l’Europe ne ferme pas ses frontières, qu’est-ce qui va empêcher le monde musulman et le Tiers-Monde de venir et de repeupler le continent avec les leurs, tandis que la démographie des populations d’Europe s’effondre et qu’elles disparaissent ?

Est-ce que l’Europe sera encore reconnaissable au milieu de ce siècle ?

L’inévitable réaction face à ce qui est en train de se passer a déjà commencé.

Les nations européennes vont se diviser avec des partis anti-immigrants comme le Front National en France ou l’UKIP en Grande-Bretagne qui gagneront des soutiens jusqu’à ce que les partis de gouvernement adhèrent aux restrictions sur l’immigration ou bien soient balayés.

Il y a déjà des réactions en Allemagne et en Autriche face aux dizaines de milliers d’immigrés qui ont été invités à rentrer.

L’Europe de l’Est, avec l’effondrement des naissances de ses populations de souche, a montré peu d’intérêt dans l’accueil des migrants. Quoique attaqué par son opposition, Benjamin Netanyahou en Israël n’admettra pas de “demandeurs d’asile” arabes ou musulmans. Ayant construit un mur allant de Gaza à Eilat pour empêcher les Africains de traverser le Sinaï, un autre séparant la Cisjordanie d’Israël, Benjamin Netanyahou construit à présent un mur le long de la frontière jordanienne.

Le chef de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, a déclaré qu’il accueillerait les “demandeurs d’asile” palestiniens. Les deux camps savent que, dans cette lutte, la démographie peut préfigurer le destin.

L’accord de Schengen qui garantit l’ouverture des frontières entre les nations de l’Union Européenne ne survivra probablement pas à cette invasion. Les vieilles frontières nationales de l’Europe seront réétablies.

Et les divisions deviennent plus profondes entre les pays sur le nombre à accueillir, et quand fermer la porte, l’UE peut elle-même s’effondrer sur cette question particulièrement capitale et sensible.

Les milliers de migrants déferlant en Europe et les centaines de milliers puis les millions venant après eux vont forcer les Européens à répondre à une question existentielle.

Qui sommes-nous ? Sommes-nous uniques en tant que peuples originaux issus d’une race, d’une tribu, d’une histoire, d’une foi, d’une langue et d’une culture identifiables par le reste du monde et en tant que tels dignes d’être préservés au prix de nos vies ?

Sommes-nous Allemands, Russes, Polonais, Italiens, Espagnols ou Français d’abord ?

Ou sommes nous simplement des “Européens” [au sens uniquement géographique du terme, ndlr], un peuple qui vit sur le plus petit continent du monde, partageant une croyance commune en l’égalité de tous les peuples et cultures, dans l’athéisme et la sociale-démocratie ?

A l’exception de l’homme progressiste, toutes les espèces de forme de vie animale réagissent ou s’éloignent quand d’autres espèces s’aventurent sur leur territoire.

Donc, à la fin, Burnham avait probablement raison.

Le gauchisme est l’idéologie du suicide occidental.

(source : Blog de Pat Buchanan, traduction par Breiz Atao)

“Migrants” : Les enjeux géopolitiques que cache le torrent de propagande “humanitaire”, par Boris Le Lay

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.