« Je ne crois pas qu’un relèvement des taux de la Fed créera une crise majeure, mais cela créerait des turbulences », a déclaré Kaushik Basu. (Crédits : Reuters)
Hé bien voilà, on y arrive doucement … Le spectre d’une hausse des taux et d’un arrêt du flux d’argent gratuit commençait à faire vraiment vaciller le château de cartes qu’est devenue l’économie mondiale . Donc comme on pouvait facilement le prévoir, l’hydre de la finance mondiale fait marche arrière . (ou plutôt, elle est sur le point de continuer sa fuite en avant)

Une news important car on voit bien ici le cirque interne étasunien . Car qui controle la banque mondiale ? Qui controle la FED ??? Hé bien, ce sont les mêmes !  La même « clique » de banksters .

Ce que nous vivons est un chaos contrôlé, qui peut croire que Yellen et sa bande ne savent pas ce qu’ils font ?!

Ils ont le doit sur la détente, et comme si l’économie de la bulle, insoutenable et non viable, qu’ils ont développé n’était pas encore assez énorme, ils pourraient bien continuer à la gonfler encore plus, de sorte que quand ils appuieront sur la détente, le chaos sera encore plus grand .

Et plus ils attendent (ou « continuent ») , plus les bulles d’actifs gonflent, plus l’économie mondiale se distord, et plus la chute sera brutale .

Et tout cela évidemment, ils ne le savent que trop bien …

En attendant, la route pour le QE 4 (planche à billet 4) et le « Big print » , est défrichée … Z
Parce qu’il craint que cela déclenche « panique et agitation » dans les marchés émergents, tout en minant la croissance américaine, l’économiste en chef de la Banque mondiale déconseille à la Fed de relever ses taux d’intérêt en septembre. En parallèle, l’institution revoit ses chiffres de croissance mondiale à la baisse.

Après le FMI, voilà une nouvelle institution économique mondiale qui s’inquiète d’un probable relèvement des taux d’intérêt de la Fed en septembre. L’économie mondiale manque de stabilité, donc la Réserve fédérale des Etats-Unis ne doit pas relever ses taux d’intérêt, estime la Banque mondiale par la voix de son chef économiste dans un interview du « Financial Times », mercredi 9 septembre.

Kaushik Basu considère en effet qu’une telle action aurait des conséquences négatives: « Je ne crois pas qu’un relèvement des taux de la Fed créera une crise majeure, mais cela créerait des turbulences. […] L’économie mondiale semble prise dans de telles difficultés que si les Etats-Unis se lancent dans une initiative très rapide au milieu de tout cela, j’ai le sentiment que cela affectera certains pays assez durement. »

Il estime notamment qu’un relèvement pourrait entraîner d’importantes fluctuations des monnaies des pays émergents et même déclencher « panique et agitation » dans la région. Et du côté des États-Unis, cela entraînerait un renforcement du dollar qui entraverait la croissance du pays, selon lui.

Par ailleurs, après le FMI, la Banque mondiale est sur le point de revoir à la baisse ses prévisions de croissance mondiale –estimée à 2,8% en juin–, en raison des ralentissements chinois et brésilien.

« S’assurer que les indicateurs économiques sont absolument confirmés »

Les propos de l’économiste de la Banque mondiale rejoingnent ceux du FMI. Dimanche 6 septembre, Chritine Lagarde, la directrice de l’institution a également exhorté la Fed à bien réfléchir avant de relever ses taux.

« Il est préférable de s’assurer que les indicateurs économiques sont absolument confirmés, qu’il n’y a aucune incertitude, ni sur le front de la stabilité des prix, ni sur le front de l’emploi et du chômage, avant qu’elle prenne effectivement cette initiative. »

source

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.