Article | 31. mai 2015 – 11:59

Bernard-Henri Lévy avec le président ukrainien. D. R.

Bernard-Henri Lévy avec le président ukrainien. D. R.

Excellente décision que celle que vient de prendre le président Vladimir Poutine. Il est désormais interdit à l’agent du Mossad Bernard-Henri Lévy de fouler le sol russe. Instigateur de la dislocation de plusieurs pays arabes, ce faux philosophe au service du sionisme international a été mandaté pour provoquer des guerres civiles dans les pays dont les régimes étaient opposés à la politique interventionniste et hégémonique de l’Occident. Son rôle dans l’assassinat du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi est avéré.

Passible d’un tribunal international, Bernard-Henri Lévy est néanmoins protégé par un système judiciaire pervers inféodé aux puissances occidentales. L’assassinat de Kadhafi visait à étouffer l’affaire des millions de dollars versés au candidat Sarkozy, lorsque celui-ci le reçut à Paris et se plia aux lubies du guide excentrique. Devenu gênant, cet acteur majeur de la politique africaine devait être abattu et son pays voué à une guerre civile qui menace jusqu’à son existence en tant qu’Etat. Ses richesses pétrolières sont pillées et ses fonds séquestrés par les banques occidentales. Bernard-Henri Lévy a également joué un rôle prépondérant en Egypte, en Tunisie et au Yémen, mais il n’a pas réussi à étendre son plan diabolique à l’Algérie, bien qu’il y ait trouvé des soutiens actifs. Le feu n’avait pas pris et les manifestations de janvier 2011 avaient lamentablement échoué.

Le but de ce vautour n’étant pas de renverser le pouvoir de Bouteflika, mais de faire se soulever les Algériens les uns contre les autres. Son activisme en faveur du régime pro-occidental de Kiev a été décrié par plusieurs milieux opposés à la politique belliciste de la France dont le président, François Hollande, s’est résigné à une intermédiation entre les chefs d’Etat russe et ukrainien lorsque les Européens ont compris que Moscou ne «rigolait» pas et qu’une escalade du conflit russo-ukrainien risquait d’embraser toute l’Europe. Le dernier défilé militaire organisé par le Kremlin, le 8 mai dernier, a été interprété comme une sérieuse mise en garde contre les pays qui œuvrent à déstabiliser la Russie en encourageant un régime hostile à sa frontière. Berné par ses alliés occidentaux et par la rhétorique guerrière de Bernard-Henri Lévy, Kiev a perdu une partie de son territoire et risquait de voir l’Ukraine envahie par l’armée russe si les dirigeants ukrainiens continuaient de servir de tête de pont à l’Otan.

Bernard-Henri Lévy a mis en place une grossière propagande pour faire croire à son implication sur le terrain aux côtés de l’armée ukrainienne. Mais des médias ont vite dévoilé son imposture en diffusant ses photos prises dans un studio parisien, entouré de faux soldats et brandissant le drapeau de ce pays. Cette poule mouillée, souvent entarté, voire frappé, lors de ses conférences, réagit en prenant ses jambes à son cou, incapable de se défendre, lui qui lance des cris de guerre à partir des plateaux de télévision feutrés des capitales occidentales et se rend sur le champ de bataille une fois que les armes se sont tues pour se nourrir de charogne.

M. Aït Amara

Publicités

2 pensées sur “Poutine interdit à l’agitateur sioniste Bernard-Henri Lévy d’entrer sur le territoire russe”

  1. A reblogué ceci sur salimsellami's Bloget a ajouté:
    Apparemment, #Botul le vampire des carpettes semble oublier le discours haineux qu’il a tenu à la place Maidan durant les evénementsà l’endroit des autorités russes et notamment leprésident Poutine. Bravo Mr le Président !

  2. Le plus incroyable, ces ses entrées dans les médias français et en général, chez les élites politiques, financières … Il est détesté mais passe partout, se mêle de tout … On aura beau me dire, mais parfois, le complot …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.