Michel Garroté

Politologue, blogue
  • Vatican-OCI-1

Vatican-OCI-1

« Comment changent les musulmans en Europe ? », telle était la question (en apparence ambiguë) posée lors de la 4e rencontre des évêques et délégués pour les rapports avec les musulmans en Europe, rencontre organisée par le Conseil des Conférences Episcopales d’Europe (CCEE) à l’abbaye de Saint-Maurice, en Bas-Valais (Suisse), du mercredi 13 au vendredi 15 mai. Une quarantaine de participants, experts (présumés) en « dialogue avec les musulmans en Europe », ont été guidés dans leurs travaux, par le Cardinal Jean-Pierre Ricard (cardinal-archevêque de Bordeaux et ancien vice-président du CCEE de 2006 à 2011).

Le très islamophile cardinal Jean-Louis Tauran, Président du Conseil Pontifical pour le « Dialogue Interreligieux » était également présent, alors que les évêques se sont interrogés sur une éventuelle radicalisation des musulmans en Europe et sur la façon dont cette question est abordée au sein des communautés musulmanes. Autres sujets qui ont été abordés pendant ces trois jours : la possibilité de promouvoir une « culture du dialogue » entre chrétiens et musulmans ; et les « dynamismes culturels et religieux » des musulmans du continent européen.

La « possibilité de promouvoir » une culture du dialogue ? Autrement dit, cette possibilité reste à promouvoir et elle n’existe pas pour l’instant. Mais dans ce cas, à quoi le dialogue, débuté il y a soixante ans, a-t-il servi durant cette longue période ?

Dans une récente déclaration du Saint-Siège, le même cardinal Tauran a dénoncé une « stigmatisation des musulmans » à la suite des violences commises au nom de la religion (comprenez : violences commises par des musulmans au nom de l’islam). « Continuer à dialoguer, aussi quand on fait l’expérience de la persécution, peut devenir un signe d’espérance. », selon le cardinal Jean-Louis Tauran, qui a réaffirmé sa confiance dans le dialogue avec l’islam en dépit du contexte de violences commises au nom de cette religion. Le cardinal français a ajouté, dans sa déclaration, que le dialogue avec les musulmans est « plus que jamais » nécessaire face à la « radicalisation du discours communautaire et religieux ».

Tauran dénonce, dans ce climat, « une stigmatisation croissante et banalisée des musulmans et de leur religion ». En clair, lorsque Tauran dénonce la « radicalisation du discours communautaire et religieux », il vise non pas les musulmans, mais les autres, puisqu’il dénonce, dans la même déclaration, « une stigmatisation croissante et banalisée des musulmans et de leur religion ». « Dans ce contexte, nous sommes appelés à renforcer la fraternité et le dialogue », a plaidé Tauran, qui fut (hélas) longtemps actif au sein de la diplomatie vaticane : « Les croyants constituent un formidable potentiel de paix », ajoute Tauran. Avec ce torrent d’inepties, on croit rêver…

Michel Garroté, 18 mai 2015

Sources :

http://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Actualite/Monde/Les-eveques-europeens-se-penchent-sur-les-rapports-avec-les-musulmans-2015-05-13-1312034

http://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Actualite/Rome/Le-cardinal-Tauran-estime-le-dialogue-avec-l-islam-plus-que-jamais-crucial-2015-04-22-1305227

LESOBSERVATEURS.CH

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.