Alimuddin Usmani

Journaliste indépendant, Genève
Alimuddin Usmani : Le nombre de réfugiés en Méditerranée augmente à une vitesse phénoménale. Quelle en est selon-vous la principale raison?

Petr Mach : Les raisons principales sont évidemment les guerres civiles en Libye et en Syrie.

Alimuddin Usmani : Pensez-vous qu’il soit possible de stopper cet afflux de masse?

Petr Mach : Lorsque les guerres civiles et le chaos en Libye et en Syrie prendront fin alors cette vague de réfugiés s’arrêtera.

Alimuddin Usmani : De nombreux réfugiés possèdent un niveau d’instruction faible, ils ne s »intègrent pas facilement au marché du travail et dépendent des aides sociales. Ils préfèrent aller en Suède ou en Allemagne plutôt qu’en République tchèque qui a accueilli seulement 0,2% des réfugiés de l’UE. Comment expliquez-vous que la République tchèque parvienne pour l’instant à dissuader la plupart des demandeurs d’asile?

Petr Mach : Ils reçoivent une aide sociale généreuse en Suède. Certains réfugiés ont déjà de la famille installée sur place et il y a de larges communautés immigrées, notamment musulmanes en Suède. La République tchèque n’offre pas des aides sociales aussi élevées et sa minorité musulmane est quasiment inexistante, c’est pour cela qu’il y a peu de réfugiés qui cherchent à venir en République tchèque.

Alimuddin Usmani : Parmi les mesures annoncées par Bruxelles pour faire face à cet afflux de réfugiés figure un projet pilote qui stipule que 5000 personnes seront accueillies, réparties sur l’ensemble du territoire européen. Les demandes d’asile pour l’année 2014 en République tchèque se sont élevées à 1000 environ, essentiellement de la part de l’Ukraine, du Vietnam ou de la Syrie. La Suède, dont la population est moins élevée que la République tchèque, a recueilli environ 78000 demandes d’asile, surtout des Erythréens et des Syriens. Ne craignez-vous pas que l’UE contraigne la République tchèque à accueillir plus de réfugiés à l’avenir?

Petr Mach :Russe En République tchèque vivent de nombreux ressortissants Ukrainiens, Vietnamiens, Moldaves et Russes. Il n’est pas nécessaire qu’ils demandent l’asile car ils peuvent recevoir un permis de séjour permanent. La République tchèque n’a pas de problème avec ces étrangers. Ils travaillent et leur intégration dans la société se passe bien. La société tchèque ne veut pas en revanche que l’Union européenne lui impose des quotas. Il ne serait également pas juste de réinstaller un réfugié en République tchèque alors qu’il cherchait à s’établir en Allemagne.

Alimuddin Usmani : L’Australie installe ses réfugiés dans des îles du Pacifique ou bien au Cambodge. Le Premier ministre Abott a conseillé l’Europe de suivre son exemple. Qu’en pensez-vous?

Petr Mach : L’Italie possède des camps de réfugiés à Lampedusa et en Sicile. Mais leur capacité d’accueil est insuffisante. L’Italie devrait avoir de la place pour les réfugiés clandestins en attendant qu’un pays membre puisse leur accorder l’asile. Un tel endroit pourrait être situé soit sur le territoire de l’UE, soit sur le territoire d’un pays avec lequel il serait conclu un accord.

Alimuddin Usmani : En 2011 vous avez exprimé votre opposition à l’égard de l’intervention militaire de l’OTAN en Libye. Les réfugiés partent essentiellement de la Libye car l’Etat ne fonctionne pas. Les dirigeants de l’UE étaient majoritairement favorable à cette intervention. Pensez-vous qu’ils s’attendaient à une telle situation?

Petr Mach : J’étais effectivement contre l’attaque en Libye. Il n’est pas possible de renverser un régime puis de laisser le pays s’installer dans le chaos. Je ne comprends pas à quoi s’attendaient des politiciens comme Sarkozy et Obama.

Alimuddin Usmani, le 23 avril 2015

Source: Lesobservateurs.ch

édité par Nikola Divjak

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.