ARTICLE | 08/04/2015 | Par Antoine Pasquier

La Coordination des chrétiens d’Orient (Chredo) demande à la RATP de reconnaître les chrétiens d’Orient comme victimes du conflit contre Daech. Cette dernière refuse. Le juge des référés se prononcera le 13 avril.

La justice devra finalement trancher. Bien que la RATP ait finalement accepté, lundi de Pâques, de remettre la mention « Pour les chrétiens d’Orient » sur les affiches du concert des Prêtres, la Coordination des chrétiens d’Orient (Chredo) ne s’en satisfait pas.

L’association présidée par le conseiller régional Patrice Karam demande à la régie des transports parisiens un mea culpa en bonne et due forme. « La RATP a invoqué le principe de la neutralité pour affirmer qu’elle ne pouvait pas “prendre part dans un conflit de quelque nature que ce soit”. Ce faisant, elle plaçait les chrétiens d’Orient sur le même plan que les islamistes de Daech. C’est inacceptable ! », tonne Patrice Karam. « Les chrétiens d’Orient sont victimeset pas partie prenante dans cette guerre. »

Les dirigeants de la RATP s’obstinent à ne pas reconnaître les chrétiens d’Orient comme des victimes.

Si la pression politique et médiatique a eu raison de l’intransigeance de la RATP, cette dernière refuse toujours d’admettre une erreur d’appréciation dans son argumentation. Les négociations à l’amiable entamées le 7 avril n’ont abouti à aucun accord entre les deux parties. « Les dirigeants de la RATP s’obstinent à ne pas reconnaître les chrétiens d’Orient comme des victimes. » C’est donc le juge des référés qui a été sollicité pour trancher ce différend, quand bien même le caractère de l’urgence ne semblait plus fondé en raison du revirement de la RATP.

Une nouvelle campagne du 14 au 20 avril

Dans la petite salle d’audience du TGI de Paris, mercredi 8 avril, où quelques réfugiés irakiens avaient pris place aux côtés d’une poignée de représentants de la Chredo, les avocats des deux camps ont chacun tenté de faire pencher la balance en leur faveur. « Comment les chrétiens pourraient-ils être parties au conflit, alors qu’ils ne sont pas armés et qu’ils ont fui leur terre ? », a argué Me Samya Maktouf, conseil de la Chredo. « La RATP se cache derrière ce principe de neutralité », a-t-elle poursuivi, invoquant une « erreur manifeste d’appréciation » de la régie des transports parisiens.

Refusant de se prononcer sur le fond de l’affaire, l’avocat de la RATP et de Métrobus, Me Jean Henri Kohn, a dénié à la Chredo tout intérêt à agir dans cette affaire. « Vous n’êtes pas l’annonceur, en l’occurrence TFI Entreprise », a-t-il souligné. Il a également battu en brèche l’idée d’une urgence à agir alors que le concert n’interviendra que le 14 juin et que la campagne publicitaire est achevée depuis le 30 mars. D’ailleurs, ce recours en justice a-t-il encore une raison d’être après les trois communiqués de la RATP et de Métrobus publiés entre le 4 et le 7 avril ?

« Il a été donné satisfaction », insiste Me Kohn, précisant qu’une nouvelle campagne sera gracieusement offerte du 14 au 20 avril. « Ce que cherche la Chredo, c’est obtenir un arrêt de règlement sur une question de fond. Mais vous n’avez pas la compétence pour cela », a lancé l’avocat à la magistrate. « Si une décision est donnée sur le fond, mon client risque d’avoir des demandes émanant de toutes les confessions. Comment pourra-t-il les refuser ? », conclue Me Kohn, justifiant l’utilisation du principe de neutralité brandi par la RATP.

Quelle que soit la décision du juge des référés, attendue le 13 avril à 14 h, Patrice Karam et la Chredo entendent poursuivre la mobilisation politique autour des chrétiens d’Orient. L’unanimité de la classe politique, jusqu’au Premier ministre Manuel Valls jugeant la décision de la RATP « indigne » d’une entreprise de service public, les a assurés dans cette direction. « Le président du Sénat, Gérard Larcher, a annoncé son intention d’auditionner les dirigeants de la RATP », s’est félicité le conseiller régional. À l’image de celui mis en place à l’Assemblée nationale, Patrice Karam souhaite créer un groupe d’études sur les chrétiens d’Orient au Sénat. Il a saisi la commission des Affaires étrangères dans ce sens.

SOURCE: FAMILLECHRETIENNE.FRpretres_article

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.