8 AVRIL 2015

Les médias américains ne savent plus où donner de la tête. Après les rumeurs selon lesquelles Poutine serait atteint d’autisme (rumeurs démenties par tous les spécialistes qui se sont amusés de voir que le Pentagone jugeait d’après des vidéos…), voilà l’armée de hackers russes qui investit les locaux digitaux de la Maison Blanche. Quelques mois après le hack dont a été victime Sony et qu’on a hâtivement attribué sans preuve à la Corée du Nord, cela ne pouvait tomber mieux. Mais les hackers russes sont toujours utiles à nos médias. Soit ils sont, comme récemment, une positive figure de l’opposition, soit ils sont au service d’un lugubre gouvernement impérialiste.

Si l’on en croit CNN, dans un magnifique exercice de propagande qui n’a pas peur du paradoxe :

Russian hackers behind the damaging cyber intrusion of the State Department in recent months used that perch to penetrate sensitive parts of the White House computer system, according to U.S. officials briefed on the investigation.

While the White House has said the breach only affected an unclassified system, that description belies the seriousness of the intrusion. The hackers had access to sensitive information such as real-time non-public details of the president’s schedule. While such information is not classified, it is still highly sensitive and prized by foreign intelligence agencies, U.S. officials say.

Malgré le fait que les informations soient publiques, on doit donc comprendre que la menace est extrêmement sérieuse. Les hackers pourraient avoir pris connaissance de l’emploi du temps d’Obama sur son practice. Les journalistes n’expliquent pas si le maléfique Poutine a réussi à obtenir les mails professionnels de Clinton qu’elle a elle-même contribué à rendre publics.

Barack Obama« The FBI, Secret Service and U.S. intelligence agencies are all involved in investigating the breach, which they consider among the most sophisticated attacks ever launched against U.S. government systems. ​The intrusion was routed through computers around the world, as hackers often do to hide their tracks, but investigators found tell-tale codes and other markers that they believe point to hackers working for the Russian government. National Security Council spokesman Mark Stroh didn’t confirm the Russian hack, but he did say that « any such activity is something we take very seriously. »

L’attaque était d’une extrême sophistification, même si les hackers ont usé d’un stratagème éculé au possible. Et, de toute évidence, personne ne peut confirmer que des Russes soient à l’origine de la chose, mais ce serait tout de même mieux si le public pouvait se convaincre de leur culpabilité.

The State Department computer system has been bedeviled by signs that despite efforts to lock them out, the Russian hackers have been able to reenter the system. One official saysthe Russian hackers have « owned » the State Department system for months and it is not clear the hackers have been fully eradicated from the system”.

Encore une fois, lecteurs, soyez bien attentifs à la menace: des hackers russes ont pris possession du système de John Kerry depuis des mois. Sans doute étaient ils au courant avant toute le monde de la fusion entre Heinz et Kraft food. Pour un pays qui a la prétention d’assurer la sécurité informatique de la population via ses agences gouvernementales, c’est tout de même assez affligeant.

Mais la propagane ne s’arrête pas en si bon chemin :

« The ferocity of the Russian intrusions in recent months caught U.S. officials by surprise, leading to a reassessment of the cybersecurity threat as the U.S. and Russia increasingly confront each other over issues ranging from the Russian aggression in Ukraine to the U.S. military operations in Syria.

Les Russes aggressent. Les Américains font des opérations militaires. Tout est dit. Les journalistes continuent à préparer l’opinion public à une « opération militaire » de l’OTAN sur le territoire russe. Même à travers une ridicule histoire informatique.

Source : http://kakoicauchemar.com/2015/04/08/le-grand-mechant-hacker-russe/

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.