Suisse : Le Palais fédéral est clairement sous l’influence des lobbyistes

François Meylan*

Le 23 octobre prochain, nous élirons les conseillers aux Etats – les sénateurs – et les conseillers nationaux. Les élus qui assumeront cette prochaine législature de quatre ans auront à croiser le fer sur des dossiers multiples et pour bon nombre sensibles

Le 23 octobre prochain, nous élirons les conseillers aux Etats – les sénateurs – et les conseillers nationaux.

Les premiers sont au nombre de deux par canton, un par demi-canton, alors que les seconds sont représentatifs de l’importance des populations respectives.

Les élus qui assumeront cette prochaine législature de quatre ans auront à croiser le fer sur des dossiers multiples et pour bon nombre sensibles.

On pense, en particulier, aux thèmes liés à l’économie, à l’immigration mais aussi à la sécurité alimentaire et à la politique énergétique.

Autant de sujets ancrés dans un monde qui se complexifie et qui baigne dans une insécurité certaine. Des dossiers qui concernent la bonne marche du pays et l’avenir de tous. Il faut souhaiter que la matière soit connue et éprouvée par nos députés. Pour autant, nos parlementaires ne sont pas seuls à occuper le parlement.

Les lobbies y sont omniprésents. Pour rappel, la loi du
13 décembre 2002 sur l’Assemblée fédérale (loi sur le parlement, LParl) stipule à son article 69.2 que:

«Tout député peut faire établir une carte d’accès pour deux personnes qui désirent, pour une durée déterminée, accéder aux parties non publiques du Palais du Parlement. Le nom et les fonctions de ces personnes font l’objet d’une inscription dans un registre accessible au public.»

On entend par les parties non publiques… tout ce qui intéresse et qui est utile à nos députés pour mener à bien leur charge.

Sur ce point, il faut aller fouiller sur le Net, sur Admin.ch ou directement à l’adresse www.parlament.ch, pour en savoir plus.

On y trouve, entre autres, la liste des accrédités et le registre des intérêts. On s’aperçoit que l’USAM, Credit Suisse, Novartis et Interpharma – pour ne citer que ceux-là – se font entendre et accompagnent le travail et les votes de nos élus.

Lire la suite 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.