Scandale: Simone Ehivet Gbagbo et les généraux Dogbo Blé et Vagba Faussignaux, condamnés à 20 ans de prison. Michel Gbagbo, Abou Drahamane Sangare, le gouverneur Dakoury Tabley, condamnés à 5 ans de prison. Bro Grebé condamnée à 10 ans de prison

Scandale: Simone Ehivet Gbagbo et les généraux Dogbo Blé et Vagba Faussignaux, condamnés à 20 ans de prison. Michel Gbagbo, Abou Drahamane Sangare, le gouverneur Dakoury Tabley, condamnés à 5 ans de prison. Bro Grebé condamnée à 10 ans de prison

Par IVOIREBUSINESS – Procès des 83 pro-Gbagbo. Simone Ehivet Gbagbo et les généraux Dogbo Blé et Vagba Faussignaux, condamnés à 20 ans de prison. Michel Gbagbo, Abou Drahamane Sangare, le gouverneur Dakoury Tabley, condamnés à 5 ans de prison. Bro Grebé condamnée à 10 ans de prison.

Le Général Dogbo Blé ( en haut à droite) le 09 mars 2015 au Palais de justice d’Abidjan. Il a été condamné à 20 ans de prison.

Abidjan (Côte d’Ivoire) – Après plus de deux mois de procès et 9 heures de délibération du jury, la justice ivoirienne a condamné, dans la nuit de lundi à mardi, l’ex-Première dame Simone Ehivet Gbagbo à vingt ans de prison pour « atteinte à la sûreté nationale, trouble à l’ordre public et coalition de fonctionnaires » pendant la crise postélectorale qui a fait plus de 3000 morts de décembre 2010 à avril 2011. Une honte pour la Côte d’Ivoire selon Me Rodrigue Dadjé, avocat de Simone Gbagbo, car « au pénal, quand il n’y a pas de preuves, il y a relaxe ».
Pour lui, le verdict est la preuve qu’il s’agit  » d’un procès politique ».
Même son de cloche pour Me Dirabou pour qui « la justice s’est contenté de distribuer des peines à la tête du client alors que le dossier est désesperement vide ».

Outre Mme Gbagbo, les Généraux Brunot Dogbo Blé (ex-Commandant de la Garde Républicaine) et Vagba Faussignaux (ex-Commandant de la marine nationale ) écopent également de vingt ans de prison pour les mêmes motifs.

Michel Gbagbo, fils de l’ancien Chef de l’Etat Laurent Gbagbo et le Vice-Président du Front populaire ivoirien (FPI) Aboudrahamane Sangaré ainsi que l’ex-Gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) Philippe Henri Dacoury-Tabley sont condamnés à cinq ans de prison et cinq ans de privation de leurs droits civiques pour « trouble à l’ordre public et coalition de fonctionnaires ».

L’ancienne ministre Geneviève Bro Grégbé, par ailleurs Présidente des femmes patriotes est condamnée à dix ans de prison et cinq ans de privation de ses droits civiques.

Pascal Affi N’guessan, ex-président du FPI limogé pour haute trahison et collusion avec le régime d’Alassane Dramane Ouattara, est condamné à dix-huit mois de prison.
Par ailleurs l’ancien Premier ministre Aké N’gbo, et les anciens ministres Désiré Dallo, Kata Kété, Danielle Boni Claverie, Christine Adjobi et Alcide Djédjé, sont tous condamnés à vingt quatre mois de prison avec sursis à l’exécution de l’emprisonnement.

Le Parquet général avait requis la semaine dernière dix ans d’emprisonnement ferme contre l’ex-Première dame ivoirienne Simone Ehivet Gbagbo, arrêtée le 11 avril 2011 en compagnie de son époux Laurent Gbagbo et de plusieurs proches.

Simone Gbagbo et 82 autres personnalités proches du Président Laurent Gbagbo étaient poursuivis devant la Cour d’assises d’Abidjan pour des faits d’atteinte à la sureté de l’Etat, constitutions de bandes armées, xénophobie.

Patrice Lecomte

– See more at: http://www.ivoirebusiness.net/?q=articles/scandale-simone-ehivet-gbagbo-et-les-g%C3%A9n%C3%A9raux-dogbo-bl%C3%A9-et-vagba-faussignaux-condamn%C3%A9s-%C3%A0-20#sthash.hHjQ4r5R.dpuf

Cellule44 :   Voici en images les personnes concernées par ces condamnations scandaleuses

Ce diaporama nécessite JavaScript.

One Reply to “Scandale: Simone Ehivet Gbagbo et les généraux Dogbo Blé et Vagba Faussignaux, condamnés à 20 ans de prison. Michel Gbagbo, Abou Drahamane Sangare, le gouverneur Dakoury Tabley, condamnés à 5 ans de prison. Bro Grebé condamnée à 10 ans de prison”

  1. De connectionivoirienne.net
    Une décision tout de même discutable

    C’est le doyen des avocats de la défense qui, très amer à cette première heure du mardi, a été le premier à dénoncer un verdict à la tête du client. « On a distribué des peines à la tête du client », se désole Me Djirabou. »Sur quoi repose cette condamnation de vingt ans ? C’est une loterie. Nous ne pouvons pas concevoir qu’en l’état actuel du droit, on puisse agir ainsi. Je ne peux pas apprécier cette condamnation. Si nous sommes déçus aujourd’hui ce n’est pas parce qu’on a prononcé des condamnations mais parce que le droit n’a pas été dit. Pendant deux mois nous avons mené les débats mais aujourd’hui quelle est la décision ? Quel est son fondement ? Le droit n’a pas été dit et je trouve que c’est dommage pour la Cote d’Ivoire », a ajouté le vieil avocat qui n’est pas à son premier dossier politique. En 1992, il avait défendu Laurent Gbagbo et ses compagnons arrêtés lors de la marche du 18 février par le même Alassane Ouattara. On pourrait suivre l’avocat dans ses commentaires à l’examen des peines qui variaient d’un client à l’autre pour les mêmes chefs d’accusation dès le départ. A examiner le niveau des responsabilités dans l’appareil Gbagbo au cours des événements en question, il est à se demander pourquoi Bro Grebé prend 10 ans alors qu’elle n’a que fait de la mobilisation, de même qu’Affi N’guessan qui bénéficie presque d’un non-lieu. Des ministres du gouvernement Aké N’gbo condamnés à seulement 24 mois quand de jeunes partisans du président Gbagbo sont lourdement condamnés pour avoir été arrêtés à la résidence présidentielle. Plus inimaginable est encore la décision contre Dogbo Blé et Vagba qui ont agi sous les ordres du Cema Philippe Mangou qui a fait allégeance à Laurent Gbagbo et bombardé ambassadeur aujourd’hui. Le parquet n’a même pas daigné l’inviter ne serait ce qu’à titre de témoin.

    Ouattara et sa peur bleue de la famille Gbagbo

    Si la condamnation de Simone Gbagbo n’est pas surprenante, condamnée qu’elle était déjà par l’opinion pro Ouattara avant même tout jugement, celle de Michel Gbagbo pourrait relever de l’irrationnel. En effet, il est de notoriété que le fils de Gbagbo est resté loin de l’arène politique sous le mandat de son père. Il est l’exemple même de l’humilité pour ceux qui ont eu à le fréquenter. Michel Gbagbo est professeur à l’Université et sous Laurent Gbagbo, sans être indifférent à la chose politique, il s’était plus bâti une popularité chez ses étudiants. Il était donc curieux d’apprendre que Michel Gbagbo était à la tête d’une bande armée à Port Bouet 2, un quartier de Yopougon. Après le père, expédié manu militari à La Haye en novembre 2011, après l’épouse humiliée, injuriée, sévèrement battue et aujourd’hui lourdement condamnée, voici le fils dans les méandres judiciaires.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :