.Charlie Hebdo : la piste inexplorée

Le Comité Valmy vous propose la transcription d’une vidéo parue sur les attentats de Paris.

Les Kouachi ont déclaré avoir été financés par Anwar Al Awlaqi pour mener l’attentat contre Charlie Hebdo. L’homme a été tué par un drône américain en 2011…

Comment un chef terroriste mort en 2011 peut-il financer des attentats en 2015 ?

La piste yémennite est-elle bien sérieuse ?

1- La connexion El Hakim

« Une autre capitale est probablement donneur d’ordre des attentats de Paris : Boubakar El Hakim et qui se trouve aujourd’hui en Syrie » déclare Jean-Pierre Filiu (Professeur à Sciences Po Paris, spécialiste de l’Islam, 12/01/2015, France Info).

« Les Kouachi et lui, continue l’historien, ont entretenu pendant de longues années une complicité. Ils ont été condamnés ensemble. »

Il y a 10 ans, la filière des Buttes Chaumont s’est constituée pour envoyer des volontaires pour la guerre Sainte en Irak pour l’occupation américaine. Villepin en 2003 prévenait des conséquences très lourdes que pourrait avoir une nouvelle guerre en Irak. Des milliers de Martyrs de l’Islam vinrent de plusieurs pays en Irak.

Boubakar El Hakim rejoint un camp en Irak mi-mars 2003. « je suis de Paris 19è, tous ceux qui veulent tuer l’Islam, on va les tuer. Tous mes potes du 19è, je leur dis « venez faire le djihad » pour nous rejoindre en Irak. Je suis près à faire exploser, à mettre des dynamites… » (RTL, 18 mars 2003)

Mais fin mars 2003, El Hakim est présent dans une manifestation contre la guerre en Irak à Paris, avec un groupe de jeunes du 19è. Les RG les mettent sous surveillance à partir de cette manifestation (17 novembre 2004 Christophe Dubois Le Parisien, « De Paris à Falloujah le parcours des frères Hakim »).

Mais quelques mois plus tard, les autorités françaises délivrent un nouveau passeport à Boubakar El Hakim. Il retourne en Irak où son frère trouve la mort en juillet 2004 (TF1, 10 octobre 2004).

Boubakar est arrêté sur la route en Syrie, puis livré aux autorités françaises qui le condamnent à 7 ans de prison en 2008. C’est le démantèlement de la filière des Buttes Chaumont. Son ami Chérif Kouachi écope de 3 ans de prison avec 18 mois de sursis.

El Hadji, libéré en juillet 2013, se rend immédiatement en Tunisie, où il mène un travail de déstabilisation. Deux assassinats politiques d’opposants laïcs (Mahommed Brahmi) sont revendiqués par El Hakim (France 24, 18 décembre 2014).

Il est décrit par le ministre de l’Intérieur tunisien comme « un salafiste recherché pour contrebande d’armes venant de la Libye (Euronews 26 juillet 2013).

B. El Hakim est un des « éléments terroristes les plus dangereux, objets de recherches au niveau international », affirme le ministre (29/07/2013, Le Monde).

Mais il ne pas l’objet d’aucun signalement à Interpol.

2- La connexion Libyenne

L’homme qui a conduit l’assaut des rebelles sur Tripoli, Abdelakim Belhadj, est aujourd’hui le collaborateur de l’OTAN.

Avant de fuir en Syrie, Boubakar El Hakim aurait rejoint Belhadj en Libye.

Arrêté en 2003 par la CIA pour ses liens avec Al Qaida, livré à Kadhafi, Belhadj a passé 7 ans en prison en Libye. En 2011, il prétend n’avoir jamais participé à une opération terroriste. Néanmoins il est un des suspects numéro 1 des attentats de Madrid du 11 mars 2004 (Aznar, premier ministre espagnol, CNBC, 9/12/2011). L’ex-porte-parole du gouvernement libyen Ibrahim Moussa : « Belhadj est une superstar du terrorisme. Extrêmement riche, il a financé des sociétés de relations publiques (Public relations companies) américaines et européennes… Maintenant il rencontre les présidents ».

2 mai 2014, Belhadj est reçu au Quai d’Orsay selon Reuters. « Belhadj est un terroriste bien connu qui nous a été ramené en Libye à bord d’un avion par les Américains. Ce que nous trouvons très étrange : les mêmes personnes qui nous ont livré ces terroristes sont les mêmes qui aujourd’hui les soutiennent. Aujourd’hui, la coalition internationale n’est plus contre le terrorisme, elle est une coalition avec le terrorisme. Et mes collègues qui sont à la tête des services de renseignement dans le monde savent de quoi je parle. » (Abdallah Senoussi numéro 2 du gouvernement de Kadhafi)

« Les services secrets français sont dans le trio de tête, avec les Américains et les Britanniques, avec qui nous coopérons très fermement dans nos pays respectifs et à l’étranger. » (Bernard Squarcini, 9 janvier 2015)

Cette coopération consiste-t-elle à jouer avec le feu djihadiste ?

« Vive Benghazi », clamait Sarkozy en 2013.

« Un frère Kouachi aurait séjourné en Libye au courant de l’année 2013 pendant un mois. Il s’y serait entraîné dans un camp djihadiste. » (Mondafrique, 19 février 2015)

« – Tu es revenu en France il y a pas longtemps ?

Si, il y a longtemps. Ca veut dire les services secrets, t’inquiète pas, je les connais. » (Interview de Chérif Kouachi)

(vidéo Apocalypse France,

Transcription Comité Valmy 28 février 2015)

Source:http://www.comite-valmy.org/spip.php?article5656

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.