Publié par keeptalkinggreece dans l’économie

La lettre du ministre grec des Finances Yanis Varoufakis envoyée au président de l’Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem avec une liste de six pages contenant les mesures de réforme du pays criblé de dettes qui entend appliquer une mise en œuvre dès que possible, a été divulguée à la presse.

Les listes contiennent entre autres des mesures visant à lutter contre l’évasion fiscale et la corruption, la taxation des riches, les réformes du marché du travail, les changements dans les régimes de retraite, des mesures pour accroître les recettes.

A première vue, la liste des réformes grec contient certaines des mesures que la troïka exigeait de la Grèce. Cependant, il n’y a pas de mesures d’austérité concernant des coupures dans les pensions  et des hausses de la TVA,que  le gouvernement précédent était censé mettre en œuvre à compter du 1.1.2015.

Il est très important  aussi que la Grèce réussisse à persuader les prêteurs à accepter des mesures pour remédier à la crise humanitaire.

La Liste des réformes grec ne contiennent pas le coût des mesures proposées. Cela sera précisé dans les futures négociations avec les prêteurs.

Il est important de noter que la Grèce ne sera pas en mesure de recevoir les € 7,2 milliards de remboursement de sauvetage .

Le programmePont  -ou le programme d’extension- est valide jusqu’à la fin d’ Avril, l’examen suivra.

Voici la lettre :

Dear President of the Eurogroup,

In the Eurogroup of 20 February 2015 the Greek government was invited to present to the institutions, by Monday 23rd February 2015, a first comprehensive list of reform measures it is envisaging, to be further specified and agreed by the end of April 2015.

In addition to codifying its reform agenda, in accordance with PM Tsipras’ programmatic statement to Greece’s Parliament, the Greek government also committed to working in close agreement with European partners and institutions, as well as with the International Monetary Fund, and take actions that strengthen fiscal sustainability, guarantee financial stability and promote economic recovery.

The first comprehensive list of reform measures follows below, as envisaged by the Greek government. It is our intention to implement them while drawing upon available technical assistance and financing from the European Structural and Investment Funds.

Truly

Yanis Varoufakis
Minister of Finance

Hellenic Republic

List of Reforms

I. Fiscal structural policies

Tax policies – Greece commits to:

• Reform VAT policy, administration and enforcement. Robust efforts will be made to improve collection and fight evasion making full use of electronic means and other technological innovations. VAT policy will be rationalised in relation to rates that will be streamlined in a manner that maximises actual revenues without a negative impact on social justice, and with a view to limiting exemptions while eliminating unreasonable discounts.
• Modify the taxation of collective investment and income tax expenditures which will be integrated in the income tax code.
• Broaden definition of tax fraud and evasion while disbanding tax immunity.

• Modernising the income tax code and eliminating from it tax code exemptions and replacing them, when necessary, with social justice enhancing measures.
• Resolutely enforce and improve legislation on transfer pricing.

• Work toward creating a new culture of tax compliance to ensure that all sections of society, and especially the well-off, contribute fairly to the financing of public policies. In this context, establish with the assistance of European and international partners, a wealth database that assists the tax authorities in gauging the veracity of previous income tax returns.

Public Finance Management – Greece will:

• Adopt amendments to the Organic Budget Law and take steps to improve public finance management. Budget implementation will be improved and clarified as will control and reporting responsibilities. Payment procedures will be modernised and accelerated while providing a higher degree of financial and budgetary flexibility and accountability for independent and/or regulatory entities.
• Devise and implement a strategy on the clearance of arrears, tax refunds and pension claims.
• Turn the already established (though hitherto dormant) Fiscal Council into a fully operational entity.

Revenue administration – Greece will modernise the tax and custom administrations benefiting from available technical assistance. To this end Greece will:

• Enhance the openness, transparency and international reach of the process by which the General Secretary of the General Secretariat of Public Revenues is appointed, monitored in terms of performance, and replaced.

• Strengthen the independence of the General Secretariat of Public Revenues (GSPR), if necessary through further legislation, from all sorts of interference
(political or otherwise) while guaranteeing full accountability and transparency of its operations. To this end, the government and the GSPR will make full use of available technical assistance.

• Staff adequately, both quantitatively and qualitatively, the GSPR and in particular the high wealth and large debtors units of the revenue administration and ensure that it has strong investigative/prosecution powers, and resources building on SDOE’s capacities, so as to target effectively tax fraud by, and tax arrears of, high income social groups. Consider the merits of integrating SDOE into GSPR.

• Augment inspections, risk-based audits, and collection capacities while seeking to integrate the functions of revenue and social security collection across the general government.

Public spending – The Greek authorities will:

• Review and control spending in every area of government spending (e.g. education, defence, transport, local government, social benefits)
• Work toward drastically improving the efficiency of central and local government administered departments and units by targeting budgetary processes, management restructuring, and reallocation of poorly deployed resources.
• Identify cost saving measures through a thorough spending review of every

Ministry and rationalisation of non-salary and non-pension expenditures which, at present, account for an astounding 56% of total public expenditure.
• Implement legislation (currently in draft form at the General Accounts Office – GAO) to review non-wage benefits expenditure across the public sector.
• Validate benefits through cross checks within the relevant authorities and registries (e.g. Tax Number Registry, AMKA registry) that will help identify non-eligible beneficiaries.

• Control health expenditure and improve the provision and quality of medical services, while granting universal access. In this context, the government intends to table specific proposals in collaboration with European and international institutions, including the OECD.

Social security reform – Greece is committed to continue modernising the pension system. The authorities will:

• Continue to work on administrative measures to unify and streamline pension policies and eliminate loopholes and incentives that give rise to an excessive rate of early retirements throughout the economy and, more specifically, in the banking and public sectors.
• Consolidate pension funds to achieve savings.

• Phase out charges on behalf of ‘third parties’ (nuisance charges) in a fiscally neutral manner.
• Establish a closer link between pension contributions and income, streamline benefits, strengthen incentives to declare paid work, and provide targeted assistance to employees between 50 and 65, including through a Guaranteed

Basic Income scheme, so as to eliminate the social and political pressure for early retirement which over-burdens the pension funds.

Public administration & corruption – Greece wants a modern public administration. It will:

• Turn the fight against corruption into a national priority and operationalize fully the National Plan Against Corruption.
• Target fuel and tobacco products’ smuggling, monitor prices of imported goods (to prevent revenue losses during the importation process), and tackle money laundering. The government intends immediately to set itself ambitious revenue targets, in these areas, to be pursued under the coordination of the newly established position of Minister of State.

• Reduce (a) the number of Ministries (from 16 to 10), (b) the number of

‘special advisors’ in general government; and (c) fringe benefits of ministers, Members of Parliament and top officials (e.g. cars, travel expenses, allowances)

• Tighten the legislation concerning the funding of political parties and include maximum levels of borrowing from financial and other institutions.
• Activate immediately the current (though dormant) legislation that regulates the revenues of media (press and electronic), ensuring (through appropriately designed auctions) that they pay the state market prices for frequencies used, and prohibits the continued operation of permanently loss-making media outlets (without a transparent process of recapitalisation)

• Establish a transparent, electronic, real time institutional framework for public tenders/procurement – re-establishing DIAVGEIA (a side-lined online public registry of activities relating to public procurement)

• Reform the public sector wage grid with a view to decompressing the wage distribution through productivity gains and appropriate recruitment policies without reducing the current wage floors but safeguarding that the public sector’s wage bill will not increase
• Rationalise non-wage benefits, to reduce overall expenditure, without imperilling the functioning of the public sector and in accordance with EU good practices

• Promote measures to: improve recruitment mechanisms, encourage merit-based managerial appointments, base staff appraisals on genuine evaluation, and establish fair processes for maximising mobility of human and other resources within the public sector

II. Financial stability

Installment schemes – Greece commits to

• Improve swiftly, in agreement with the institutions, the legislation for repayments of tax and social security arrears
• Calibrate installment schemes in a manner that helps discriminate efficiently between: (a) strategic default/non-payment and (b) inability to pay; targeting case (a) individuals/firms by means of civil and criminal procedures (especially amongst high income groups) while offering case (b) individuals/firms repayment terms in a manner that enables potentially solvent enterprises to survive, averts free-riding, annuls moral hazard, and reinforces social responsibility as well as a proper re-payment culture.

• De-criminalise lower income debtors with small liabilities

• Step up enforcement methods and procedures, including the legal framework for collecting unpaid taxes and effectively implement collection tools

Banking and Non-Performing loans. Greece is committed to:

• Banks that are run on sound commercial/banking principles

• Utilise fully the Hellenic Financial Stability Fund and ensure, in collaboration with the SSM, the ECB and the European Commission, that it plays well its key role of securing the banking sector’s stability and its lending on commercial basis while complying with EU competition rules.
• Dealing with non-performing loans in a manner that considers fully the banks’ capitalisation (taking into account the adopted Code of Conduct for Banks), the functioning of the judiciary system, the state of the real estate market, social justice issues, and any adverse impact on the government’s fiscal position.

• Collaborating with the banks’ management and the institutions to avoid, in the forthcoming period, auctions of the main residence of households below a certain income threshold, while punishing strategic defaulters, with a view to:

(a) maintaining society’s support for the government’s broad reform program,

(b) preventing a further fall in real estate asset prices (that would have an

adverse effect on the banks’ own portfolio), (c) minimising the fiscal impact of greater homelessness, and (d) promoting a strong payment culture. Measures will be taken to support the most vulnerable households who are unable to service their loans

• Align the out-of-court workout law with the instalment schemes after their amendment, to limit risks to public finances and the payment culture, while facilitating private debt restructuring.

• Modernise bankruptcy law and address the backlog of cases

III. Policies to promote growth

Privatisation and public asset management – To attract investment in key sectors and utilise the state’s assets efficiently, the Greek authorities will:

• Commit not to roll back privatisations that have been completed. Where the tender process has been launched the government will respect the process, according to the law.

• Safeguard the provision of basic public goods and services by privatised firms/industries in line with national policy goals and in compliance with EU legislation.

• Review privatisations that have not yet been launched, with a view to improving the terms so as to maximise the state’s long term benefits, generate revenues, enhance competition in the local economies, promote national economic recovery, and stimulate long term growth prospects.

• Adopt, henceforth, an approach whereby each new case will be examined separately and on its merits, with an emphasis on long leases, joint ventures (private-public collaboration) and contracts that maximise not only government revenues but also prospective levels of private investment.

• Unify (HRDAF) with various public asset management agencies (which are currently scattered across the public sector) with a view to developing state assets and enhancing their value through microeconomic and property rights’ reforms.

Labor market reforms – Greece commits to:

• Achieve EU best practice across the range of labour market legislation through a process of consultation with the social partners while benefitting from the expertise and existing input of the ILO, the OECD and the available technical assistance.
• Expand and develop the existing scheme that provides temporary employment for the unemployed, in agreement with partners and when fiscal space permits and improve the active labour market policy programmes with the aim to updating the skills of the long term unemployed.
• Phasing in a new ‘smart’ approach to collective wage bargaining that balances the needs for flexibility with fairness. This includes the ambition to streamline and over time raise minimum wages in a manner that safeguards competiveness and employment prospects. The scope and timing of changes to the minimum wage will be made in consultation with social partners and the European and international institutions, including the ILO, and take full account of advice from a new independent body on whether changes in wages are in line with productivity developments and competitiveness.

Product market reforms and a better business environment – As part of a new reform agenda, Greece remains committed to:

• Removing barriers to competition based on input from the OECD.

• Strengthen the Hellenic Competition Commission.

• Introduce actions to reduce the burdens of administrative burden of bureaucracy in line with the OECD’s input, including legislation that bans public sector units from requesting (from citizens and business) documents certifying information that the state already possesses (within the same or some other unit).
• Better land use management, including policies related to spatial planning, land use, and the finalisation of a proper Land Registry
• Pursue efforts to lift disproportionate and unjustified restrictions in regulated professions as part of the overall strategy to tackle vested interests.
• Align gas and electricity market regulation with EU good practices and legislation

Reform of the judicial system – The Greek government will:

• Improve the organisation of courts through greater specialisation and, in this context, adopt a new Code of Civil Procedure.
• Promote the digitisation of legal codes and the electronic submission system, and governance, of the judicial system.

Statistics – The Greek government reaffirms its readiness to:

• Honour fully the Commitment on Confidence in Statistics, and in particular the institutional independence of ELSTAT, ensuring that ELSTAT has the necessary resources to implement its work programme.

• Guarantee the transparency and propriety of the process of appointment of the ELSTAT President in September 2015, in cooperation with EUROSTAT.

IV. Humanitarian Crisis – The Greek government affirms its plan to:

• Address needs arising from the recent rise in absolute poverty (inadequate access to nourishment, shelter, health services and basic energy provision) by means of highly targeted non-pecuniary measures (e.g. food stamps).

• Do so in a manner that is helpful to the reforming of public administration and the fight against bureaucracy/corruption (e.g. the issuance of a Citizen Smart Card that can be used as an ID card, in the Health System, as well as for gaining access to the food stamp program etc.).
• Evaluate the pilot Minimum Guaranteed Income scheme with a view to extending it nationwide.
• Ensure that its fight against the humanitarian crisis has no negative fiscal effect.

The letter and the Reforms List were firstly obtained exclusively by

REUTERS.

KTG’s copy via here

 

Eurogroup head Jeroen Dijsselbloem announced that the Eurogroup teleconference will take place at 2 pm Brussels time (3 pm Greek time).

Although Dijsselbloem signals that there should be more discussions of the details of the Greek proposals (cost  specifications), the eurogroup finance ministers are expected to accept the Greek reforms today.

FinMin Varoufakis told reporters on Saturday, that if the lenders would not accept the Greek proposals, the eurogroup meeting would have been taking place with ‘physical presence” not via teleconference.

The parliaments of Germany, Finland, Estonia, Slovenia, Slovakia and Malta will vote to accept the Greek program extension in the next days.

Traduction sommaire de Cellule44 avec les coquilles et fautes habituelles 


Monsieur le Président de l’Eurogroupe,

Dans l’Eurogroupe du 20 Février 2015, le gouvernement grec a été invité à présenter aux institutions, par lundi 23 Février 2015, une première liste complète des mesures de réforme qu’il envisage, à être encore précisée et arrêtée à la fin de Avril 2015.

En plus de codifier son programme de réforme, conformément à la déclaration programmatique PM Tsipras au Parlement de la Grèce, le gouvernement grec se est également engagé à travailler en étroite accord avec les partenaires et les institutions européennes, ainsi qu’avec le Fonds monétaire international, et de prendre des mesures qui renforcent la viabilité budgétaire, garantir la stabilité financière et promouvoir la reprise économique.

La première liste complète des mesures de réforme suit ci-dessous, comme prévu par le gouvernement grec. Il est de notre intention de les mettre en œuvre tout en se appuyant sur une assistance technique et le financement de la structure européenne et des fonds d’investissement.

Vraiment

Yanis Varoufakis
ministre des Finances

République hellénique

Liste des réformes

I. politiques structurelles fiscales

Les politiques fiscales – Grèce se engage à:

• réforme de la politique de la TVA, l’administration et l’application. Efforts consistants seront faits pour améliorer la collecte et lutter contre l’évasion la pleine utilisation des moyens électroniques et autres innovations technologiques. politique de TVA sera rationalisée par rapport aux taux qui seront rationalisés de façon à maximiser les revenus réels sans impact négatif sur la justice sociale, et en vue de limiter les exemptions tout en éliminant les réductions déraisonnables.
• Modifier la fiscalité de placement collectif et de l’impôt sur ​​le revenu dépenses qui seront intégrées dans le code de l’impôt sur ​​le revenu.
• Élargir la définition de la fraude et l’évasion fiscale tout en démantelant l’immunité fiscale.

• La modernisation du code des impôts sur le revenu et l’élimination des exonérations de code qu’il fiscales et eux, si nécessaire, remplacer par des mesures de justice améliorer sociaux.
• appliquer résolument et améliorer la législation sur les prix de transfert.

• Travailler à la création d’une nouvelle culture de la conformité fiscale pour se assurer que toutes les sections de la société, et en particulier le bien-off, contribuent assez au financement des politiques publiques. Dans ce contexte, mettre en place avec l’aide des partenaires européens et internationaux, une base de données de la richesse qui aide les autorités fiscales en évaluer la véracité des déclarations de revenus précédentes.

Gestion des finances publiques – Grèce:

• Adopter des amendements à la loi organique sur le budget et prendre des mesures pour améliorer la gestion des finances publiques. L’exécution du budget sera amélioré et précisé que va contrôler et les responsabilités hiérarchiques. Les modalités de paiement seront modernisées et accélérées tout en offrant une plus grande flexibilité financière et budgétaire et la responsabilisation des entités indépendantes et / ou réglementaires.
• Concevoir et mettre en œuvre une stratégie d’apurement des arriérés, les remboursements d’impôt et les demandes de pension.
• Tournez le déjà établi (si jusque-là en sommeil) Conseil Fiscal en une entité pleinement opérationnelle.

Administration des recettes – Grèce permettra de moderniser les administrations fiscales et douanières bénéficiant de l’assistance technique disponible. À cette fin Grèce:

• Améliorer l’ouverture, la transparence et la portée internationale du processus par lequel le Secrétaire général du Secrétariat général des recettes publiques est nommé, surveillé en termes de performance, et remplacé.

• Renforcer l’indépendance du Secrétariat général des recettes publiques (SCRP), si nécessaire par une nouvelle législation, de toutes sortes d’interférences
(politique ou autre) tout en garantissant la pleine responsabilité et la transparence de ses opérations. À cette fin, le gouvernement et la SCRP feront plein usage de l’assistance technique disponible.

• Le personnel de manière adéquate, à la fois quantitativement et qualitativement, la SCRP et en particulier la forte richesse et de grands débiteurs unités de l’administration des recettes et veiller à ce qu’il possède de puissants pouvoirs d’enquête / de poursuite, et les ressources se appuyant sur les capacités de SDOE, afin de cibler efficacement la fraude fiscale par, et arriérés d’impôts, de groupes sociaux à revenu élevé. Examiner les mérites de l’intégration dans SDOE SCRP.

• Augmenter inspections, audits axée sur les risques, et les capacités de collecte tout en cherchant à intégrer les fonctions de recettes et de la collecte de la sécurité sociale dans le gouvernement général.

Les dépenses publiques – les autorités grecques:

• Examen et le contrôle des dépenses dans tous les domaines des dépenses publiques (par exemple l’éducation, la défense, les transports, le gouvernement local, les avantages sociaux)
• Travailler à améliorer considérablement l’efficacité du gouvernement administré services centraux et locaux et les unités en ciblant les processus budgétaires, restructuration de la gestion, et réaffectation des ressources mal déployées.
• Identifier les mesures de réduction des coûts grâce à un examen approfondi de toutes les dépenses

. Ministère et la rationalisation des non-salariaux et non-retraite dépenses qui, à l’heure actuelle, représentent un incroyable 56% des dépenses publiques totales
• Mettre en œuvre la législation (actuellement sous forme de projet à l’Office comptes généraux – GAO) d’examiner les avantages non salariaux les dépenses dans le secteur public.
• Valider avantages grâce à des vérifications croisées au sein des autorités et des registres (par exemple l’impôt sur ​​le numéro d’enregistrement, de registre AMKA) pertinentes qui aideront à identifier les bénéficiaires non admissibles.

• Contrôle des dépenses de santé et d’améliorer la prestation et la qualité des services médicaux, tout en accordant l’accès universel. Dans ce contexte, le gouvernement a l’intention de présenter des propositions spécifiques avec les institutions européennes et internationales, y compris l’OCDE en collaboration.

Réforme de la sécurité sociale – la Grèce se est engagée à poursuivre la modernisation du système de retraite. Les autorités:

• Continuer à travailler sur des mesures administratives d’unifier et de rationaliser les politiques de retraite et d’éliminer les échappatoires et les incitations qui donnent lieu à un taux excessif de retraites anticipées dans toute l’économie, et plus particulièrement, dans les secteurs bancaire et public.
• Consolider les fonds de pension de réaliser des économies .

• Éliminer progressivement les charges au nom de «tiers» (accusations de nuisance) d’une manière fiscalement neutre.
• Établir un lien plus étroit entre les cotisations et les revenus, de rationaliser les avantages, renforcer les incitations à déclarer le travail rémunéré, et de fournir une aide ciblée aux employés entre 50 et 65, y compris à travers un Garanti

Régime de revenu de base, de manière à éliminer la pression sociale et politique à la retraite anticipée qui pèse sur-les fonds de pension.

L’administration publique et la corruption – la Grèce veut une administration publique moderne. Ce sera:

• Tournez la lutte contre la corruption une priorité nationale et opérationnaliser pleinement le Plan national de lutte contre la corruption.
• la contrebande de carburant cible et produits du tabac, les prix des moniteurs de marchandises importées (pour éviter les pertes de revenus pendant le processus d’importation), et de se attaquer au blanchiment d’argent. Le gouvernement a l’intention de se fixer immédiatement des objectifs de recettes ambitieux, dans ces domaines, être poursuivi sous la coordination de la position nouvellement créé de ministre d’État.

• Réduire (a) le nombre de ministères (16-10), (b) le nombre de

«conseillers spéciaux» dans les administrations publiques; et (c) les avantages sociaux des ministres, les députés et les hauts fonctionnaires (par exemple, les voitures, les frais de déplacement, les allocations)

• Serrer la législation relative au financement des partis politiques et inclure des niveaux maximal d’emprunt auprès d’institutions financières et d’autres.
• activer immédiatement le courant (si dormance) législation qui réglemente les revenus des médias (presse et électroniques), assurer (par le biais des ventes aux enchères bien conçues ) qu’ils paient le prix du marché de l’Etat pour les fréquences utilisées, et interdit l’exploitation continue des médias permanence déficitaires (sans un processus transparent de recapitalisation)

• Mettre en place, un cadre transparent, électronique temps réel institutionnelle d’offres publics / marchés – rétablissement DIAVGEIA (un registre public en ligne côte bordée des activités relatives aux marchés publics)

• Réformer la grille des salaires du secteur public en vue de la décompression de la distribution des salaires grâce à des gains de productivité et des politiques de recrutement appropriées sans réduire les planchers salariaux actuels, mais la sauvegarde que la masse salariale du secteur public ne sera pas augmenter
• avantages non salariaux Rationaliser, afin de réduire les dépenses globales , sans mettre en péril le fonctionnement du secteur public et en conformité avec les bonnes pratiques de l’UE

• Promouvoir des mesures pour: améliorer les mécanismes de recrutement, de gestion des rendez-vous d’encourager fondées sur le mérite, l’évaluation du personnel de base sur une véritable évaluation, et d’établir des processus équitables pour maximiser la mobilité des ressources humaines et d’autres dans le secteur public

II. Stabilité financière

régimes à tempérament – Grèce se engage à

• Améliorer rapidement, en accord avec les institutions, la législation pour les remboursements d’arriérés de fiscales et sociales
• régimes à tempérament Calibrer d’une manière qui contribue à discriminer efficacement entre: (a) défaut stratégique / non-paiement et (b) l’incapacité de payer;ciblant le cas (a) personnes / entreprises par le biais de procédures civiles et pénales (en particulier parmi les groupes à revenu élevé) tout en offrant le cas (b) des termes particuliers / entreprises remboursement d’une manière qui permet aux entreprises potentiellement solvables pour survivre, évite de free-riding, annule l’aléa moral, et renforce la responsabilité sociale ainsi que d’une culture re-paiement approprié.

• De-criminaliser inférieurs débiteurs de revenus avec de petits passifs

• Intensifier les méthodes et procédures d’exécution, y compris le cadre juridique de la collecte des impôts impayés et appliquer efficacement les outils de collecte

Prêts bancaires et non productifs. La Grèce se est engagée à:

• Les banques qui sont exécutés sur des principes commerciaux / bancaires saines

• Utiliser pleinement le Fonds hellénique de stabilité financière et d’assurer, en collaboration avec le MSS, la BCE et la Commission européenne, qu’il joue bien son rôle clé d’assurer la stabilité du secteur bancaire et de ses prêts sur une base commerciale tout en respectant les règles de concurrence de l’UE.
• Traiter avec des prêts non performants dans une manière qui tient pleinement compte de la capitalisation des banques (en tenant compte du Code de conduite adopté pour les banques), le fonctionnement du système judiciaire, l’état du marché de l’immobilier, les questions de justice sociale, et toute incidence défavorable sur la situation financière du gouvernement.

• Collaborer avec la direction des banques et les institutions pour éviter, dans la période à venir, des ventes aux enchères de la résidence principale des ménages en dessous d’un certain seuil de revenu, tout en punissant défaillants stratégiques, en vue de:

(A) le maintien de l’appui de la société pour vaste programme de réforme du gouvernement,

(B) la prévention d’une nouvelle baisse des prix de l’immobilier d’actifs (qui aurait un

effet néfaste sur la propre portefeuille des banques), (c) en minimisant l’impact financier d’une plus grande itinérance, et (d) la promotion d’une culture de paiement forte. Des mesures seront prises pour soutenir les ménages les plus vulnérables qui sont incapables de rembourser leurs prêts

• Aligner la loi sur l’amiable séance d’entraînement avec les régimes à tempérament après leur modification, de limiter les risques pour les finances publiques et la culture de paiement, tout en facilitant la restructuration de la dette privée.

• moderniser le droit de la faillite et de traiter l’arriéré des affaires

III. Les politiques visant à promouvoir la croissance

La privatisation et la gestion des biens publics – Pour attirer les investissements dans des secteurs clés et d’utiliser les actifs de l’État de manière efficace, les autorités grecques:

• Se engager à ne pas reculer privatisations qui ont été achevés. Lorsque le processus d’appel d’offres a été lancé le gouvernement respectera le processus, conformément à la loi.

• Préserver la fourniture de biens et services publics de base par privatisées entreprises / industries en ligne avec les objectifs de la politique nationale et en conformité avec la législation européenne.

• Examiner les privatisations qui ne ont pas encore été lancés, en vue d’améliorer les conditions de manière à maximiser les avantages à long terme de l’État, de générer des revenus, renforcer la concurrence dans les économies locales, promouvoir la reprise économique nationale, et de stimuler les perspectives de croissance à long terme.

• Adopter, désormais, une approche selon laquelle chaque nouveau cas sera examiné séparément et sur le fond, avec un accent sur des baux longs, les coentreprises (la collaboration public-privé) et les contrats qui maximisent non seulement les recettes publiques mais aussi des niveaux potentiels de l’investissement privé .

• Unify (HRDAF) avec divers organismes de gestion des biens publics (qui sont actuellement dispersés dans le secteur public) en vue de développer les actifs de l’État et le renforcement de leur valeur à travers les réformes microéconomiques et de droits de propriété.

réformes du marché du travail – Grèce se engage à:

• Assurer les meilleures pratiques de l’UE à travers la gamme de la législation du marché du travail grâce à un processus de consultation avec les partenaires sociaux tout en bénéficiant de l’expertise et la contribution de l’OIT, l’OCDE et l’assistance technique disponibles existant.
• Développer et développer le système existant qui fournit emploi temporaire pour les chômeurs, en accord avec les partenaires et quand permis l’espace budgétaire et améliorer les programmes de politique active du marché du travail dans le but de mettre à jour les compétences des chômeurs de longue durée.
• mise en place progressive d’une nouvelle approche «intelligente» à la négociation collective sur les salaires que équilibre les besoins de flexibilité et équité. Cela comprend l’ambition de rationaliser et au fil du temps hausser le salaire minimum d’une manière qui préserve la compétitivité et les perspectives d’emploi. La portée et le calendrier des modifications apportées au salaire minimum seront prises en consultation avec les partenaires sociaux et les institutions européennes et internationales, dont l’OIT, et tiennent pleinement compte des conseils d’un nouvel organisme indépendant si l’évolution des salaires sont en ligne avec la productivité l’évolution et la compétitivité.

les réformes des marchés de produits et un meilleur environnement des affaires – Dans le cadre d’un nouveau programme de réforme, la Grèce reste engagé à:

• La suppression des obstacles à la concurrence sur la base de l’entrée de l’OCDE.

• Renforcer la Commission grecque de la concurrence.

• Introduire des mesures pour réduire le fardeau de la charge administrative de la bureaucratie en ligne avec l’entrée de l’OCDE, y compris la législation qui interdit unités du secteur public de demander (des citoyens et des entreprises) des documents attestant que l’État possède déjà (dans le même ou un autre appareil ).
• Une meilleure gestion de l’utilisation des terres, y compris les politiques relatives à l’aménagement du territoire, l’utilisation des terres, et la finalisation d’un enregistrement immobilier
• Poursuivre les efforts pour lever les restrictions disproportionnées et injustifiées dans les professions réglementées dans le cadre de la stratégie globale pour se attaquer à des intérêts acquis.
• Alignez gaz et la réglementation du marché de l’électricité de l’UE avec les bonnes pratiques et de la législation

La réforme du système judiciaire – La volonté du gouvernement grec:

• Améliorer l’organisation des tribunaux par une plus grande spécialisation et, dans ce contexte, adopter un nouveau Code de procédure civile.
• Promouvoir la numérisation des codes juridiques et le système de soumission électronique, et de la gouvernance, du système judiciaire.

Statistiques – Le gouvernement grec réaffirme sa disponibilité à:

• Rendre pleinement l’engagement sur le confiance dans les statistiques, et en particulier l’indépendance institutionnelle de ELSTAT, assurant que ELSTAT dispose des ressources nécessaires pour mettre en œuvre son programme de travail.

• garantir la transparence et la régularité de la procédure de nomination du Président ELSTAT en Septembre 2015, en coopération avec EUROSTAT.

IV. Crise humanitaire – Le gouvernement grec affirme son plan visant à:

• Répondre aux besoins découlant de la hausse récente dans la pauvreté absolue (accès insuffisant à la nourriture, le logement, les services de santé et la fourniture d’énergie de base) au moyen de mesures non pécuniaires très ciblées (par exemple coupons alimentaires).

• Faites-le d’une manière qui est utile à la réforme de l’administration publique et la lutte contre la bureaucratie / corruption (par exemple, la délivrance d’une carte à puce citoyen qui peut être utilisé comme une carte d’identité, dans le système de santé, ainsi que pour gagner l’accès au programme de bons d’alimentation, etc.).
• Évaluer le système de revenu garanti pilote minimum en vue de l’étendre à l’échelle nationale.
• Veiller à ce que la lutte contre la crise humanitaire n’a aucun effet financier négatif.

La lettre et la liste des réformes ont d’abord été obtenus exclusivement par

REUTERS .

La copie de KTG par ici

Président de l’Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem a annoncé que la téléconférence de l’Eurogroupe aura lieu à 14 heures, heure de Bruxelles (15 heures de temps grec).

Bien Dijsselbloem signale qu’il devrait y avoir plus de discussions sur les détails des propositions grecques (spécifications de coûts), les ministres des finances de l’Eurogroupe devraient accepter les réformes grecques aujourd’hui.

FinMin Varoufakis a déclaré aux journalistes samedi, que si les prêteurs ne seraient pas accepter les propositions grecques, la réunion de l’Eurogroupe aurait eu lieu avec «présence physique» pas par téléconférence.

Les parlements de l’Allemagne, la Finlande, l’Estonie, la Slovénie, la Slovaquie et Malte voteront à accepter la prolongation du programme grec dans les prochains jours.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.