Photo :Christian Vabé, président du RPCI-AC, et le Président François Hollande.

Par IVOIREBUSINESS – Christian Vabé met en garde Alassane Ouattara « Une modification de l’article 35 de la constitution entrainera immédiatement un soulèvement populaire et la chute de votre régime comme celui de Compaoré au Burkina ».

IMPORTANTE DECLARATION A LA NATION DU RPCI-AC

Par communiqué de la présidence de la République daté du mardi 3 février 2015 et lu par Amadou Gon Coulibaly, Secrétaire général du Gouvernement, le RPCI-AC apprenait le limogeage du Professeur Francis Wangah Romain Wodié de la présidence du Conseil constitutionnel, et son remplacement par Koné Mamadou, un proche du chef de l’Etat.

Le rassemblement du peuple de Côte d’Ivoire Alternative crédible dit Non au limogeage de Francis Wodié, président du Conseil constitutionnel, car ce dernier étant nommé pour 6 ans, il ne peut donc pas être démis ou révoqué avant le terme de son mandat.
Le RPCI-AC dit Non à la nomination de Koné Mamadou, un proche de Ouattara et militant de son parti le Rassemblement des Républicains (RDR), à la tête du Conseil constitutionnel, car le Conseil constitutionnel ne saurait être une section du parti au pouvoir.
Le RPCI-AC met en garde le chef de l’Etat Alassane Ouattara qu’une modification de l’article 35 de la constitution entrainera immédiatement un soulèvement populaire et la chute de son régime comme ce fut le cas de celui de Blaise Compaoré au Burkina Faso.
Le RPCI-AC demande avec insistance au Président François Hollande, qui vient de convoquer Alassane Ouattara à l’Elysée, de le mettre en garde en lui disant clairement que le peuple ivoirien s’opposera massivement à une modification de la constitution par un soulèvement populaire comme au Burkina et en RDCongo, suivi d’une chute immédiate du régime Ouattara.

Le RPCI-AC demande avec insistance au Président Alassane Ouattara, qui est conscient qu’il ne remplit pas les conditions d’éligibilité, de très rapidement faire une déclaration à la nation pour retirer sa candidature à l’élection présidentielle d’octobre 2015.
Le RPCI-AC rappelle que le professeur Francis Wodié a été limogé car il a toujours été opposé à la révision de l’article 35 de la constitution afin que le chef de l’Etat puisse se maintenir au pouvoir en 2015.
Il lui avait opposé une fin de non recevoir à plusieurs reprises.
Dès sa prise de fonction, il avait déjà annoncé les couleurs: « Monsieur le Président, je vous remercie d’avoir porté votre choix sur ma modeste personne, mais en tant que président du Conseil constitutionnel, j’ai un devoir d’ingratitude à votre égard, car je ne dois obéir qu’aux textes, à la loi ».
Le RPCI-AC rappelle que seul un référendum permet de modifier la constitution tel que stipulé par l’article 43 de la constitution qui n’autorise en aucune façon une révision par voie parlementaire:
«Le Président de la République, après consultation du bureau de l’Assemblée nationale, peut soumettre au référendum tout texte ou toute question qui lui parait devoir exiger la consultation directe du peuple. Lorsque le référendum a conclu à l’adoption du texte, le Président de la République le promulgue dans les délais prévus à l’article précédent ».
Me Faustin Kouamé, ancien ministre et conseiller juridique de Konan Bedié, a plusieurs fois déclaré qu’il était impossible de modifier l’article 35 de la constitution par l’Assemblée nationale.

Peuple de Côte d’Ivoire, le chef de l’Etat, en se débarrassant de Wodié, montre clairement qu’il a l’intention de passer en force en modifiant la constitution pour se maintenir au pouvoir, en violation flagrante de la Constitution.
Peuple de Côte d’Ivoire, nous aussi nous allons lui montrer clairement que nous avons l’intention de lui barrer le chemin de la violation de notre constitution par un soulèvement populaire.
Le chef de l’Etat s’est visiblement mépris sur notre détermination. Comme le peuple Burkinabé et le peuple de la RD Congo, nous allons à notre tour faire mordre la poussière à Ouattara par une très grande révolution démocratique, jusqu’à la chute de son régime.

Vive la Côte d’Ivoire
Vive la Constitution
Vive le Printemps de l’Afrique noire
Nous recommandons cette déclaration à Dieu afin qu’il bénisse la Côte d’Ivoire

Fait à Paris le 05 fevrier 2015
Pour le RPCI-AC
Christian Vabé
Président

AMPLIATIONS

PRESIDENT LAURENT GBAGBO ( COUR PENALE INTERNATIONALE LA HAYE)
FRANÇOIS HOLLANDE, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE (ELYSÉE)
BARACK OBAMA, PRESIDENT DES USA (MAISON BLANCHE)
VLADIMIR POUTINE, PRESIDENT DE LA FEDERATION DE RUSSIE
ALASSANE OUATTARA, PRESIDENT DE CÔTE D’IVOIRE
JACOB ZUMA, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE SUD-AFRICAINE
CHARLES KONAN BANNY

CLAUDE BARTOLONE, PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE FRANCAISE (PALAIS BOURBON)
MANUEL VALLS, PREMIER MINISTRE FRANCAIS (PRIMATURE)
DAVID CAMERON, PREMIER MINISTRE BRITANNIQUE (10 DOWNING STREET)
PRÉSIDENT MACKY SALL (SÉNÉGAL)
ANGELA MERKEL (CHANCELIÈRE ALLEMANDE)
PRÉSIDENT OBIANG N’GUEMA BASOGO (GUINÉE EQUATORIALE)
JOHN KERRY, US SECRETARY OF STATE
GEORGE OSBORNE, CHANCELLOR OF THE EXCHEQUER
YAYI BONI PRÉSIDENT DE L’UNION AFRICAINE
DLAMINI ZUMA, PRESIDENTE DE LA COMMISSION (UNION AFRICAINE)
JEAN CLAUDE JUNKER PRÉSIDENT DE LA COMMISSION UNION EUROPÉENNE
NAJAT VALLAUD BELKACEM, MINISTRE DE L’EDUCATION NATIONALE
CHRISTOPHE CAMBADELIS PREMIER SECRETAIRE DU PS FRANÇAIS

STÉPHANE LE FOLL PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT (MINISTRE DE L’AGRICULTURE)
SÉGOLÈNE ROYAL, MINISTRE DE L’ECOLOGIE
PRÉSIDENT DE L’UNION EUROPÉENNE PARLEMENT DE STRASBOURG (DÉPUTES EUROPÉENS) STRASBOURG DÉPUTES FRANÇAIS (PALAIS BOURBON)
SÉNATEURS FRANÇAIS (PALAIS DU LUXEMBOURG)
CONGRES AMÉRICAIN (CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS ET SÉNATEURS AMÉRICAINS)
COMMONS GRANDE BRETAGNE (DÉPUTES ANGLAIS)
BUNDESTAG (German Federal Diet) PARLEMENT ALLEMAND
MICHEL KAFANDO, PRESIDENT DE LA TRANSITION BURKINA FASO

– See more at: http://ivoirebusiness.net/?q=articles/limogeage-de-wodi%C3%A9-%E2%80%93-christian-vab%C3%A9-demande-%C3%A0-fran%C3%A7ois-hollande-de-mettre-en-garde-ouattara#sthash.2zS3OaHU.dpuf

Publicités

Une pensée sur “Limogeage de Wodié – Christian Vabé demande à François Hollande de mettre en garde Ouattara : « Une modification de la constitution entrainera immédiatement une révolution populaire comme au Burkina et en RDC, et la chute immédiate du régime Ouattara»”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.