Par La Voix de la Russie | C’est avec un enthousiasme des plus macabres que j’avais assimilé l’information en provenance de la dame Lambin sur « Hollande (qui) rend visite au « meilleur » dictateur » – un article sorti sur le site de BFMTV. Certes, un éléphant ça trompe énormément mais il y a des limites à tout, même à l’agit-prop made in France!

Les billevesées de la journaliste sont à la limite de la décence et du bon sens surtout quand on parle de la France qui réussit à faire des culbutes acrobatiquement extraordinaires tout en gardant la même sérénité enfantine. Traiter le Président de Kazakhstan de dictateur équivaut à ne pas comprendre la répartition des pouvoirs au Moyen-Orient ex-soviétique.

Nazarbaïev est un chef de file légendaire pour le Kazakhstan qui non seulement a su faire valoir la nation kazakhe (un peu comme le Président du Tatarstan Mintimer Shaimiev l’a fait pour la nation tatare), mais, qui plus est, a réussi à rester en très bons termes avec le puissant voisin russe. C’est bien le Président kazakh qui s’est précipité le lendemain de l’implosion soviétique au QG de Gorbatchev pour demander que son pays soit inclus dans la Communauté des Etats Indépendants qui, à l’origine, était comprise comme une entité plutôt slave et européenne selon le jus sanguis et le jus soli du Droit Romain. A l’époque les présidents des trois pays signataires, à savoir la Russie, l’Ukraine et la Biélorussie, ont reconnu les pleins droits des revendications kazakhes dont la population était composée de plus de 50% de Russes, les Kazakhs étant minoritaires.

Mais notre consoeur n’a pas pris la peine d’étudier les sources avant de pondre son opuscule, car l’instinct colonisateur suinte de ses lignes comme du pus. La dame Lambin ignore royalement l’histoire de la soi-disant Tsélina (terres vierges) où les travailleurs agricoles venus des quatre coins de l’URSS ont su faire fertiliser les terres vierges des steppes kazakhes, les transformant en un immense champ de blé qui s’étend sur des centaines de kilomètres. Ce grand exploit est resté gravé dans les annales de l’histoire soviétique au même titre que le chantier du Transsibérien (BAM) ou la construction du gazoduc Ourenghoï-Oujhorod.

En parlant de l’union commerciale qui, selon elle, n’a rien à voir avec l’union politique avec la Russie, la journaliste désinforme en portant atteinte au Code déontologique de son métier, car le Kazakhstan fait partie de la CEI qui prévoit une quantité de plans de coopération politico-militaire à ne citer que la protection en commun des frontières extérieures des deux pays (et en effet, le contingent russe est présent à la frontière extérieure de la CEI), l’absence de démarcation des frontières, la libre circulation des citoyens avec le droit simplifié d’obtention d’un permis de séjour et de travail, le régime commun de sécurité sur le périmètre extérieur des deux entités territoriales, la lutte antiterroriste, l’Union Douanière et j’en passe. Le Kazakhstan fait également partie de l’Organisation de Coopération de Shanghai qui réunit presque tous les pays du continent Eurasiatique y compris l’Inde et la Chine. Alors de quelle coopération purement économique est-il question ?

Les arguments mal assortis sur le rapport d’Amnesty International qui classe Astana à la 161ième place sur 180 pour la liberté de la presse fait plus que rire parce que les mêmes ONG y compris Amnesty International classent la France en avant-dernière position, juste après la Turquie pour le respect des droits de l’homme en Europe. J’ajouterais même que pour les conditions d’incarcération en France, elle traîne ses pattes juste en bas de la liste, car les prisons sont plus que surpeuplées et insalubres ! Et on parle de l’un des pays les plus vieux du monde, centre de civilisation européenne ! Mon œil !

Et ce n’est pas à une journaliste française de jacasser sur la dictature avec toutes les affaires sur les fraudes fiscales et le financement des campagnes électorales, la vente d’intérêts nationaux aux Américains pour de la pacotille et les escortes féminines qui battent le pavé au Sénat. Il vaut toujours mieux commencer par balayer devant sa propre porte avant de s’intéresser aux affaires d’autrui.

Un pays en mal d’approvisionnement en liquide qui permet aux banques takfiristes du Qatar de se faire payer ; un pays manquant de combustible pour ses centrales nucléaires qui va le chercher jusqu’au tréfonds de la Centr’Afrique en traitant avec des cannibales et leur implantant des maîtresses de Bir-Hakeim ; un pays auquel le Président Obama ne parle même pas, l’ayant confié aux bons soins de son adjoint, eh bien, un tel pays doit se faire un peu plus humble. Il en va de même pour la journaliste de BFMTV qui a sorti de sa boîte des éléments sans queue ni tête arrangés à la sauce de la propagande élyséenne. /N

Archive. © Photo: REUTERS/Francois Lenoir
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_12_05/La-France-fait-les-yeux-doux-au-President-kazakh-1090/

Publicités

Une pensée sur “La France fait les yeux doux au Président kazakh”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.