Par La Voix de la Russie | Un faux à vocation de propagande – est la caractéristique donnée par Moscou aux nouvelles déclarations de Kiev et de l’Occident concernant un envoi des troupes russes en Ukraine.

Les preuves invoquées par l’OTAN et le Département d’Etat américain sont, comme d’habitude, convaincantes – certains « documents », trouvés dans des réseaux sociaux. La partie russe conseille à Kiev de ne pas faire déchaîner les passions ou encore mieux, de cesser d’envoyer et de masser ses troupes dans le Sud-est.

Ces jours-ci on entend l’Occident proférer des incantations au sujet « d’une stricte observation des ententes de Minsk ». L’ambassadeur adjoint de Russie à l’ONU a rappelé à ses collègues pour le Conseil de Sécurité : Kiev n’a jamais caché profiter du cessez-le-feu pour un redéploiement de ses troupes dans le Sud-est du pays. Et toutes les accusations à l’encontre de la Russie ne sont rien d’autre qu’une tentative de créer un « rideau de fumée » pour masquer les activités de autorités ukrainiennes, a mis en relief Alexandre Pankine.

« Sans doute, Kiev craint les forces des milices au point que pour justifier ses échecs et un envoi massif au front de troupes et de matériel de guerre elle se lamente à nouveau à propos de la prétendue entrée des armements et de l’armée russes. Mais personne ne peut le confirmer les preuves en main. Tout cela n’est que palabre. »

Immédiatement après la conclusion du cessez-le-feu des hommes politiques à Kiev déclaraient à haute voix avoir besoin de la trêve pour transférer dans la région des hostilités de nouveaux blindés et l’aide, obtenue de l’Occident. C’est de cela qu’ils s’occupent précisément en ce moment, tout en poursuivant leurs tirs d’artillerie lourde contre les quartiers d’habitation dans le Donbass. Faut-il s’étonner que les milices leurs ripostent ?, s’interroge Alexandre Mikhaïlenko, professeur à la chaire de la politique extérieure de l’Académie russe de la fonction publique.

« Nous n’y avons pas de forces et de moyens. Par contre, il est tout à fait logique que les milices s’y déplacent, se redéployent en réaction à un afflux massif des forces armées ukrainiennes. A mon avis, pour la partie ukrainienne ce sont plutôt des déclarations politiquement engagées, appuyées par des Américains. »

Le mode d’activités de la mission de l’OSCE dans la zone du conflit met de l’huile sur le feu. Ses employés suivent attentivement les déplacements des troupes russes en territoire de Russie. Mais pour de quelconques raisons ne réagissent d’aucune manière au redéploiement et au renforcement des positions de l’armée ukrainienne. Alexandre Pankine a attiré l’attention du Conseil de Sécurité de l’ONU au fait que Kiev concentre dans le Donbass l’artillerie lourde et des chars, des systèmes lance-roquettes multiples « Grad », « Ouragan » e- des lance-missiles « Skad ». Le diplomate russe a déclaré que l’absence de l’information à ce sujet dans les rapports de l’OSCE donnait un tableau déformé et provocateur des événements.

Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_11_13/La-discussion-au-Conseil-de-securite-de-l-ONU-ou-des-blindes-dans-les-reseaux-sociaux-5249/

Publicités

Une pensée sur “La discussion au Conseil de sécurité de l’ONU ou des blindés dans les réseaux sociaux”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.