Le secrétaire général de l’Elysée Jean-Pierre Jouyet et l’ancien Premier ministre François Fillon sont au coeur d’un scandale. GERARD CERLES/AFP FRANCE

Une situation qui pourrait profiter à l’extrême droite.

Accusations de tentative de manipulation de la justice et de mensonges au plus haut niveau, intrigues de couloirs, déclarations changeantes : la classe politique française –partis traditionnels mais aussi l’Élysée– est éclaboussée par un scandale qui pourrait une fois de plus profiter à l’extrême droite.

« On est vraiment sur une affaire toxique du point de vue de l’opinion, parce que ça touche la gauche et la droite », analyse le politologue Frédéric Dabi de l’institut de sondages Ifop à propos du scandale « Fillon-Jouyet » du nom de ces deux principaux protagonistes. « Marine Le Pen les remercie », titre dans son éditorial le journal le Figaro, en référence à la présidente du Front national.

 

(Lire aussi : En France, le torchon brûle chez les socialistes)
Au départ, deux journalistes du Monde affirment que François Fillon, ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy, a sollicité le secrétaire général de l’Élysée Jean-Pierre Jouyet pour lui demander d’accélérer les procédures judiciaires contre son ancien patron, devenu rival à la course à la présidentielle 2017.
François Fillon a démenti formellement, portant plainte contre Le Monde, mais l’affaire a pris de l’ampleur lorsque M. Jouyet a revu sa version des faits. Après avoir nié jeudi, il a reconnu dimanche avoir évoqué avec M. Fillon la procédure judiciaire portant sur les comptes de campagne de M. Sarkozy.

 

Lire la suite ici

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.