À la poursuite de l’État islamique »: Devinez qui est derrière le projet califat ?

À la poursuite de l’État islamique »: Devinez qui est derrière le projet califat ?

24 Septembre 2014

On dépeint l’État islamique (EI) comme un ennemi des États-Unis et du monde occidental. Mais en vérité…

À la poursuite de l’État islamique »: Devinez qui est derrière le projet califat ?

Avec le soutien de la Grande-Bretagne, l’indéfectible allié des États-Unis, le président Barack Obama a ordonné une série de bombardements étasuniens sur l’Irak visant apparemment à vaincre l’armée rebelle de l’EI.

« Nous ne renoncerons pas à notre volonté de faire face à l’État islamique […] Si les terroristes pensent que nous allons faiblir face à leurs menaces, ils ne peuvent pas être davantage dans l’erreur. » (Barack Obama et David Cameron, Strengthening the NATO alliance, lettre d’opinion publiée dans le Times de Londres, 4 septembre 2014, c’est l’auteur qui souligne.)

Mais qui est derrière le projet de l’État islamique?

Par une cruelle ironie du sort, les rebelles de l’État islamique, anciennement connu sous le nom « État islamique en Irak et au Levant » (EIIL) étaient jusqu’à tout récemment présentés comme « des combattants de la liberté de l’opposition » en Syrie, dévoués au « rétablissement de la démocratie » et au renversement du gouvernement laïc de Bachar al-Assad.

Et qui était derrière l’insurrection djihadiste en Syrie?

Ceux qui ont ordonné les bombardements sont ceux qui sont derrière le projet de califat.

Les milices de l’EI, qui sont actuellement la cible présumée d’une campagne de bombardements des États-Unis et de l’OTAN en vertu d’un mandat de « lutte au terrorisme », ont été et sont toujours soutenues clandestinement par les États-Unis et leurs alliés.

Autrement dit, l’État islamique a été créé par le renseignement étasunien , avec le soutien du MI6 britannique, du Mossad israélien, de l’Inter-Services Intelligence (ISI) pakistanais et l’Al Mukhabarat Al A’amah de l’Arabie saoudite (رئاسة الاستخبارات العامة ou General Intelligence Presidency (GIP) en anglais). Par ailleurs, selon des sources du renseignement israélien (Debka), l’OTAN, en liaison avec le haut commandement turc, était impliqué dans le recrutement de mercenaires djihadistes dès le début de la crise syrienne en mars 2011.

En ce qui concerne l’insurrection syrienne, les combattants de l’État islamique ainsi que le Front Al-Nosra, des forces djihadistes affiliées à d’Al-Qaïda, sont les fantassins de l’alliance militaire occidentale. Ils sont secrètement soutenus par les États-Unis, l’OTAN et Israël. Leur mandat consiste à mener une insurrection terroriste contre le gouvernement de Bachar al-Assad. Les atrocités commises par les combattants de l’État islamique en Irak sont similaires à celles commises en Syrie.

En raison de la désinformation médiatique, l’opinion publique occidentale n’est pas au courant que dès le tout début, les terroristes de l’EI ont été soutenus par les États-Unis et leurs alliés.

Les meurtres de civils innocents par les terroristes de l’État islamique en Irak sont utilisés afin de créer un prétexte et une justification en faveur d’une intervention militaire étasunienne pour des raisons humanitaires. Les bombardements ordonnés par Obama, cependant, ne sont pas destinés à éliminer l’État islamique, qui constitue un « atout du renseignement » étasunien. Bien au contraire, les États-Unis visent la population civile ainsi que le mouvement de résistance irakien.

Le rôle de l’Arabie saoudite et du Qatar

Fait amplement documenté, le soutien des États-Unis et de l’OTAN à l’État islamique est acheminé clandestinement par les plus fidèles alliés des États-Unis, à savoir le Qatar et l’Arabie saoudite. Les médias occidentaux ont reconnu que Riyad et Doha, agissant en liaison avec Washington et en son nom, ont joué (et jouent toujours) un rôle central dans le financement de l’État islamique, ainsi que dans le recrutement, la formation et l’endoctrinement religieux des forces mercenaires terroristes déployées en Syrie.

Selon le Daily Express de Londres : « Ils [les terroristes de l’EI] avaient de l’argent et des armes fournies par le Qatar et l’Arabie saoudite. »

« La plus importante source de financement de l’EI à ce jour provient des pays du Golfe, principalement de l’Arabie saoudite mais aussi du Qatar, du Koweït et des Émirats arabes unis », (Selon le Dr Günter Meyer, directeur du Centre de recherche sur le Monde arabe à l’Université de Mayence, en Allemagne,Deutsche Welle )

Ces fonds ont été acheminés aux terroristes de l’EI qui se battent contre les forces gouvernementales en Syrie:

Grâce à des alliés comme l’Arabie saoudite et le Qatar, l’Occident [a] soutenu des groupes rebelles militants qui ont depuis mutés en EI et autres milices liées à al-Qaïda. (Daily Telegraph, 12 juin 2014)

Selon Robert Fisk, le projet de califat « a été financé par l’Arabie saoudite » :

[V]oici la plus récente contribution monstrueuse de l’Arabie saoudite à l’histoire mondiale : le Califat islamiste sunnite en Irak et au Levant, conquérant de Mossoul et Tikrit – et de Racca en Syrie – et peut-être de Bagdad, « humiliateurs » ultimes de Bush et d’Obama.

D’Alep, dans le nord de la Syrie, jusqu’aux environs la frontière irako-iranienne, les djihadistes de l’EIIL et autres groupuscules divers payés par les wahhabites saoudiens, et des oligarques koweïtiens, règnent maintenant sur des milliers de miles carrés. (Robert Fisk, The Independent, 12 juin 2014)

En 2013, dans le cadre de son recrutement de terroristes, l’Arabie saoudite a pris l’initiative de libérer des condamnés à mort incarcérés dans les prisons saoudiennes.

Une note confidentielle a révélé que les prisonniers étaient « recrutés » » pour rejoindre les milices djihadistes (y compris Al-Nosra et l’EIIL) afin de lutter contre les forces gouvernementales en Syrie.

On aurait offert une entente aux prisonniers – rester et être exécuté ou lutter contre Assad en Syrie. Dans le cadre de l’entente, on offrait aux prisonniers un « pardon et une allocation mensuelle pour leurs familles, autorisées à demeurer dans le royaume sunnite ».

Les responsables saoudiens leur auraient donné le choix : décapitation ou djihad? En tout, des détenus du Yémen, de la Palestine, de l’Arabie saoudite, du Soudan, de la Syrie, de la Jordanie, de la Somalie, de l’Afghanistan, de l’Égypte, du Pakistan, de l’Irak et du Koweït ont choisi d’aller combattre en Syrie. (Voir Global Research, 11 septembre 2013)

Volte-face

Le 11 septembre 2014, coïncidant avec la commémoration du 11-Septembre, le roi d’Arabie saoudite ainsi que les monarques des pays du Golfe ont annoncé leur soutien indéfectible à la guerre sainte d’Obama contre l’État islamique, laquelle a été et est toujours financée par des fonds du Qatar et de l’Arabie saoudite dans le cadre d’une opération de renseignement soigneusement conçue.

Le secrétaire d’État John F. Kerry, à gauche, parle avec Joseph W. Westphal, l’ambassadeur étasunien en Arabie saoudite, et le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Saoud Al-Fayçal à son arrivée à l’aéroport international du roi Abdulaziz de Djeddah, en Arabie saoudite le 11 septembre 2014 (Photo : Brendan Smialowski, Associated Press)

Alors qu’ils ont activement contribué au financement de l’État islamique, sans compter qu’ils ont recruté et formé des terroristes au nom de Washington, l’Arabie saoudite et les États du Golfe ont promis d’appuyer fermement la campagne militaire d’Obama, « d’avilir et finalement détruire » l’État islamique.

La déclaration d’appui contenue dans le communiqué, engage les « principaux pays arabes à travailler avec les États-Unis afin de couper le flux de combattants et les fonds étrangers de l’État islamique ». Elle confirme également que les membres ont discuté d’une « stratégie pour détruire l’EIIL où qu’il soit, y compris en Irak et en Syrie ».

L’Arabie saoudite a fini par comprendre que le groupe État islamique constitue aussi une menace sérieuse pour leur pays, et qu’il ne s’agit pas d’un mouvement sunnite traditionnel. L’un des éléments du plan d’Obama contre l’EI vise à saper les liens idéologiques et religieux avec l’islam invoqués par les militants de l’État islamique.

L’administration espère que Riyad usera de son influence parmi les chefs religieux islamiques. (Voice of America, 11 septembre 2014)

Recrutement de « terroristes modérés »

Dans le cadre de cet accord, la famiile Al-Saoud sera « l’hôte d’un centre de formation pour des milliers de combattants rebelles syriens qui luttent à la fois contre l’État islamique et le régime du président Bachar al-Assad ». Cette proposition est fausse et absurde. Jusqu’au 9 septembre, l’Arabie saoudite a « officiellement » soutenu l’État islamique contre le gouvernement de Bachar Al-Assad, et on lui a maintenant confié le recrutement de djihadistes pour combattre l’État islamique. Les médias n’ont toutefois pas réussi à relier les points et à découvrir le grand mensonge.

Il s’agit d’un projet diabolique : les artisans de l’État islamique ont informé le monde qu’ils « se lancent à la poursuite » de leurs propres terroristes dans le cadre d’une opération de contreterrorisme.

Bien que ces actions soient menées sous la bannière de la « guerre mondiale au terrorisme », les États-Unis n’ont pas l’intention de cibler leurs propres brigades terroristes de l’EI, intégrées par des forces spéciales et les services de renseignement occidentaux. En réalité, la seule campagne crédible et efficace contre les terroristes islamiques de l’EI est menée par les forces gouvernementales syriennes.

Inutile de dire que le financement et l’appui des États-Unis, de l’OTAN, de l’Arabie saoudite et du Qatar continueront. L’objectif n’est pas de détruire l’État islamique, tel que l’a promis Obama. Il s’agit plutôt d’un processus de déstabilisation et de destruction de l’Irak et de la Syrie, mené par les États-Unis. La campagne contre l’État islamique est utilisée pour justifier le bombardement des deux pays en ciblant principalement les civils.

Le but ultime est de déstabiliser l’État-nation que constitue l’Irak et de déclencher sa partition en trois entités distinctes.

L’objectif stratégique général des États-Unis et de l’OTAN consiste à déstabiliser toute la région du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord, de l’Asie centrale et du Sud, incluant l’Iran, le Pakistan et l’Inde.

Traduction: Julie Lévesque pour Mondialisation.ca

http://www.globalresearch.ca/going-after-the-islamic-state/5401439

3 Replies to “À la poursuite de l’État islamique »: Devinez qui est derrière le projet califat ?”

  1. Les développements dangereux dans la région du Moyen-Orient arabe, et cette coalition internationale, composée par les USA pour combattre Da3ach, doit être regardée avec toute la méfiance nécessaire de notre part, en tant que refusant et combattant l’impérialisme étasunien, ses alliés et laquais de toutes mes forces. Cette attitude instinctive contre tout ce que entreprend les Etats-Unis d’Amérique, comme cette toute dernière de leur initiative unilatérale, de prendre immédiatement la tête d’une coalition, sans laisser l’initiative aux russes ou bien aux iraniens, composée de pays qu’ils ont choisi arbitrairement, pour soi disant combattre Da3ach, suivant la résolution du Conseil de Sécurité N° 2170, assortie de l’article 7, stipulant de faire la guerre à Da3ach et à Jabhet el-Nousra et à leurs dérivés, là d’où il vient, là d’où ils se trouvent, dans les banques sous forme de fonds financiers, dans les milieux diplomatiques de différents gouvernements; sur le terrain en Turquie, en Jordanie, en Libye, en Tunisie, au Qatar, en Arabie Saoudite, là où il est formé militairement par les différents services secrets étasuniens, occidentaux et israéliens, pour aller combattre, tuer, détruire, voler violer en Irak, en Syrie, au Liban, et retourner se faire soigner de ses blessures de combats. Si cette coalition conformément aux vœux exprimés par le nouveau premier ministre Monsieur Haidar La3badi, qui remplaça Monsieur Nourri el-Maliki, forcé de se retirer du premier ministère, comme condition sine qua none imposée par les USA, avant toute livraison d’armes achetées et payées comptant par les irakiens aux USA et qui sont restées non livrées, et toute aide pour combattre Da3ach en Irak; et en République Arabe Syrienne qui considère Da3ach comme étant, preuve à l’appui, en grande partie de fabrication étasunienne, saoudienne, qatarie, turque et sioniste; ce qui pose évidemment la question, sur les véritables intentions des américains derrière leurs décisions de bombarder Da3ach en territoire syrien, sans presque demander l’avis du gouvernement syrien, ou du moins, comme il vient d’être communiqué, après coup, par le Ministère des Affaires étrangères de Syrie, que effectivement avant ces frappes aériennes sur le sol syrien; par avions et missiles Crusse et Toma hoc depuis des bâtiments de guerre américain, en rade face à la Syrie, ce qui suppose l’utilisation de l’espace aérien syrien, ou depuis la mer rouge, ou encore depuis le Golfe arabo persique; seulement quelques heures, avant qu’ils ne soient exécutés, par des avions de combat de cette coalition conduite par les USA. Si le représentant permanent syrien à l’ONU, Monsieur Bachar el-Ja3fari a été contacté par son homologue américain qui lui a remis le plan, par écrit des attaques décidées unilatéralement par les seules américains, sur les positions de Da3ach en territoire syrien, dans la préfecture de Raqqa, proche de la frontière irakienne, positions déjà désertées semble t-il par Da3ach, ce qui rendrait cette action sans aucun impacte sur les moyens militaires de Da3ach à ces endroits, et ce qui n’autorise pas les USA de détruire comme bon leur semble des biens publics et privés, ou de causer des dommages collatéraux contre des civiles syriens se trouvant là par contrainte. C’est donc, presque un fait accompli, une violation de la souveraineté syrienne par les américains, sans l’appeler par son nom, puisque sans une véritable coordination directe avec le Gouvernement syrien, presque à la limite du non respect du peuple et de l’état syrien. Il est vrai que la visite préalable du haut représentant irakien, Vice président en Irak, et l’entretien qu’il a eu avec le Président Bachar el Asad, devait contenir cette question de coordination directe entre irakiens et syriens dans leur combat commun contre Da3ach, et également une sorte de proposition exprimée par les USA pour une coordination par personne interposées avec la République Arabe Syrienne, transmise par l’intermédiaire irakien, et donc, le consentement exprimé par Bachar el-Asad pour des frappes aériennes par la coalition en territoire syrien dans la zone de Raqqa et son chef lieu de Deir el-Zour, au main de Da3ach depuis déjà plus de deux ans, proche de la frontière irakienne, que l’aviation syrienne ne cesse de bombarder elle-même. Il y a ainsi, semble t-il, la communication téléphonique préalable, entre le secrétaire d’état aux affaires étrangères des USA, Monsieur John Kerry et son homologue syrien, Monsieur Walid el-Mou3alem qui devait contenir sans doute, ce même sujet. Le fait que je sois contre toute action militaire américaine, en Syrie, en Irak, ou même dans n’importe quel pays dans le monde, même déguisée cette fois, par cette coalition de façade de combattre Da3ach, n’est pas pour moi de défendre Da3ach contre les américains, leurs alliés et leurs laquais du CCG, mais de refuser toute alliance, même circonstancielle avec ce diable américain. L’américains et ces alliés coalisés avec lui pour cette mission, ne font que donner l’illusion de combattre Da3ch, puisqu’ils en sont ces façonneurs, ces pourvoyeurs en finances, en hommes, en armes, en logistique, en propagande, en soutien politique et diplomatique. Je suis fondamentalement contre Da3ach et ses dérivés, tous issus de la mouvance d’Al-Qaïda avec leur dogme wahhabite, takfiriste, pseudo salaliste, frères musulmans, suicidaire pour toute la nation musulmane dans le monde. Ces takfiristes, je les ai combattu dans toutes mes interventions au moyen des réseaux sociaux de Inter net, de Youtube, de Face Book, comme l’attestent ma page dans FB et ma chaine dans Youtube. Mon attitude d’être contre cette coalition, n’est pas pour prendre la défense de Da3ach, et celui parmi mes abonnés qui ose le prétendre, ne fait que méconnaitre mes positions, ou cherche à désinformer ce qui me suivent. Ma position sur Da3ach est de le considérer comme un groupe criminel, terroriste des plus monstrueux, qui ose tuer, égorger, violer, voler, piller, tous ceux qui n’adoptent pas son dogme takfiriste, Wahhabite, qui est une menace pour l’islam et pour l’ensemble des pays musulmans. Mais sur la question de l’intervention militaire américaine, dissimulée par cette coalition qu’elle conduit elle-même, c’est une autre matière.
    Pour ce qui concerne cette intervention militaire américaine, sous le couvert de cette coalition internationale commandée par les étasuniens même, ma position de principe, que les américains sont venus attaquer Da3ach, ou étaient venus et ils sont encore en Afghanistan pour attaquer les Talibans, ou étaient venus attaquer le régime politique irakien précédent, ou étaient venus en Libye pour détruire le pays, qu’importe le lieu ou la zone, ou la région, que ces américains soient là sur demande d’un gouvernement contre son opposition armée, ou contre des mercenaires étrangers, ou pour aider une opposition à un gouvernement pour le faire tomber, cela ne veut pas dire, que je suis opposé à des attaques que les américains peuvent porter véritablement à Da3ach ou autre groupe terroriste, mais par principe, je suis contre toute forme intervention étrangère, même par cette coalition dirigée ou pas par les USA en territoire syrien, que soit Da3ach qui est visé ou l’armée et le gouvernement syrien qui sont visés. C’est donc par principe, l’intervention étrangère, militaire américaine sans ou avec cette coalition, sous le couvert de l’OTAN, ou de l’ONU, n’est pas acceptable. Ce principe intangible vient du fait que les étasuniens sont terroristes par essence, toute leur histoire n’est que cela, et toute coalition où les étasuniens s’y trouvent est considérée par moi comme une coalition composée de terroristes. Les USA sont le terrorisme même, personnifié dans tout son horreur en ce bas monde. Celui qui cherche l’origine et la source même du terrorisme, il le trouvera fondamentalement dans les étasuniens qui ont scientifiquement, ethnologiquement psycho socialement utilisé ces données sur les contradiction du monde musulman, pour les exacerber au maximum, rien qu’en s’attaquant à l’autorité du pouvoir central de ces pays, pour que les vieilles coutumes différentes pour chaque village, chaque ville, chaque tribut dans un même pays, viennent remplacer le consensus générale qui jusqu’ici maintenait le pays en paix, créant ainsi le milieu favorable et fertile, pour qu’éclatent toutes sortes de complots entre musulmans, entre arabes, entre écoles juridiques, et ne reste que de jeter de l’huile sur le feu. De plus, les étasuniens sont les souteneurs sans limite de l’entité sioniste, installée en Palestine depuis 1948. Ce qui donne que l’origine du terrorisme dans le Moyen-Orient arabe est d’origine sioniste israélien, qui reçoit un soutien sans limite sous forme militaire, économique, diplomatique, politique, des USA, allant même jusqu’à empêcher par le véto au Conseil de Sécurité de l’ONU, la moindre résolution contre Israël, sans qu’Israël ne l’approuve, et proposer et approuver toute résolution en faveur de cette entité criminelle, ou même l’application de celles déjà adoptées, comme la restitution des terres syriennes des hauteurs de Golan, ou les terres palestiniennes qui ont échappé à la colonisation sioniste en 1948. Même réalité, en l’Afrique du Nord, au Soudan, en Libye, en Egypte, en Tunisie, en Algérie et dans les pays de Sahel, comme au Mali, au Niger, en Centre-Afrique et bientôt au Cameroun, tous les troubles sont d’origine sioniste et étasunien ensemble. En troisième lieu, les étasuniens, ceux sont eux qui ont pris la relève des anciennes puissances coloniales, spécialement celle de la Couronne Britannique qui a été à l’origine du Wahhabisme en Arabie, que les américains ont perfectionné, étendu, ce qui fait qu’ils ne peuvent être considéré, sur le plan morale comme une entité saine, avec une morale et une étique sans reproche. Les Etats-Unis d’Amérique, sont le banditisme en personne, et de ce fait, ils ne sont pas propres pour mener une coalition internationale de lutte contre le terrorisme. Celui qui dans l’histoire pour gagner une guerre contre le Japon, a osé faire exploser deux bombes thermo nucléaires dans deux grandes villes japonaises, n’a aucun droit de se présenter pour combattre Da3ach. Les USA qui ont détruit l’unité de la Grande Corée pour en faire une partie colonisée par eux, qui est le Sud, et le Nord toujours en guerre contre les USA d’une manière permanente. Sans trop m’étendre autour de l’Asie du Sud-est, jusqu’au Vietnam, Cuba, l’Amérique du Sud, l’Afghanistan, la destruction de l’Irak, de la Somalie, du Soudan, de la Libye avec une pollution d’uranium appauvri radioactif pour des milliers d’années; ainsi que cette guerre de 50 jours, où Barak Obama se tint ferme et solidement solidaire au côté de cet autre criminel de guerre, du nom de Netanyahou, qui pour tenter d’arriver à bout d’une résistance des groupes combattants palestiniens à Ghaza, avait massacré délibérément des enfants, des femmes, des vieillards, tués par milliers, blessés par milliers, déplacés par dizaines de milliers, détruit toute l’infrastructure de l’enclave palestinienne encerclée depuis plus de sept années, au vu et au sue du monde entier; et de surcroit par des armes prohibées par les lois internationales, ce qui nous donne le vrai visage de cette Administration américaine qui ne peut en aucun cas être à la tête d’une coalition pour combattre le terrorisme, ou même de s’avancer pour soi disant combattre le terrorisme. Ce qui se passe n’a aucune relation pour combattre le terrorisme par cette coalition conduite par les USA. De plus, l’énoncé fait par l’Administration américaine, que ce qui la motive, c’est d’accourir pour défendre ses intérêts, rien que les américains dans la région; et se joindre à cette coalition soi disant pour combattre Da3ach en Irak et en Syrie, n’est que pour défendre les intérêts américains qui sont essentiellement au dépend des peuples et des gouvernements de la région. Etre partie prenante, que cela soi la Syrie, l’Irak, l’Iran la Russie, la Chine ou le Liban, ou moi-même qui écris cet article, pour me joindre à cette coalition internationale dirigée par les USA, pour défendre les intérêts des USA, est quelque chose de tout à fait inacceptable. Aucune déclaration américaine n’a été faite pour ce combat contre « Da3ach », dans un but de défendre les minorités irakiennes qui ont été massacré durant des années dans cette région, et actuellement dès l’invasion de Da3ach dans les zones où habitent des chrétiens, ou des shiites, ou des turcs mans, ou des sunnites qui refusent le Wahhabisme, ou des laïques irakiens et syriens, dans les zones envahies précédemment, ou dernièrement à Mossoul en Irak et à Raqqa en Syrie. Ce qui veut dire que dès que la situation a atteint un point critique en Irak où les intérêts américains devenaient sous la portée de Da3ach, et que les résultats recherchés de déboulonner Nourri el-Maliki de son poste de Premier Ministre est acquis, pour être remplacé par une nouvelle équipe dont certains membres sont pro-américain et manipulables par la Turquie et les pays du CCG, dès lors, tout ce vacarme provoqué par la Grande-Bretagne au Conseil de Sécurité de l’ONU pour obtenir cette résolution N° 2170, cotée à l’unanimité, et la formation en toute hâte de cette coalition par les USA, pour aussitôt accourir pour défendre leurs propres intérêts, par des bombardements en solo sur Da3ach qui s’approchait du Kurdistan irakien, où se trouvent les intérêts concentrés des américains et des israéliens, là il y a urgence et nul part. C’est donc ma décision ferme, en tant que journaliste, militant et ancien Moudjahid, de désapprouver toute solidarité avec cette coalition conduite par « Ali Baba accompagné pas ses quarante voleurs », qui cherche à protéger les intérêts américains dans la région au dépend des intérêts des peuples et des gouvernements de la région. Il est donc de mon droit, comme celui des peuples arabes de la région, d’être méfiant sur les intentions des étasuniens qui donnent l’impression de vouloir regrouper le monde entier contre ce terrorisme Da3ach qu’ils ont eux mêmes entretenu, en faisant oublier Jabhet en-Nousra, et ses dérivées, ainsi le bras armé de la Confrérie des frères musulmans, et toute cette mouvance d’Al-Qaïda, sans oublier cette dite armée syrienne libre qui n’est qu’une illusion toute virtuelle pour cacher la forêt terroriste, où les noms des groupes changent comme les cravates pour chaque nouveau costume que l’on leur fait porter. Ce mouvement américain trompeur, veut il nous faire croire que ses sentiments soudainement se sont réveillés à la vision des crimes des égorgeurs sur les égorgés, là bas en Syrie et en Irak, qui ont provoqué une onde choc, telle que la pression de l’opinion interne de son propre peuple l’ont obligé, malgré son administration vampire de mettre un frein à son vampirisme face à ces massacres collectives de civiles arabes innocents, d’expulsions de milliers de gens de leurs domiciles, de destructions de mosquées, d’églises, de temples et de Mausolées, amplifiées par les mises en scène des ces journalistes américains égorgés, qu’il a certainement combiné avec ses complices terroristes de connivence avec le Mossad sioniste pour faire engager plus fort encore, les étasuniens, la France et la Grande-Bretagne dans ce désordre et ce Chaos au Moyen-Orient. Est-ce un sentiment humain qui a amené les USA à construire cette coalition contre Da3ach, pour occuper une nouvelle fois la région, d’où ils ont été chassé par les Irakiens depuis 2011, pour y installer de nouvelles bases militaires en Irak, ce qui a été refusé par les irakiens et Nourri el-Maliki en personne. Pour revenir à 2003, lors de la guerre entre le Hezbollah, durant les affrontements où le Hezbollah donnait du fil à retordre à l’entité sioniste et ses de charres de guerre Merkaba, et pour que pour que ces mêmes sionistes déjà battus ne perdent la face, des propositions indirectement américaines ont été faite au Hezbollah, pour un cessez-le feu paisible au Liban, à condition de se défaire de toutes ses armes en tant que résistance, de libérer les deux otages israéliens détenus par lui et sans condition, et d’accepter des forces militaires internationales qui seront installées tout le long des frontières entre l’entité sioniste et le Liban, entre le Liban et la Syrie, entre le Liban et la Palestine occupée, et aux ports de mer libanais, et l’aéroport de Beyrouth, et sur les terres libanaises. Tout ce plan impérialiste et sioniste fut combattu et abandonné grâce au combat sans relâche des résistants libanais.
    Qui ne dit pas que le fait de rejoindre cette coalition, n’oblige celui qui la rejoint de se conformer à toutes ces exigences ci-dessus énumérées, obligeant d’ouvrir à cette coalition, tous les ports et aéroports du Liban, tous les dépôts d’armes, les hôpitaux, et des espaces pouvant servir de bases militaires pour l’OTAN, ou l’armée des étasuniens, rien que ça. Ce qui est en fait le but recherché actuellement en Irak par les américains qui étaient sortis par la porte en 2011, sans aucun acquis géostratégique grâce la ténacité de Nourri el-Maliki l’ex premier ministre d’Irak. Par ce chaos Da3ch en Irak, aujourd’hui, ces mêmes américains tentent de revenir par la fenêtre, grâce à ce prétexte de Da3ach en Irak. Ce qui fait que selon ces considérations, je surveillerais le gouvernement irakien du comment il va traiter cette question, souverainement avec un soucis d’indépendance, ou à nouveau comme un colonisé; de même pour la République Arabe Syrienne, même indirectement, contacter par les USA, elle doit faire cesser cette coordination avec cette coalition américanisée. Les iraniens devront agir plus fermement contre ce nouveau complot, et ne rien concéder sous prétexte de faire aboutir ces discussions 5+1 sur cette question nucléaire, qui a déjà fait une victime du nom de Nourri el-Maliki, loyalement élu par une majorité de la majorité politique de son groupe parlementaire. Les Russes qui ont grandement profité de la résistance du peuple syrien durant presque quatre années, et qui sont arrivés à scléroser les développements dangereux en Ukraine, devront en tant que super puissance, enlever toute initiative unilatérale des américains qui sont en même temps « M’rabt ou Boulice ». De même pour l’Algérie qui fait bien de s’occuper de sa propre sécurité, sans jamais tomber dans les pièges tendus par les français, les anglais, les allemands et les américains qui lui ont proposé bien des fois de participer à des manœuvres en commun avec l’OTAN en Méditerranée, ou à des combats en coalition contre le terrorisme en Libye, au Mali, en Tunisie ou ailleurs, d’autant plus que l’Algérie n’a aucun besoin de se coaliser avec personne, ni même avec l’Egypte. En tant qu’ancien Moujahid que je suis, je suggère à mon pays, de retrouver l’esprit du Premier Novembre 1954, et d’organiser la résistance de la Nation algérienne sous la forme d’un front de Défense Nationale, du même type que le Front de Libération Nationale, où le peuple entier soit structuré en cellule politique pour patriotes, en Kasma, en Zone, en Wilayat, où la formation patriotique est obligatoire, la formation militaire est obligatoire, où les dépôts secrets d’armes pour chaque Kasma doivent être organisés, un peut comme le peuple suisse l’a déjà organisé. Ainsi organisés, nous algériens seront capables de faire face à n’importe qu’elle menace, grâce à notre armée nationale populaire, à nos forces du Ministère de l’Intérieur, à notre gendarmerie, et je l’espère à cette structure qui sera calquée sur la période de guerre de libération nationale.
    D’où qu’elle vienne cette menace, sans avoir besoin de nous coincer dans une coalition, et
    la seule chose qu’il faut exiger des étasuniens, de leurs alliés et de leurs laquais du CCG, c’est de mettre un terme au financement, à l’armement, à l’enrôlement à la formation de tout candidat au terrorisme d’où qu’il vient dans le but de combattre l’armée populaire algérienne, les autorités algériennes ou le peuple algérien, de même pour tous les pays arabes victimes de ce même terrorisme, sera exigé la même demande aux étasuniens, leurs alliés et leurs laquais. Les tentatives de violer les frontières algériennes par la Libye, par la Tunisie, par le Niger, par le Mali, par la Mauritanie, par le Maroc et la partie occupée par lui du Sahara Occidental continuent hélas sans interruption, par toutes sortes de danger, trafic de drogue, de marchandise prohibées, d’armes, d’hydrocarbure, d’animaux d’élevage, de produits agricoles, et de terrorisme qui tente de s’injecter dans notre pays, par terre, par air ou par tunnels, ce qui exige une mobilisation constante de l’état-major algérien, ce qui détourne des sommes en dollars faramineuses enlevées aux besoins de développement du pays; malgré cela, l’Algérie demeure capable de combattre le terrorisme et tout danger extérieur, malgré cette opposition non constitutionnelle depuis l’étranger, qui tente par tous les moyens, par des réseaux sociaux du net, par la presse nationale sous l’influence sioniste, d’enjoliver la désobéissance et de pousser les quelques manipulables de sortir des les rues manifester ou même protester contre les autorités sans savoir pourquoi; ce qui est de même pour l’ensemble des pays arabes menacés par le même terrorisme façonné, formé et injecté par cette même coalition américaine, européenne et leurs laquais du CCG. Le danger est aussi situé dans cette sociologie de jeunes algériens qui se sont agglutinés dans des quartiers de capitales européennes, vivant de toutes sortes de trafics, sans aucune perspective positive, rien que de la délinquance en perspective, qui est un danger à retardement pour notre pays. L’attitude algérienne n’est ni une tenue à l’écart de son environnement, ni une fermeture totale de ses frontières, mais veiller à tout ce qui rentre n’est pas nuisible, et ce qui en sort n’est pas une perte pour le pays. Si cette coalition contre le terrorisme cherche véritablement à combattre le terrorisme, la première des choses à faire est la fermeture du robinet terroriste. Autre chose pour les pays arabes frappés par le terrorisme, ou limitrophes de ces pays arabes victimes du terrorisme, c’est de résoudre le problèmes des camps de réfugier hors de leurs pays; camps devenus des lieux de recrutements de nouveaux terroristes, de complots, de propagandes par les masses médias impérialistes et réactionnaires, lieux d’exploitation de l’homme par l’homme, de drogue, de prostitution, de crime aux droits de l’homme, aux droits de l’enfance, aux droits de l’instruction, de la formation, et lieux comme sujet de propagande et de complot contre le pays d’origine. Le combat de l’armée qui défend son pays, de son peuple et ses patriotes doit empêcher toute concession de terrain susceptible de servir au terrorisme comme bastion utilisable par les puissances impérialistes qui les soutiennent, comme se fut la cas à Benghazi en Libye, d’où est partie l’invasion du reste du pays. Les algériens sont en mesure de se défendre contre toute menace extérieure, et croire que le terrorisme peut occuper n’importe quelle zone dans le pays est chose utopique grâce à la présence certaine de patriotes, de forces de sécurité, de militaires. De temps à autre entendre un semblable à Abdelhakim Bel Hadj, ou Mokhtar Bel Mokhtar dire face à son groupe, qu’il est capable d’occuper en trois jours Hassi Messaoud ou la station gazière de 3aïn Amenas, ou n’importe quel endroit en Algérie, n’est que fanfaronnade. Non Monsieur Mokhtar Bel Mokhtar, ce n’est plus possible. Même les représentations diplomatiques algériennes à l’étranger ne sont plus naïves ou vulnérables comme ils le furent dans le passé, même le transport aérien algérien a pris ses précautions. Toutes les parties algériennes grâce à la vigilance de tous les algériens doivent être protégés, sont déjà protégés et seront encore plus protégés. N’importe quel endroit en Algérie, n’est ni Kabyle, ni oranais, ni constantinois, il est Algérie avec le même sacré, et tous les algériens sont responsables à être une seule voie, une seule main d’interdire tout terrorisme de s’étendre dans m’importe quel centimètre du pays. C’est une obligation pour le Gouvernement, pour l’armée, pour la police, pour les patriotes, pour le peuple; pour tous nous, nous nous devons d’être une seule main. Sans aucun doute que les événements vont s’accélérant, nous sommes à la fin des congés et vacances, tout le monde doit se remettre au travail, donc vigilance, observation, analyse, et éviter que ne se produise sous nos yeux, des kidnappings d’étrangers chez nous, que cela soit par des délinquants criminels ou par du terrorisme organisé, il faut aussitôt réagir et empêcher cela. Sur la scène internationale, il ne faut pas oublier la victoire militaire des palestiniens à Ghaza contre l’entité sioniste, mille fois plus forte militairement et cependant battue par la volonté et les sacrifices d’un peuple. Cette victoire de nos frères palestiniens est d’autant plus importante, qu’elle a fait échouer tous les plans sionistes de faire disparaitre la cause palestinienne en occupant toute la Palestine. De même, cette victoire au Yémen de tout le peuple yéménite pour travailler ensemble un avenir malgré toutes les manipulations des pays du CCG avec en tête l’Arabie Saoudite la plus en pointe de vouloir disloquer tous les pays arabes. Je souhaite à l’ensemble des peuples arabes de rester combattant, contre leurs ennemis commun, nous sommes devant une grosse menace, qui peut déboucher sur une victoire totale si nous restons résistants et combatifs. Wa Salamou 3aleikoum. « Dakichia »

    C’est encore une comédie hypocrite de François Hollande, Président de la République Française, à double faces, utilisant la mort toute probable causée par qui, pour remonter dans les sondages qui sont pour lui à zéro. Da3ach, c’est bien aussi le produit de la France contre la souveraineté syrienne, produit terroriste qui est devenu semble t-il électron livre, jusqu’à

  2. Les américains reconnaissent qu’il y a terrorisme au Moyen-Orient
    http://youtu.be/MI1goMJG_E4 la source.
    http://youtu.be/J9BNlBr5iQc autre information.
    http://youtu.be/zPpSUK_yv2k «  »

    Que les américains reconnaissent qu’il y a terrorisme dans la région du Moyen-Orient arabe, cela est un bon début, cependant le problème est situé dans leurs doubles analyses sur ce même terrorisme, lorsqu’il se trouve en Syrie, il n’est plus terrorisme, mais opposition armée contre le pouvoir en place, tandis qu’en Irak il s’appelle Da3ach, soutenu avec la bienveillance américaine, financièrement, logistiquement par des armes, par de nouvelles recrues, par de la propagande et des « fatawa » religieuses justificatives, sans interruption par la Turquie, le Qatar et l’Arabie Saoudite et n’est appelé terrorisme par les USA que pour installer une atmosphère de chaos favorisant le retour en force de l’influence politique et diplomatique des américaine en Irak qu’ils avaient quitté en 2011 sans aucun acquis stratégique. Comment donc décrire ce qui se passe réellement dans cette région. Da3ach produit américain, définition convenue par différents analystes, cependant ce monstre crée se retourna contre son maître américain, et donc la question : Les américains sont ils crédibles lorsqu’ils déclarent vouloir le combattre ce monstre de Da3ach ? Ou bien seulement un moyen pour les américains pour réaliser certains de leurs objectifs dans cette région ? Tout d’abord, qualifier Da3ach comme quelque chose qui a été façonné, fabriqué par les américains est très vite dit, car le réveil et l’utilisation de vieux conflits entre musulmans, en arabes ne sont pas inventés, mais bien en attente d’être actualisés si l’autorité centrale de l’état est affaiblie par des troubles sous forme de « Printemps Arabe » provoqués par les services secrets occidentaux, comme la CIA, le MI6, la DGSE ou CANVAS. Ces vieux conflits nous pouvons en faire l’objets de recherches scientifiques, mais le sujet de notre article pour le moment d’y mettre quelques éclairages, mais de revenir à ce qui est appelé « Printemps arabe », et donc le wahhabisme et ses écoles, le salafisme et ses écoles, la confrérie des frères musulmans et ses écoles, et tous avec leurs slogans que le pouvoir est à Dieu, et la déclaration de mécréance à tous ceux qui ne les suivent pas. Cette vision déviante du vrai islam, a séduit les courants néoconservateurs américains qui aussitôt l’utilisèrent dans leur projet de combattre l’armée rouge en Afghanistan, ensuite en ex-Yougoslavie, Bosnie, Kosovo, et depuis pour un nouveau découpage Sykes/Picot du Moyen-Orient arabe, y compris l’Afrique du Nord. Maintenant la question qui se pose, Est-ce que les USA sont ils crédibles dans leurs déclarations de vouloir combattre Da3ach, Est-ce que la rubrique Da3ach est seulement Da3ach pour les USA, alors que l’analyse des autorités syriennes est autre que celle des américains, déclarant que Da3ach n’est pas le seul terrorisme, bien qu’il soit le plus terrifiant en cruauté, le plus présent sur le terrain, mais dans le même temps, il y a d’autres courants terroristes de la même mouvance portant d’autres appellations, comme Jabhet el Nousra, Jabha el Islamia, l’armée libre, la division ansar el Cham; toutes ces organisations terroristes ne peuvent être ignorées du fait que l’on a présenté Da3ach comme un parapluie principal à tout ce terrorisme que je viens d’énumérer. Cette fixation volontaire par les américains sur Da3ach, est une façon d’aider les autres organisations terroristes à reprendre de la force sur le terrain du terrorisme en Syrie, avec le slogan d’opposition modérée, armée contre la souveraineté syrienne, contre le Président Bachar el-Asad réélue pour un nouveau mandat présidentiel de 7 années encore. Et donc, c’est là l’essentiel de ce qu’il faut déduire, et le débat mondial provoqué par les USA sur le comment il faut combattre Da3ach, dans le même temps ils déclarent renforcer cette dite opposition syrienne, modérée armée, pour mieux combattre l’état syrien, dans le but de prolonger les troubles et le chaos le plus longtemps possible dans la région. Ainsi, les masses médias occidentaux cherchent d’une part à exagérer en importance la réalité concrète sur le terrain de ce qu’est Da3ach, pour le présenter comme un phénomène autonome, sans aucun lieu avec l’empire américain qui l’emploie sur les plans militaire, politique et diplomatique; et l’autre aspect de la même presse impérialiste occidentale qui le minimise pour donner de l’importance aux autres organisations terroristes, pour qu’elles prennent plus d’initiatives contre l’autorité légitime du peuple syrien. Maintenant faire une fixation sur Da3ach, c’est tomber dans le piège tendu par les USA et par les saoudiens qui se sentent les plus menacés par Da3ach, qu’eux mêmes ont fait émergé, développé et qui maintenant risque de se retourner contre eux, et donc en exagérant son importance, ils expriment une angoisse pour que les USA viennent les en protéger.. Maintenant cette coalition formée par les USA pour combattre Da3ach, n’est-elle pas pour poursuivre et conclure, ces guerres déclenchées déjà par le Président Georges Bush père, et ensuite par Georges Bush fils, lors de l’attaque du 11 septembre 2001 à New-York attribué à el-Qaïda , qui déclencha en 2003, la guerre en Afghanistan, puis au Pakistan avec comme but inavoué d’attaquer et d’occuper l’Irak; continuées ensuite par le président actuel des USA, Monsieur Barak Obama, encore avec un autre but inavoué d’attaquer la Syrie, non pas par des soldats américains, mais cette par des mercenaires jihadistes, qui aussitôt l’annonce faite par Da3ach au moyen de cette mise en scène médiatique de l’assassinat des deux journalistes américains, et des deux journalistes anglais pour motiver David Cameron de rejoindre cette coalition où les français sans se faire prier l’on intégré.

    La République arabe syrienne a été de tout temps visée par les étasuniens et les sionistes, du fait de sa position politique ferme pour les droits du peuple palestiniens, contre l’installation d’Israël en Palestine. Ce qui s’était passé en Irak, depuis son occupation par les USA en 2003, et leur départ en 2011, rien qu’une continuité de troubles dans tous les sens, sans que les masses médias du monde n’avaient fait grand bruit, malgré la gravité des événements. Par contre depuis le début des événement en Syrie, à cause de la résistance du peuple syrien, le courage et la combattivité de l’armée arabe syrienne, et la clairvoyance de sa direction politique, le projet étasunien et sioniste n’aboutissant pas, d’où cet acharnement pour le réaliser par différentes actions. Le congrès américain qui vient d’accorder au Président américain à sa demande, la somme de quelques millions de dollars pour former quelques milliers de combattants parmi les terroristes regroupés en Arabie Saoudite, pour qu’ils aillent combattre Da3ach en territoire syrien est encore, sans aucune coordination avec l’autorité syrienne, est encore un paradoxe américain pour camoufler son intention de poursuivre son combat contre l’autorité légitime du peuple syrien, et aussi tromper l’opinion publique interne des américains qui commencent à critiquer ouvertement leur administration sur sa politique au Moyen-Orient, bien qu’elle soit en fait bénéficiaire de tout ce qui se passe, puisque des réalisations et des acquis sont continuellement détruits par ce terrorisme à son service. C’est donc une situation où les USA se donne le droit d’utiliser un phénomène terroriste, engendré par les différents historiques non résolus propres au monde musulman, tout en présentant un exercice démocratique d’un Congrès du peuple américain qui autorise l’exécutif du peuple américain d’agir ouvertement selon leurs conceptions démocratiques, après l’échec des alliés turcs, et des laquais du Conseil de Coopération du Golfe arabo persique devant la résistance du peuple syrien; comme si, durant tout ce temps, les USA n’étaient pas directement derrière toutes les actions hostiles contre la République Arabe de Syrie, depuis leur début.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :