Publicités
Qui compose l’« Émirat islamique » ?

Qui compose l’« Émirat islamique » ?

22 Septembre 2014

Qui compose l’« Émirat islamique » ?

Les principaux officiers de Daesh ne sont déjà plus des arabes, mais des Géorgiens et des Chinois

Qui compose l’« Émirat islamique » ?

Alors que l’opinion publique occidentale est abreuvée d’informations sur la constitution d’une prétendue coalition internationale pour lutter contre l’« Émirat islamique », celui-ci change discrètement de forme. Ses principaux officiers ne sont déjà plus des arabes, mais des Géorgiens et des Chinois. Pour Thierry Meyssan, cette mutation montre qu’à terme l’Otan entend utiliser l’« Émirat islamique » en Russie et en Chine. Dès lors, ces deux pays doivent intervenir maintenant contre les jihadistes, avant qu’ils ne retournent semer le chaos dans leur pays d’origine.

“L’Emirat islamique” a d’abord affiché son origine arabe. Cette organisation est issue d’« Al-Qaïda en Irak » qui combattait non pas les envahisseurs états-uniens, mais les chiites irakiens. Elle est devenue « Émirat islamique en Irak », puis « Émirat islamique en Irak et au Levant ». En octobre 2007, l’armée de terre US saisit à Sinjar près 606 fiches des membres étrangers de cette organisation. Elles furent dépouillées et étudiées par des experts de l’Académie militaire de West Point.

Pourtant, quelques jours après cette saisie, l’émir al-Baghdadi déclara que son organisation ne comprenait que 200 combattants et qu’ils étaient tous Irakiens. Ce mensonge est comparable à celui des autres organisations terroristes en Syrie qui déclarent ne compter qu’incidemment des étrangers, alors que l’Armée arabe syrienne estime à au moins 250 000 le nombre de jihadistes étrangers ayant combattu en Syrie au cours des trois dernières années. Au demeurant, le calife Ibrahim (nouveau nom de l’émir al-Baghdadi) prétend désormais que son organisation est composée largement d’étrangers, que le territoire syrien n’est plus pour les Syriens et le territoire irakien n’est plus pour les Irakiens, mais ils sont pour ses djihadistes.

Selon les fiches saisies à Sinjar, 41 % des terroristes étrangers membres de l’« Émirat islamique en Irak » étaient de nationalité saoudienne, 18,8 % étaient Libyens, et 8,2 % seulement étaient Syriens. Si l’on rapporte ces chiffres à la population de chacun des pays concernés, la population libyenne a fourni proportionnellement 2 fois plus de combattants que celle d’Arabie saoudite et 5 fois plus que celle de Syrie.

Concernant les jihadistes syriens, leur origine était dispersée dans le pays, mais 34, 3 % venaient de la ville de Deir ez-Zor qui, depuis le retrait de l’« Émirat islamique » de Raqqa, est devenue la capitale du Califat.

En Syrie, Deir ez-Zor a la particularité d’être peuplée majoritairement d’arabes sunnites organisés en tribus, et de minorités kurde et arménienne. Or, jusqu’à présent, les États-Unis n’ont été capables de détruire les États qu’en Afghanistan, en Irak, et en Libye, c’est-à-dire des pays où la population est organisée en tribus. Ils ont par contre échoué partout ailleurs. De ce point de vue, Deir ez-Zor en particulier et le Nord-Est de la Syrie en général peuvent donc être potentiellement conquis, mais pas le reste du pays, comme on le voit depuis trois ans.

JPEG - 21.7 ko
Tarkhan Batirashvili, sergent du renseignement militaire géorgien, est devenu l’un des principaux chefs de l’« Émirat islamique » sous le nom d’Abou Omar al-Shishani.

Depuis deux semaines, une purge affecte les officiers maghrébins. Ainsi, les Tunisiens qui ont pris l’aéroport militaire de Raqqa, le 25 août, ont-ils été arrêtés pour désobéissance, jugés et exécutés par leurs supérieurs. L’« Émirat islamique » entend remettre à leur place ses combattants arabes et promouvoir des officiers tchétchènes aimablement fournis par les services secrets géorgiens.

JPEG - 31 ko
Abou Anisah al-Khazakhi, premier jihadiste chinois de l’« Émirat islamique » mort au combat (au centre de la photo) n’était pas Ouïghour, mais Kazakh.

Une autre catégorie de jihadiste fait son apparition : les Chinois. Depuis juin, les États-Unis et la Turquie ont transporté des centaines de combattants chinois et leurs familles au Nord-Est de la Syrie. Certains d’entre eux deviennent immédiatement des officiers. Ce sont principalement des Ouïghours, des Chinois de Chine populaire, mais musulmans sunnites et turcophones.

Dès lors, il est évident que, à terme, l’« Émirat islamique » étendra ses activités en Russie et en Chine, que ces deux pays sont ses cibles finales.

Nous allons certainement assister à une nouvelle opération de communication de l’Otan : son aviation repoussera les jihadistes hors d’Irak et les laissera s’installer à Deir ez-Zor. La CIA fournira de l’argent, des armes, des munitions et des renseignements aux « révolutionnaires syriens modérés » (sic) de l’ASL, qui changeront alors de casquette et les utiliseront sous le drapeau de l’« Émirat islamique », comme c’est le cas depuis mai 2013.

JPEG - 237.4 ko
John McCain et l’état-major de l’Armée syrienne libre. Au premier plan à gauche, Ibrahim al-Badri, avec lequel le sénateur est en train de discuter. Juste après, le brigadier général Salim Idriss (avec des lunettes).

À l’époque, le sénateur John McCain était venu illégalement en Syrie rencontrer l’état-major de l’ASL. Selon la photographie diffusée alors pour attester de la rencontre, cet état-major comprenait un certain Abou Youssef, officiellement recherché par le département d’État US sous le nom d’Abou Du’a, en réalité l’actuel calife Ibrahim. Ainsi, le même homme était —à la fois et en même temps— un chef modéré au sein de l’ASL et un chef extrémiste au sein de l’« Émirat islamique ».

Muni de cette information, on appréciera à sa juste valeur le document présenté au Conseil de sécurité, le 14 juillet, par l’ambassadeur syrien Bachar al-Jaafari. Il s’agit d’une lettre du commandant-en-chef de l’ASL, Salim Idriss, datée du 17 janvier 2014. On y lit : « Je vous informe par la présente que les munitions envoyées par l’état-major aux dirigeants des conseils militaires révolutionnaires de la région Est doivent être distribuées, conformément à ce qui a été convenu, pour deux tiers aux chefs de guerre du Front el-Nosra, le tiers restant devant être réparti entre les militaires et les éléments révolutionnaires pour la lutte contre les bandes de l’ÉIIL. Nous vous remercions de nous envoyer les justificatifs de livraison de l’ensemble des munitions, en précisant les quantités et qualités, dûment signés par les dirigeants et chefs de guerre en personne, afin que nous puissions les transmettre aux partenaires turcs et français ». En d’autres termes, deux puissances de l’Otan (la Turquie et la France) ont acheminé des munitions pour deux tiers au Front Al-Nosra (classé comme membre d’Al-Qaïda par le Conseil de sécurité) et pour un tiers à ASL afin qu’il lutte contre l’« Émirat islamique », dont le chef est un de ses officiers supérieurs. En réalité, l’ASL a disparue sur le terrain et les munitions étaient donc destinées pour deux tiers à Al-Qaïda et pour un tiers à l’« Émirat islamique ».

Grâce à ce dispositif à double casquette, l’Otan pourra continuer à lancer ses hordes de jihadistes contre la Syrie tout en prétendant les combattre.

Cependant, lorsque l’Otan aura installé le chaos partout dans le monde arabe, y compris chez son allié saoudien, il retournera l’« Émirat islamique » contre les deux grandes puissances en développement, la Russie et la Chine. C’est pourquoi ces deux puissances devraient intervenir dès à présent et tuer dans l’œuf l’armée privée que l’Otan est en train de constituer et d’entraîner dans le monde arabe. Faute de quoi, Moscou et Pékin devront l’affronter bientôt sur leur propre sol.

Nous saluons le travail excepionnel de notre ami Thierry qui lutte avec acharnement pour la vérité
Publicités

2 Replies to “Qui compose l’« Émirat islamique » ?”

  1. (2) La République arabe syrienne a été de tout temps visée par les étasuniens et les

    Exagérer les moyens destructeurs de Da3ach, ou bien les minimiser, ne sont que le revers de la même médaille. En fait se polariser sur Da3ach en ce moment, c’est tomber dans le piège dressé par les étasuniens en premier lieu, et par ailleurs partager la paranoïa des Ibn el-Sou3oudes qui sont désormais visés par le terrorisme de Da3ach, compris dans la liste d’entités que Da3ach attaquerait. Ce qui fait que la famille royale des Ibn el-Sou3oud menacée sera susceptible de gonfler ce danger Da3ach, et donc utiliser ses moyens propres en masse média, et même acheter des programmes aux autres chaines d’information dans le monde occidental, étasuniens et européen, pour amplifier le signal d’alarme au maximum, ou bien encore, abandonner leur sort aux mains des étasuniens qui sont leurs véritables maitres dans tout le sens du mot; ceci dit, malgré que les saoudiens sont les financiers, les souteneurs, les façonneurs de ces groupes terroristes aux noms divers, tous affiliés à la mouvance d’Al-Qaïda, depuis la guerre en Afghanistan, passant par celles d’Algérie, de Bosnie, de Serbie, du Kosovo, d’Irak, du Yémen, de Tunisie, de Libye, d’Egypte, de Syrie, et à nouveau en Irak. Cette coalition que les étasuniens sont en train de composer pour soi disant combattre d’A3ach, comme il est annoncé, n’est qu’une manière utilisée par les américains, pour parachever toutes les guerres d’agression qu’ils ont mené depuis leur utilisation comme prétexte, l’attentat du 11 septembre 2001, survenu à New-York, contre les deux tours jumelles, supposé être le fait d’Al-Qaïda, qu’ils ont pourtant utilisé en Afghanistan pour chasser l’armée rouge soviétique qui fut souverainement par le gouvernement afghan d’alors, pour être aidé contre les tentatives de déstabilisation, depuis le Pakistan, par des “Jihadiste” équipés, armés par les USA, pour exécuter des sabotages en territoire afghan, d’où l’aide militaire soviétique qui n’est pas une invasion, considérée comme invasion de mécréants communistes contre un peuple musulman, d’où l’afflux massif de “Jihadites” de tous les pays musulmans, ce qui faisait l’affaire des étasuniens, puissance atomique, qui ne pouvait directement s’attaquer à une autre puissance atomique qu’ était l’URSS. L’utilisation de ce genre de mercenaires, fanatisés, a été pour les américains et les saoudiens leur arme favorite de déstabilisation de tout état nation, souverain, comme preuve, le retour des arabes afghans en Algérie, durant les années noires de 1990 à 2006, sous forme de FIS, de GIA, de groupes salafistes, avec comme bilan, plus de Cent miles morts algériens. Aujourd’hui nous y voila encore avec cette connivence américano saoudienne. La continuation du même scénario, depuis les guerres commencées par Bush père et son fils contre l’organisation d’Al-Qaïda pour occuper l’Afghanistan, dominer le Pakistan avec comme but inavoué l’occupation de l’Irak, ce qui a été réalisé dès 2003 jusque en 2011; et aujourd’hui avec Barak Obama et son faux semblant de guerre contre Da3ach en Irak, avec un but inavoué de parvenir au coup d’état en Syrie, qui n’a pas été réalisé malgré tous les efforts depuis plus de trois années et demi, de ses alliés régionaux et de ses laquais du CCG arabo persique; aussitôt la diffusion de deux vidéos youtube par le Mossad israélien, de l’assassinat médiatisé, non pas de deux tours à New-York, mais de deux journalistes américains, dont le premier fut, semble t-il, capturé par la dite armée syrienne libre, alors qu’il donne tout l’air d’être un agent du Mossad qui ne fait que jouer ce rôle entre les mains de Da3ach, pour qu’il s’en serve comme il l’a fait. Ce qui veut dire, qu’il n’y a aucune différence entre Da3ach et l’armée syrienne dite libre, ni le Mossad israélien, ni la CIA américaine.
    Le République Arabe Syrienne a été depuis bien longtemps visée par l’impérialisme américain, ce ne sont que les circonstances qui ont retardé la mise en exécution du plan de déstabilisation, sans me tromper, la même menace pèse sur l’Algérie. Toutes les années de destructions en Irak, malgré leurs gravités depuis 2003 jusqu’en 2014, n’intéressaient point les masses médias occidentaux, mais cependant couverts par les chaines d’information du CCG arabo persique, qui les qualifiaient de luttes pour les droits des sunnites contre les shiites, qui considéraient que l’Irak est sous l’emprise des iraniens, mais puisque la dislocation de l’Irak se faisait selon les plans tracés par les sionistes et les étasuniens, cela était dans le bon sens; par contre, pour ce qui concerne la République Arabe Syrienne, étant donné la résistance du peuple syrien, son armée et sa direction politique, les plans impérialistes et sionistes n’ont pas marchés du tout, d’où cette acharnement médiatique qui vise particulièrement l’opinion interne des USA, pour se justifier devant leurs électeurs, par des mensonges de plus en plus gros, utilisés copieusement par les gouvernants des pays alliés aux USA, comme la France, la G-B, l’Allemagne, la Turquie, pour leurs propres opinions internes, comme étant une guerre civile entre opposition modérée, qui s’était depuis armée grâce à l’Occident, les USA, leurs alliés régionaux et les pays du CCG. Ce qui était planifié par les étasuniens pour Da3ach en Irak, ne devait pas être dépassé, et dès le petit débordement sur la partie du Kurdistan irakien, où se trouvent des centres de la CIA, des bases militaires américaines, des entreprises israéliennes, pouvait mettre en danger les intérêts stratégiques des USA, Da3ach devait immédiatement être repoussé par des frappes aériennes sans trop de dégâts, aux limites déjà tracées un point c’est tout, sans aucune intention de l’éliminer. Par le soutien accordé aux Peshmergas kurdes, aux volontaires parmi la mouvance d’Al-Qaïda pour en faire une force armée contre Da3ach, c’est une tactique pour l’heure utilisée par les USA en Irak; mais pour la partie terroriste en Syrie, les USA recherchent plus de volontaires parmi les différents groupes terroristes déjà sur place, qu’ils veulent entrainer militairement, armer pour continuer de combattre l’armée arabe syrienne, et peut-être les éléments Da3ach en Syrie, qui semblent désobéir aux ordres de la CIA, par là obtenir un affaiblissement progressive de l’armée arabe syrienne, condition si ne qua non pour un changement politique allant dans la direction du nouveau Moyen-Orient arabe voulu par les américano sionistes. Les conséquences de la décision du Congrès américain en faveur de la demande de cinq cents millions de dollars pour aider à former cinq milles combattants en Arabie Saoudite, pour être envoyés en Syrie, soi disant pour combattre les éléments Da3ach qui s’y trouvent et certainement combattre l’armée arabe syrienne du même coup. Cette décision en elle-même n’est pas nouvelle, puisque des camps de formation et d’entrainement militaire ont été organisés en Jordanie et en Turquie, et continuent de former sans interruption. En fait c’est une campagne de propagande pour montrer à l’opinion interne des USA et au Monde que les étasuniens fonctionnent démocratiquement, alors qu’ils le faisaient discrètement, couvert par leurs alliés et laquais; que le chef de l’exécutif, Mr Barak Obama, n’agit pas de sa propre tête, alors qu’il le faisait sans consulter personne, mais désormais qu’il dispose d’une couverture démocratique du peuple américain par l’intermédiaire de ses élus du Congrès; que la guerre contre la République Arabe Syrienne est tout à fait ouverte et voulues par le peuple américain, et qu’elle n’a pas cessé, tant que cette poche de résistance contre le libre échange inégal, économique, culturel, représentée par la souveraineté syrienne n’est pas abattue. Ensuite, pour tenter de faire oublier la dégradation d’un point de vu étique, morale des étasuniens aux yeux de ses propres concitoyens et ceux du monde, soutenant des criminels, assassins, mangeurs de cœurs d’hommes crus, comme cela se déroule dans le Moyen-Orient arabe. Cela n’empêche que le tout est au bénéfice des étasuniens, puisque des hommes syriens sont tués autour de presque 150 000 personnes, sans évoquer les blessés, des infrastructures syriennes sont détruites, des villes entières sont ravagées, des déplacements de populations dans le pays et hors du pays. En même temps que les étasuniens tentent d’améliorer leur image devant le monde, le seul moyen pour les faire échouer n’est que lorsque toutes les parties de la résistance régionale, palestinienne, libanaise, syrienne, irakienne, iranienne, indienne, russe et chinoise s’unissent pour combattre ouvertement le plan impérialiste dans la région qui vise aussi l’Iran, la Russie, l’Inde et la Chine. Ensuite il faut parler de la simple division de 500 millions de dollars pour les 5000 hommes à former en Arabie Saoudite, aux frais des saoudiens et des qataris, pour aller combattre en Syrie, fait que chaque homme doit coûter, nous allons faire le compte :
    500 milliards de dollars des poches saoudiennes et qataries, donc aux frais des pays ayant soutenu le terrorisme, et s’excluant en tant que étasuniens malgré son soutien au même terrorisme. 500 milliards de dollars, c’est le prix à payer pour éliminer les 30 000 terroristes composant ce groupe du nom de Da3ach, selon le Président Américain Barak Obama. A se poser la question, le prix qu’il faut payer pour tuer une Da3ichi aujourd’hui ? Le calcul est simple. La division de 500 milliards de dollars par 30 000 Da3ichi, donne 167 millions de dollars pour chaque Da3ichi de tué. 167 millions de dollars, n’est pas seulement la reconstruction de ce qui a été détruit dernièrement à Ghaza par la barbarie sioniste israélienne, soutenue par les saoudiens et les américains, mais le cout de 15 Da3ichi de tués correspondraient à rendre Ghaza une entité des plus développée dans le monde, comme la Suisse par exemple, soit 167 millions de dollars multipliés par 15 sont égale à 2505 millions de dollars américains. Les américains pour acheter les positions politiques de quelques pays arabes ne dépensent que 50 millions de dollars, ce qui veut dire que le meurtre d’un demi Da3ach couterait l’équivalent d’un soutien d’un pays entier durant une année entière. C’est donc une idée de prière pour les saoudiens pauvres du peuple de demander l’amnistie pour quelques Da3cie pour épargner la somme nécessaire de reconstruire tous les bidons villes du royaume saoudien et éviter les inondations fréquentes qui se produisent à Djeddah, par la vie sauve d’un seul Da3chi. Par ailleurs la formation d’un seul Da3chi couterait 100 million de dollars, mais le tuer, ce même terroriste Da3chi couterait 167 millions de dollars. Ainsi tous l’argent des arabes va dans les caisses du trésor américain, et merci pour Qatar et Saoud.

    C’est une initiative américaine qui montre que les USA ne comptent plus sérieusement sur leurs alliés et laquais jusqu’ici, utilisés pour le coup d’état en Syrie, et qu’ils prennent désormais le poil de la bête personnellement, sans toute fois le montrer ouvertement pour éviter d’être accusé de mener une politique unipolaire de gouvernance du monde. Cette nouvelle coalition, formée d’éléments ayant démontré leur échec, n’est que pour lui soutirer des moyens financiers que les USA n’ont plus, et que la mise en scène de lutte contre le terrorisme de Da3ach se fera à leurs charges. Ce qui enchantent les pays du Conseil de Coopération du Golfe arabo persique, qui n’ont que de la haine contre les pays tels que la Syrie, l’Irak, le Liban, et les autres pays arabes, plus civilisés qu’eux, restés à l’âge tribale, sclérosés par leur dogme Wahhabite postulant sans aucun axiome.
    Ce qui est vulgaire et sans étique, c’est le comportement des Ibn-Saouds, qui se la ramènent comme si tout ce qui s’était passé d’horrible n’est pas assez, et qu’il faille encore plus de meurtre, de destruction pour qu’ils soient assouvis. Ils cherchent encore d’acheter la décision politique au Liban; ils cherchent aussi à ce que les décisions américaines soient en leur faveur, par les moyens financiers sans limite, par la mise à leur disposition, des lieux nécessaires pour la formation de nouveaux mercenaires contre la République Arabe Syrienne, après que ceux en Jordanie et en Turquie n’ont pas donné de résultat positif. Cette décision du Congrès des étasuniens pour un financement de 5000 nouveaux combattants contre la République Arabe Syrienne, n’est qu’une nouvelle crise hystérique, compte tenu des presque quatre années d’acharnement, avec tous les moyens possibles et imaginables, chimique, coupure d’eau, d’électricité, bombardement sur les villes, massacres en masses, des vaccins poison, propagande par les masses médias du monde occidental et arabe réactionnaire, déplacements de populations dans le pays et hors du pays, vols d’usines transportées hors du pays en Turquie, tentatives de corruptions au moyen de millions de dollars de personnalités politiques syriennes, l’ouverture grande ouverte des frontières entre la Jordanie, le Liban et la Turquie facilitant l’entrée d’armes et de mercenaires en Syrie, sans aucun résultat tangible pour faire tomber l’état syrien, son armée et sa direction politique. Ce qui veut dire qu’il y a une grande majorité du peuple syrien contre ce projet impérialiste. Cinq milles nouveaux combattants, c’est presque comique si l’on peut se permettre de le dire. Que risque un tel peuple par de semblables décisions, cinq milles par là, dix milles par là bas. Pour ce qui concerne l’Irak, le risque de la division du pays est toujours latent. En faisant peur aux populations qui le composent, les USA pensent pouvoir progressivement persuader sunnites de choisir de vivre dans leur entité propre, ainsi que les shiites et les kurdes également. Mais déjà contre ce projet, le drapeau américain a été brulé dans bien des villes irakiennes, refusant le découpage du pays. Cette histoire d’un nouveau découpage aussi bien pour les irakiens que les syriens planifiés par les puissances coloniales a été à chaque fois combattue vigoureusement aussi bien par le peuple irakien que le peuple syrien. Si par ailleurs, tout ce qui se déroule dans la région du Moyen-Orient arabe est au bénéfice des USA, quelle est la stratégie que doit adopter le camps de la résistance pour que cela ne soit plus au bénéfice du camp impérialiste. En fait cette coalition fabriquée par les étasuniens n’est pas trop à craindre. Il faut se souvenir des autres fois où il était prévu de porter des frappes aériennes contre la République Arabe Syrienne, suite à cette accusation sous faux drapeau d’utilisation d’arme chimique par l’armée arabe syrienne, alors qu’ils savaient bien qui était derrière ce crime. Le déblocage par l’initiative russe de débarrasser la Syrie de cette arme dissuasive contre l’entité sioniste, qui elle possède aussi bien des armes chimiques, mais également des armes bactériologiques, et des armes atomiques, a donné le moyen aux USA de ne pas aller jusqu’au bout de leur menace de déclanchement d’une troisième guerre mondiale. Le système de missiles syrien remplace grandement l’arme chimique qui est moralement insupportable. Cette résolution du Conseil de Sécurité des Nations-Unies N° 2170, assortie de l’article 7 pour combattre Da3ach et ses dérivés, dont les USA ont pris l’initiative de mettre sur pied, sans être obligé de retourner à chaque fois au Conseil de Sécurité de l’ONU, où le risque du véto chinois et russe est présent, s’efforcent de se donner par cette coalition un cadre à partir duquel ils peuvent s’élancer. Mais en face d’eux, il y a le camp de la résistance, qui combattra tout faux semblant des USA, toute déviation en dehors du cadre de cette résolution 2170 de l’ONU. De son côté la Russie, dans cette situation, n’a aucune marge de reculer, il y va de sa sécurité nationale, la Syrie pour elle, comme l’Iran, doivent tenir debout absolument contre le projet américano sioniste. Ce n’est que lorsque les USA sentent que Russes, iraniens et syriens bougent contre eux ensemble, qu’ils hésiteront d’aller plus loin. Par le déclanchement des troubles graves à la frontière russe même, pouvait fixer l’armée russe face à L’Ukraine, et par conséquence l’éloigner de soutenir la République Arabe Syrienne, cependant ceci n’arriva pas, les victoires de l’autorité syrienne sur le terrain n’ont cessé de se multiplier, sans que la Russie ne soit préoccupée. La résistance des combattants de la nouvelle Russie en Ukraine eux aussi ont été à la hauteur du danger. La chine est déjà sous la menace de Da3ach, ainsi que l’Inde. Tout ce bloc est géo-stratégiquement sous la menace du terrorisme, qu’il faut tuer dans l’œuf, puisque les véritables dirigeants de Da3ach sont actuellement Chinois, Caucasiens, Tchétchènes et Géorgiens, que l’empire impérialiste étasuniens songe utiliser pour déstabiliser tout ce bloc russe, asiatique et indien.
    Tout dernièrement les USA et la coalition qu’ils ont composé, ont suggéré un rôle pour les iraniens. Par ailleurs, sont ils capables d’agir sont tenir compte de l’avis iranien dans la région. C’est en fait ce que souhaiteraient les américains à cause de l’hostilité des pays du Conseil de Coopération du Golfe. Aussi le rôle que les américains cherchent à faire le faire jouer par les iraniens, c’est de leur proposer d’agir par dessous de table et non ouvertement dans ce simulacre de plan de combattre le terrorisme Da3ach. Le refus iranien a été claire et nette, qualifiant cette coalition de tromperie, la preuve, la Russie, la Syrie, et l’Iran sont les plus concernés dans ce combat contre Da3ach, et non les pays qui composent cette coalition sont en réalité les financiers, les armuriers, les souteneurs et les organisateurs de ces groupes terroristes sous des appellations diverses, dont Da3ach et Jabhet el-Nousra. Comment Est-ce possible d’intégrer ce genre de pays, et d’exclure ceux qui combattent réellement ce terrorisme. Et de plus, vous n’avez dénoncé que quelques subalternes parmi les financiers de ces organisations terroristes, alors que les plus gros sont connus et que vous ne condamnez pas. Même le comportement turc derrière toute la logistique de Da3ach, prétendant de ne pouvoir rien entreprendre contre Da3ach qui détient une trentaine de diplomates turcs capturés lors de la prise de Mossoul par Da3ach; maintenant que ces diplomates turcs sont relâchés, la Turquie continue de vendre aux sionistes israéliens, le pétrole irakien et syrien volé par Da3ach qui passe par son territoire, ce qui veut dire que cette détention des diplomates turcs par Da3ach est encore une mis en scène bien turque pour tromper tout le monde. Ce ne sont que des mensonges sur des mensonges du début jusqu’à la fin, d’un prétentieux du nom de Tayyib Erdogan qui aspire à devenir le nouveau Sultan Ottoman Abdelhamid II. En conclusion les USA ne sont pas tranquille par les développement que prennent les événements dans cette région. Cette coalition ainsi formée, va telle attaquer véritablement Da3ach en Syrie, sans coordonner avec l’autorité syrienne, ce qui est une provocation claire et nette pour le camp de la résistance. La Syrie va telle abattre tout avion de guerre violant son espace, l’iranien, va t’il regarder sans réagir, le russe de même, et le Hezbollah du Liban aussi. Que des questions difficiles à y répondre. Cette coalition va telle seulement tenter de circonscrire Da3ach et le repousser en territoire syrien, laissant le soin à l’armée arabe syrienne de l’éliminer, ou va telle le repousser en Syrie, lui faire changer de nom pour en faire une armée syrienne libre composée majoritairement d’étrangers pour continuer la guerre contre l’état syrien. Tous les scénarios sont possibles. Seule la résistance sera permanente contre toutes les éventualités.

  2. http://youtu.be/1Z8LQFHeez4?list=UUlQ7Vp7g6zPlL21ayqb6HpA

    Que les américains reconnaissent qu’il y a terrorisme dans la région du Moyen-Orient arabe, cela est un bon début, cependant le problème est situé dans leurs doubles analyses sur ce même terrorisme, lorsqu’il se trouve en Syrie, il n’est plus terrorisme, mais opposition armée contre le pouvoir en place, tandis qu’en Irak il s’appelle Da3ach, soutenu avec la bienveillance américaine, financièrement, logistiquement par des armes, par de nouvelles recrues, par de la propagande et des “fatawa” religieuses justificatives, sans interruption par la Turquie, le Qatar et l’Arabie Saoudite et n’est appelé terrorisme par les USA que pour installer une atmosphère de chaos favorisant le retour en force de l’influence politique et diplomatique des américaine en Irak qu’ils avaient quitté en 2011 sans aucun acquis stratégique. Comment donc décrire ce qui se passe réellement dans cette région. Da3ach produit américain, définition convenue par différents analystes, cependant ce monstre crée se retourna contre son maître américain, et donc la question : Les américains sont ils crédibles lorsqu’ils déclarent vouloir le combattre ce monstre de Da3ach ? Ou bien seulement un moyen pour les américains pour réaliser certains de leurs objectifs dans cette région ? Tout d’abord, qualifier Da3ach comme quelque chose qui a été façonné, fabriqué par les américains est très vite dit, car le réveil et l’utilisation de vieux conflits entre musulmans, en arabes ne sont pas inventés, mais bien en attente d’être actualisés si l’autorité centrale de l’état est affaiblie par des troubles sous forme de “Printemps Arabe” provoqués par les services secrets occidentaux, comme la CIA, le MI6, la DGSE ou CANVAS. Ces vieux conflits nous pouvons en faire l’objets de recherches scientifiques, mais le sujet de notre article pour le moment d’y mettre quelques éclairages, mais de revenir à ce qui est appelé “Printemps arabe”, et donc le wahhabisme et ses écoles, le salafisme et ses écoles, la confrérie des frères musulmans et ses écoles, et tous avec leurs slogans que le pouvoir est à Dieu, et la déclaration de mécréance à tous ceux qui ne les suivent pas. Cette vision déviante du vrai islam, a séduit les courants néoconservateurs américains qui aussitôt l’utilisèrent dans leur projet de combattre l’armée rouge en Afghanistan, ensuite en ex-Yougoslavie, Bosnie, Kosovo, et depuis pour un nouveau découpage Sykes/Picot du Moyen-Orient arabe, y compris l’Afrique du Nord. Maintenant la question qui se pose, Est-ce que les USA sont ils crédibles dans leurs déclarations de vouloir combattre Da3ach, Est-ce que la rubrique Da3ach est seulement Da3ach pour les USA, alors que l’analyse des autorités syriennes est autre que celle des américains, déclarant que Da3ach n’est pas le seul terrorisme, bien qu’il soit le plus terrifiant en cruauté, le plus présent sur le terrain, mais dans le même temps, il y a d’autres courants terroristes de la même mouvance portant d’autres appellations, comme Jabhet el Nousra, Jabha el Islamia, l’armée libre, la division ansar el Cham; toutes ces organisations terroristes ne peuvent être ignorées du fait que l’on a présenté Da3ach comme un parapluie principal à tout ce terrorisme que je viens d’énumérer. Cette fixation volontaire par les américains sur Da3ach, est une façon d’aider les autres organisations terroristes à reprendre de la force sur le terrain du terrorisme en Syrie, avec le slogan d’opposition modérée, armée contre la souveraineté syrienne, contre le Président Bachar el-Asad réélue pour un nouveau mandat présidentiel de 7 années encore. Et donc, c’est là l’essentiel de ce qu’il faut déduire, et le débat mondial provoqué par les USA sur le comment il faut combattre Da3ach, dans le même temps ils déclarent renforcer cette dite opposition syrienne, modérée armée, pour mieux combattre l’état syrien, dans le but de prolonger les troubles et le chaos le plus longtemps possible dans la région. Ainsi, les masses médias occidentaux cherchent d’une part à exagérer en importance la réalité concrète sur le terrain de ce qu’est Da3ach, pour le présenter comme un phénomène autonome, sans aucun lieu avec l’empire américain qui l’emploie sur les plans militaire, politique et diplomatique; et l’autre aspect de la même presse impérialiste occidentale qui le minimise pour donner de l’importance aux autres organisations terroristes, pour qu’elles prennent plus d’initiatives contre l’autorité légitime du peuple syrien. Maintenant faire une fixation sur Da3ach, c’est tomber dans le piège tendu par les USA et par les saoudiens qui se sentent les plus menacés par Da3ach, qu’eux mêmes ont fait émergé, développé et qui maintenant risque de se retourner contre eux, et donc en exagérant son importance, ils expriment une angoisse pour que les USA viennent les en protéger.. Maintenant cette coalition formée par les USA pour combattre Da3ach, n’est-elle pas pour poursuivre et conclure, ces guerres déclenchées déjà par le Président Georges Bush père, et ensuite par Georges Bush fils, lors de l’attaque du 11 septembre 2001 à New-York attribué à el-Qaïda , qui déclencha en 2003, la guerre en Afghanistan, puis au Pakistan avec comme but inavoué d’attaquer et d’occuper l’Irak; continuées ensuite par le président actuel des USA, Monsieur Barak Obama, encore avec un autre but inavoué d’attaquer la Syrie, non pas par des soldats américains, mais cette par des mercenaires jihadistes, qui aussitôt l’annonce faite par Da3ach au moyen de cette mise en scène médiatique de l’assassinat des deux journalistes américains, et des deux journalistes anglais pour motiver David Cameron de rejoindre cette coalition où les français sans se faire prier l’on intégré.

    La République arabe syrienne a été de tout temps visée par les étasuniens et les sionistes, du fait de sa position politique ferme pour les droits du peuple palestiniens, contre l’installation d’Israël en Palestine. Ce qui s’était passé en Irak, depuis son occupation par les USA en 2003, et leur départ en 2011, rien qu’une continuité de troubles dans tous les sens, sans que les masses médias du monde n’avaient fait grand bruit, malgré la gravité des événements. Par contre depuis le début des événement en Syrie, à cause de la résistance du peuple syrien, le courage et la combattivité de l’armée arabe syrienne, et la clairvoyance de sa direction politique, le projet étasunien et sioniste n’aboutissant pas, d’où cet acharnement pour le réaliser par différentes actions. Le congrès américain qui vient d’accorder au Président américain à sa demande, la somme de quelques millions de dollars pour former quelques milliers de combattants parmi les terroristes regroupés en Arabie Saoudite, pour qu’ils aillent combattre Da3ach en territoire syrien est encore, sans aucune coordination avec l’autorité syrienne, est encore un paradoxe américain pour camoufler son intention de poursuivre son combat contre l’autorité légitime du peuple syrien, et aussi tromper l’opinion publique interne des américains qui commencent à critiquer ouvertement leur administration sur sa politique au Moyen-Orient, bien qu’elle soit en fait bénéficiaire de tout ce qui se passe, puisque des réalisations et des acquis sont continuellement détruits par ce terrorisme à son service. C’est donc une situation où les USA se donne le droit d’utiliser un phénomène terroriste, engendré par les différents historiques non résolus propres au monde musulman, tout en présentant un exercice démocratique d’un Congrès du peuple américain qui autorise l’exécutif du peuple américain d’agir ouvertement selon leurs conceptions démocratiques, après l’échec des alliés turcs, et des laquais du Conseil de Coopération du Golfe arabo persique devant la résistance du peuple syrien; comme si, durant tout ce temps, les USA n’étaient pas directement derrière toutes les actions hostiles contre la République Arabe de Syrie, depuis leur début.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils