kim-jung-un-1412660-jpg_1301895-642x279
Il y a quelques jours, le gouvernement des États-Unis a annoncé qu’un avion de combat chinois avait intercepté un avion de patrouille militaire américain au-dessus des eaux internationales de l’île Hainan, à l’est de la Chine.

Un porte-parole du Pentagone a qualifié l’action chinoise de « dangereuse et non professionnelle », et a condamné cette agression injustifiée.

Tout d’abord, il n’est à aucun moment fait mention de la raison pour laquelle un avion de surveillance américain survolait la côte chinoise. Ils se posent en victimes… et le font de façon assez voyante.

Inutile de dire que le gouvernement chinois a une version quelque peu différente des faits. Un membre de Sovereign Man provenant de Chine a traduit l’article qui suit, paru dans le journal Sina News.

La première partie fait honneur aux qualités du pilote et à son courage, ainsi qu’à l’efficacité et à la supériorité de la technologie aéronautique chinoise.

L’avion de combat Jian-11B est, en effet, 100 % chinois. Aucun de ses composants majeurs ne provient d’un autre pays.

Quant au reste de l’article, reproduit ci-dessous avec une seule annotation, il montre clairement que les États-Unis ne sont plus la superpuissance qui domine le monde. Ce qui est tout à fait évident pour les Chinois.

Au voleur : la Chine rejette les accusations du gouvernement étasunien qui affirme que notre avion était« dangereusement proche ». [Source]

Un événement de la sorte est très certainement un moment embarrassant à passer pour le gouvernement des États-Unis.

Tout d’abord, le journaliste américain, spécialiste du domaine militaire à ses heures perdues et anti-chinois notoire, a joué la carte du « dangereusement proche » dans sa sortie sur le Washington Free Beacon.

Le Pentagone lui a emboîté le pas et a parlé de « dangereuse interception ». La Maison Blanche parle quant à elle de« provocation profondément inquiétante ».

L’Amiral John Kirby, porte-parole du département de la Défense, a déclaré que Washington protestait contre l’armée chinoise par les voix diplomatiques, et a parlé de manœuvres « dangereuses et non-professionnelles ».

Le vice-conseiller à la Sécurité nationale, Ben Rhodes, a quant à lui déclaré que c’était « clairement une provocation profondément inquiétante » et qu’il avait « communiqué directement au gouvernement chinois [leur] objection à ce type d’action ».

De telles remarques sont risibles. Comme nous le savons tous, les États-Unis sont la plus grande puissance hégémonique au monde, et également le plus grand pays voyou.

Leurs multiples avions de reconnaissance se sont promenés dans des espaces aériens étrangers pendant des décennies, épiant les secrets militaires d’autres pays tel un dégoûtant voleur qui jette un regard indiscret par la clôture de son voisin. Cependant, lorsque le voisin revient avec un gros bâton, le voleur s’enfuit avec la queue entre les jambes, en accusant le voisin.

Lorsque vous vous montrez faibles, les gens ont tendance à vous marcher dessus. Lorsque vous vous montrez forts, ils vous respectent.

Nous [le journal chinois] croyons que l’armée de l’air chinoise et l’aviation navale devraient maintenir un niveau de vigilance élevé dans la région de la côte sud-est de la Chine afin d’empêcher d’ultérieures actions étasuniennes.

Les États-Unis ont perdu la face et veulent cacher au monde qu’ils sont malades. Ils ont joué aux chefs avec les autres pays pendant si longtemps, qu’il n’ont pas envie que ça s’arrête après avoir encaissé cette défaite.

Traduit d’après l’article de Hang The Bankers par Fabio Coelho pour Croah.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.