Lors de la dernière conférence annuelle des ambassadeurs français, François Hollande a déclaré que Bachar el Assad ne peut être un partenaire de la lutte contre le terrorisme. Il a ajouté qu’il était l’allié objectif du djihadisme et qu’on ne pouvait pas choisir entre deux barbaries.

Bassam Tahhan qui, lors de nos précédents entretiens, affirmait que le président syrien représentait le dernier rempart contre le djihadisme, nous livre son ressenti face à la dernière élocution publique du chef d’État français.

Un entretien de l’Agence Info Libre

Source : http://www.dailymotion.com/agenceinfolibre

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.