* Qui arme les soldats de l’État islamique, qui disposent de ressources financières massives leur permettant de mener des opérations aussi organisées? Depuis la mise à mort du journaliste américain, l’ISIS/EI est monté en quelques heures au top du palmarès des plus grandes menaces terroristes. Depuis cette exécution publique, des représentants américains annoncent que des membres de l’ISIS se seraient infiltrés aux États-Unis, certains auraient même été vus à brandir leur drapeau à Ferguson… Ça sent la CIA à plein nez! Je crois qu’on assiste à une opération psychologique qui vise à formater l’opinion publique américaine et à moduler l’émotivité des citoyens pour qu’ils autorisent et réclament une intervention en Irak et en Syrie (en vue de justifier des dépenses de guerre). La Russie a averti les États-Unis qu’elle ne va pas tolérer une invasion de la Syrie, c’est pourquoi toute cette montée en crème pourrait mener à une Troisième guerre mondiale.

Le secrétaire américain à la Défense juge que l’EI est «plus sophistiqué et mieux financé que tout autre groupe» terroriste.

Le Pentagone a reconnu pour la première fois jeudi que l’Etat islamique, bourreau du journaliste américain James Foley, allait «bien au-delà» de toute autre menace terroriste connue jusqu’à maintenant. L’Etat islamique est «plus sophistiqué et mieux financé que tout autre groupe que nous ayons connu. Il va au-delà de tout autre groupe terroriste», a déclaré le secrétaire à la Défense Chuck Hagel lors d’une conférence de presse organisée 48 heures après la diffusion d’une vidéo montrant l’exécution de James Foley par les jihadistes sunnites. Mais pour défaire l’Etat islamique, qui contrôle de larges pans de territoires en Irak et en Syrie, il faudra s’y attaquer «aussi en Syrie», a jugé le chef d’état-major interarmées, le général Martin Dempsey.

Lire la suite:

http://www.liberation.fr/monde/2014/08/21/hagel-l-etat-islamiste-va-au-dela-de-tout-ce-que-nous-avons-connu-en-termes-de-terrorisme_1084616

via Conscience du peuple.

Publicités

Une pensée sur “L’Etat islamique surpasse toute autre menace terroriste, estime Washington”

  1. « Chacun a remarqué la contradiction de ceux qui qualifiaient récemment l’Émirat islamique de « combattants de la liberté » en Syrie et s’indignent aujourd’hui de ses exactions en Irak. Mais si ce discours est incohérent en soi, il est parfaitement logique au plan stratégique : les mêmes individus devaient être présentés comme des alliés hier et doivent l’être comme des ennemis aujourd’hui, même s’ils sont toujours aux ordres de Washington. Thierry Meyssan révèle les dessous de la politique US à travers le cas particulier du sénateur John McCain, chef d’orchestre du « printemps arabe » et interlocuteur de longue date du Calife Ibrahim. »

    « L’Émirat islamique est comparable aux armées mercenaires du XVIe siècle européen. Celles-ci menaient des guerres de religion pour le compte des seigneurs qui les payaient, parfois dans un camp, parfois dans un autre. Le Calife Ibrahim est un condottière moderne. Bien qu’il soit aux ordres du prince Abdul Rahman (membre du clan des Sudeiris), il ne serait pas étonnant qu’il poursuive son épopée en Arabie saoudite (après un bref détour au Liban, voire au Koweït) et tranche ainsi la succession royale en favorisant le clan des Sudeiris contre le prince Mithab (fils et non pas frère du roi Abdallah). »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.