Publicités
Nasrallah met en garde contre l’État Islamique, « une création des États-Unis »

Nasrallah met en garde contre l’État Islamique, « une création des États-Unis »

Le secrétaire général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, a assuré que les Américains sont derrière la création des groupes terroristes dans la région, dans le but d’effriter les pays arabes et de réaliser leur projet ultime. Un projet qui n’a pas pu être réalisé par les offensives israéliennes.

Nasrallah met en garde contre l’État Islamique, « une création des États-Unis »

Dans une allocution télévisée de presque de deux heures, prononcée ce vendredi soir sur la chaîne de télévision libanaise Almanar à l’occasion de la victoire de juillet en 2006, Sayed Nasrallah a mis en garde contre la minimisation du danger des takfiris qui veulent éliminer tout le monde, à commencer par les sunnites.

Selon lui, combattre les groupes terroristes est possible à condition de mettre en place une politique nationale et de réaliser qu’il s’agit d’un danger existentiel. Il met en garde contre l’adoption de choix qui ne mènent nulle part dans la lutte contre Daesh, l’appellation arabe de l’État Islamique en Irak et au Levant (EIIL).

Voici les idées principales du discours prononcé par Sayed Hassan Nasrallah :

« Nous tenons aujourd’hui ce discours pour commémorer l’histoire de la fermeté, de l’héroïsme et de la ténacité à une époque cruciale et importante. Nous renouvelons notre remerciement à Dieu pour la grande victoire de la résistance face aux complots qui menaçaient la région. Nous remercions Dieu pour ses innombrables grâces. »

« Et nos remerciements aux martyrs qui se sont sacrifiés pour nous assurer une vie digne, surtout au martyre Abou Mohammad Salmane qui a mené des combats héroïques à Aita Chaab. Paix et salut aux âmes des martyrs de l’armée et du peuple, salutation à tout blessé, à tout déplacé qui était certain de son retour à sa terre. »

« Salutation aux familles qui ont accueilli les déplacés lors de la guerre de juillet 2006. Salutation à tout dirigeant et président qui a assumé sa responsabilité dans la réalisation de la victoire. »

« Salutation à tout pays ayant fourni l’aide nécessaire à cette résistance, surtout la République islamique en Iran et la Syrie. Nos salutations les plus distinctes à chaque combattant qui a combattu jusqu’au dernier souffle pour pousser l’ennemi à réclamer l’arrêt de la guerre, assurant ainsi la victoire de juillet. »

« Nous devons citer aussi les dirigeants martyrs de la résistance, hajj Imad Moughniyeh, qui a joué un rôle primordial dans cette bataille, et le fondateur de la résistance, Sayed Moussa as-Sadr. »

Lire la suite sur Almanar

Publicités

One Reply to “Nasrallah met en garde contre l’État Islamique, « une création des États-Unis »”

  1. http://youtu.be/YzSn0Dp64uA?list=UUlQ7Vp7g6zPlL21ayqb6HpA

    Dakichia Dqaqcha1 dag sedan

    Le Mythe israélien http://youtu.be/GR4UVnEdtow?list=UUlQ7Vp7g6zPlL21ayqb6HpA
    . http://youtu.be/eXSYsaohbJE les pertes israéliennes causées par les missiles de Gaza

    La démystification du mythe de cette armée sioniste prétendument invincible depuis ses batailles contre les palestiniens d’abord en 1947, lorsque ces derniers refusèrent que leur patrie palestinienne ne soit spoliée par des gens venus d’ailleurs, d’abord comme des misérables qui avaient besoin d’être hébergé dans un foyer, dans un endroit où échapper à l’Europe Nazi, à l’anti sémitisme occidental. Quelques individus, puis des familles entières, puis des groupes, ensuite des groupes qui se sont organisés militairement, clandestinement dans des colonies, provoquant des villageois palestiniens paisibles, désarmés, qui latéralement furent massacrés ou expulsés de leurs fermes, de leurs terres à chaque incident, et les incidents de ce genre se multiplièrent. Trop tard, une armée secrète de bandits était déjà organisée, terrifiante et sanguinaire, dissimulant des fabriques de bombes artisanales et de munissions dans des sous-sol de maisons en apparence paisibles, de fabriques de produits sanitaires, avec son sous-sol comme dépôt de produit explosif, exactement les mêmes procédés que nous avons observé et qui se sont répétés en république arabe syrienne avec ces cellules dormantes dans les campagnes syriennes, loin des centres urbains où des gourous wahhabites organisaient des cellules dormantes du même genre. Première bataille donc en 1947 palestinienne perdue contre ces juifs colons sionistes plus fort, plus menteurs, plus malins, plus organisés, mieux armés. L’amplification des incidents et des batailles rangées devint une question que la communauté internationale se devait de résoudre par la solution du partage de la Palestine, sans qu’aucune opposition arabe représentée à l’ONU, qui se respecte pour défendre les intérêts du peuple palestinien et son entité dans son intégralité. Le partage de leur patrie avec des intrus tomba comme un coup de hache sur la tête ce pauvre peuple palestinien. C’était pour lui comme si quelqu’un par charité ouvrait sa porte à un sans abri qui, au fur et à mesure prend de la place chez lui, s’accapare de la moitié du logement, et ensuite prétend que tout le logement lui appartient et gars à celui qui ose prétendre le contraire. Nous pouvons imaginer ces mêmes nomades venus de Roumanie, éparpillés aux quatre coins de l’Europe, se concentrer en un seul point dans une région de l’Union européenne, s’imposer par les armes et déclarer leur indépendance, qui sera immédiatement reconnue par les Etats-Unis, sans que le pays concerné ne puisse se défendre. Les leaders des pays arabes toujours endormis prirent une décision tardive d’affronter cette atteinte aux droits de leurs frères palestiniens sans savoir vraiment à qui ils avaient à faire, sans avoir analysé le complot occidental tramé contre la nation arabe dans sa réalité. L’affrontements contre les quelques bataillons arabes venus donner un coup de mains à leurs frères palestiniens spolié et seul contre cette agression de mercenaires européens, aidés par la présence militaire anglaise qui gouvernait la Palestine en ce temps là, suite au partage de la région entre français et anglais, après l’effondrement du Califat Ottoman, ce qui a été appelé Sykes/Picot, et qui ne faisait qu’aidait ce flux migratoire à venir de plus en plus nombreux occuper la Palestine, selon la promesse tenue de Lord Belfort, durant la première guerre mondiale. Le partage étant imposé, cet état sioniste reconnu par l’ONU d’alors, reste aux palestiniens de le refuser, sans être eux-mêmes reconnus par l’ONU, et demeurer sous la tutelle du roi de Jordanie, après le retrait des anglais, qui les a administré en attendant de les livrer lors de la guerre des 6 jours en1967 aux sionistes pour être colonisés et peu à peu engloutie par ce boa sioniste. Revenons à 1956, vint l’agression militaire conduite par les anglais, les français et les sionistes installés en Palestine, venus ajouter leurs forces aux puissance coloniales contre l’Egypte, sous le prétexte de la nationalisation décidée par le gouvernement égyptien de la société franco anglaise qui gérait l’administration du Canal de Suez. La pauvre armée égyptienne n’avait aucun moyen pour faire face à un débarquement par air, par mer et par terre, des trois armées adverses . L’autorité égyptienne complètement à genoux, n’a pu se tirer d’affaire que grâce à l’intervention de l’Union soviétique sans une opposition des USA, ce qui empêcha une nouvelle colonisation de l’Egypte; les algériens qui venaient de déclencher leur guerre de libération nationale de1954, et l’Egypte pour eux était un point d’appuie important, deux ans après, et cette Egypte est attaquée par la France qui lui reprochait d’aider le FLN. Le fameux Jean Marie le Pen était là dans les rues de Suez à tuer les égyptiens déjà en 1956; plus tard, durant la bataille d’Alger en Algérie il était encore là comme tortionnaire des résistants d’Alger, Ali la pointe, La3rbi Bel-M’hidi. Maintenant nous arrivons à ce qui est appelé la guerre de 6 jours de 1967, menée par ce fameux Moshe Dayan, qui occupa d’un seul coup d’un seul, tout le Sinaï, et côtés jordanien, le reste de la Palestine attribuée aux palestiniens en 1947, nommée Cisjordanie administrée jusqu’à lors par les jordaniens; ainsi que les hauteurs du Golan syrien, et les fermes de Cheb3a côté libanais et côtés syriens, ce fut la même débâcle que lors des affrontements de 1947 et 1956. Pour ce fameux 1967, cette entité sioniste est toujours vainqueur, toujours invincible, à chacune des ses agressions contre les armées des états arabes, d’où le mythe de l’invincibilité de son armée toujours plus forte que toutes les troupes des armées arabes réunies. De quoi avoir peur de son ombre. Toute la Cisjordanie occupée, toute la partie arabe de la ville de Jérusalem occupée , les hauteurs du Golan syrien occupées jusqu’à la ville de Kenitra syrienne occupée. Une véritable catastrophe en seulement 6 jours, un jour de plus et cela aurait été de l’Euphrate jusqu’au Nil comme leur drapeau le prétend. Cette invincibilité était éclatante, tellement éclatante qu’elle dissimulait le fait d’être un acte de colonisation d’une terre arabe par des européens, une espèce de barrière qui coupe le monde arabe en deux partie. L’Orient et le Maghreb pour que jamais il ne se produira de Nation Arabe. Ces colonialistes qui se qualifiaient juifs sionistes, retournant à la prétendue terre que Dieu leur a promis, sans tenir compte du peuple palestinien qu’il fallait exterminer, faire fuir, faire disparaître. pour la réalisation d’un état juif. Les puissances coloniales comme la France et la Grande Bretagne, ainsi que les USA, étaient derrière cette entreprise coloniale, et aidaient par tous les moyens, ces colons colonisateurs de la Palestine, par des armes, par des volontaires soldats , des avions de guerre et leurs pilotes, par des formations accélérées de leurs milices armées; face à cette force militaire occidentale transportée sur place, les arabes pour la plupart encore colonisés ou à peine décolonisés, comme la Syrie, l’Irak, l’Egypte, la Libye, la Tunisie, n’avaient pas d’équivalent; tandis que l’Algérie encore colonisé jusqu’en 1962, en 1967, cinq années d’indépendance ne sont pas suffisant pour former une bonne armée; ce qui explique cette invincibilité mystifiée dont se targuait cette entité sioniste, et l’utilisait pour dissuader les arabes de toute tentative de recommencer à la défier. En 1972, un tournant se réalisa, timide mais palpable, pas tout à fait décisif, mais assez précurseur du comment sera fait le futur, et peu à peu ce fut le début d’un changement de processus. réalisé en 2000 au Liban en présence de l’armée syrienne qui repoussa les forces armées sionistes qui avaient mis les pieds à Beyrouth au Liban, et ensuite quelque chose d’inhabituel se réalisé par la résistance en 2006 des groupes combattants principalement celui du Hezbollah contre cette entité sioniste soutenue militairement par les puissances américaines et occidentales, un pond aérien en effet ininterrompu a été organisé pour suppléer en armes et munitions, en renforts de sionistes à double nationalités, militaires et volontaires pour défendre cette l’entité sioniste, leur entité contre la résistance du Hezbollah et des autres groupes combattants, qui au bout de 33 jours de guerre acharnée a démontré à Tsahal le nom donné aux forces militaires sionistes et à leur direction politique sioniste qu’elles ne sont plus en mesure de vaincre comme avant, puisqu’elles venaient de subir une véritable débâcle face à la résistance arabe au sud du Liban, avec un bilan très lourd en charres Markaba détruits plus d’une centaine, des morts et des blessés parmi les commandos de Tsahal; un ou deux bâtiments de guerre au large de la cote libanaise visés par des missiles de la résistance qui les ont endommagé sérieusement; peut être plus de mille missiles tombés sur les villes en Palestine occupée, usines, bâtiments habités, casernements militaire, aéroports, avec la menace claire du Hezbollah de frapper le même objectif de même importance en Palestine occupée, comme la centrale nucléaire dans le désert du Néguev, si l’entité sioniste osait tirait sur la centrale électrique à mazoute au Liban, ce qui poussa les américains à ordonner aux sionistes de très vite d’accepter la proposition du cessez-le-feu par le Conseil de Sécurité des Nations Unies, proposition faite elle-même sur demande des USA leur protecteur qui ont constaté la débâcle dans laquelle se trouve leur gardien des lieux au Moyen-Orient, et très vite ces sionistes ont accepté le cessez-le-feu proposé par le conseil de sécurité de l’ONU et se sont retirés des champs de batailles, emportant avec eux leurs nombreuses ferrailles de charres merkaba complètement carbonisés par les tires de missiles Corvettes de la résistance libanaise. Tout le plan américain dont était chargé les sionistes d’exécuter contre la résistance du Hezbollah au Liban, d’éliminer tous ses membres physiquement, pour passer aussitôt à une autre attaque foudroyant contre la Syrie, et ensuite liquider ce qui reste de la résistance palestinienne, pour faire oublier définitivement le problème palestinien; et passer au gros gibier dans cette entreprise impérialiste qu’est l’Iran, pour le détruire, puisque l’Irak est déjà sous occupation américaine, et les pays du Golfe arabo persique sont dans la poche américaine. Le tour de la Russie viendra par la suite avec celui de la Chine et ainsi devenir les maitres du monde sans contestation ni rivale. Ce plan que je viens de parcourir tomba à l’eau, comme un os de poulet dans la gorge impérialiste qui ne pouvait avaler ce qu’il croyait avoir mâché. Il fallait le recracher, le rejeter et réfléchir à autre chose, comme à ce “printemps arabe” qui est venu plus tard. Marquer des points dans la direction que les USA avaient planifié en 2006 devenait impossible.
    Que s’était-il passé dans ce paysage vallonné, dans ce lit du fleuve Litanie et ces bords burinés, où se sont rassemblés des jeunes libanais, et durant trente trois jours, décidés qu’ils étaient à défendre leur terre contre cette invasion étrangère, ce qui a radicalement changé toutes les données géopolitiques, géostratégiques de la région, c’est leur victoire inattendue, venue comme une fausse note détruire toute la partition orchestrée par les sionistes et les impérialistes. Pas sur le coup, mais progressivement, palpable avec le tempes depuis ce 2006 jusqu’a Ghaza aujourd’hui à nouveau en 2014. Il s’agit pas d’épiques grecs, mais réellement ce qui s’était passé en 2006 au Liban contre l’entité sioniste et ceux qui la soutiennent. C’est une histoire d’armée invincible qui venait d’être vaincue, démystifié, mise à nue devant le monde et les arabes, ce qui est un fâcheux précédent, un exemple à ne pas trop faire voir, mais trop tard, les résistants arabes le savent désormais qu’il faut résister et la victoire est au bout du fusil. Se rappeler de ce qui s’était passé durant ces 33 jours de batailles intensives en 2006 au Sud du Liban sur ces terres en bordure de la Palestine occupée, nous ajoute la certitude par les résultats obtenus durant ces affrontements, déclenchés sous forme de guerre ouverte et totale, soudainement dans toute son ampleur par l’entité sioniste après un simple incident frontalier où deux soldats israéliens furent capturés alors qu’ils piétinaient le sol libanais, comme ils le faisaient impunément auparavant. Guerre totale, par des bombardements sans relâche, avec ordre par haut parleur des sionistes de relâcher immédiatement les capturés de tsahal, sinon c’est le ciel qui tombera sur la tête du Hezbollah et sur le Liban. Aussitôt des attaques par l’aviation de combat F-15 et F-16, hélicoptères apaches, et puis offensive terrestre par des centaines d’engins blindés, charres merkaba, défenseurs, bulldozers de tout le sud du Liban, causant des destructions catastrophiques dans les habitations, l’infrastructure, les ponts, les hôpitaux. Cela donne la certitude que côté sioniste, la guerre était déjà préparée et n’attendaient qu’un prétexte, et son but était de détruire les missiles dans leurs dépôts avant qu’ils ne soient tirés, d’éliminer, la résistance comme il leur a été commandé par les USA en vue du nouveau Moyen-Orient envisagé par eux. ne parvenant pas cette fois-ci, les acquis par contre positifs et possédés par la résistance. Ils sont toujours valables malgré tous les vents qui ont soufflé sur le monde arabe durant ce dit printemps arabe. Ces acquis de 2006 contre Israël pour la résistance continuent d’orienter son combat.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :