Rebloger via 

Le premier avion 100% africain dans les airs à partir de l’Afrique du Sud

C’est en Afrique du Sud que le premier avion entièrement africain va prendre son envol ce mercredi 13 août. Cet avion de type militaire, sera consacré à la surveillance aérienne et va se vendre à environ 10 millions de dollars, selon les dernières informations.

C’est à partir du tarmac de l’aéroport Wonderboom de Pretoria que décollera ce 13 août 2014 à 7 heures du matin, le premier avion 100 % africain. Dénommé AHRLAC (Avion léger de reconnaissance de haute performance), le petit appareil est doté d’un design bombé ressemblant à un gros insecte et peut transporter un pilote ainsi qu’un passager. Dédié à la surveillance aérienne, l’avion est du type militaire à ailes fixes.

Les concepteurs expliquent qu’il pourra effectuer des missions de prévention et gestion des catastrophes naturelles et environnementales, de contrôle des frontières, de sécurité intérieure et maritime, et de renseignement. Le premier prototype sera d’abord testé pour performances de vol, avant qu’il soit équipé de systèmes armés qui seront évalués dans un second temps.

Le projet est une collaboration entre Paramount, le premier groupe de défense de la nation arc-en-ciel, et Aerosud, sous-traitant aéronautique local. L’avion a été entièrement conçu, développé et assemblé en Afrique du Sud.

Le projet a été lancé depuis 2011 et 60 ingénieurs africains ont travaillé à sa conception et fabrication. La moyenne d’âge de l’équipe projet est de 32 ans.

Le design des pièces a été entièrement numérique, avec pour impératif d’être assemblable sans aucune soudure, comme un simple jeu de mécano, en seulement quelques heures. Des moules et presses ont également été conçus et fabriqués par Paramount en Afrique du Sud pour pouvoir produire le plus rapidement possible les pièces en acier et en composite de l’avion.

La construction de l’AHRLAC aurait coûté 200 millions de dollars à Paramount et Aerosud. Le prix de vente annoncé avoisine 10 millions de dollars.

En ce qui concerne le débouché, Paramount et sa consœur ne craigne rien. Elles indiquent que l’avion intéresse plusieurs nations membres de l’OTAN et des pays émergents, principalement en raison d’un coût moins élevé que les plateformes de surveillance aérienne existantes.

 


 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.