Publicités
«L’OTAN et l’UE aux portes de la Russie»

«L’OTAN et l’UE aux portes de la Russie»

 Rebloger via Journal favorisant la pensée indépendante, l'éthique et la responsabilité pour le respect et la promotion du droit international, du droit humanitaire et des droits humains

Interview du conseiller national Geri Müller, les Verts, membre de la Commission des Affaires étrangères du Conseil national

Horizons et débats: Peu après le crash de la machine d’Air Malaysia, des accusations ont été lancées contre Poutine, affirmant qu’il était finalement le responsable de la destruction de cet avion. Quelles sont vos appréciations de la situation, avez-vous d’autres informations concernant le vol MH17?

Geri Müller: En temps de guerre, la vérité meurt la première. Il en est de même ici. Attribuer sans aucune preuve la culpabilité à quelqu’un est insensé. Maintenant, c’est une commission d’enquête internationale qui y travaille, on peut espérer qu’elle sera capable de découvrir de manière fondée les responsables de ce crash. J’ai obtenu des informations très diverses et contradictoires.

Est-ce possible que la Russie soit responsable de ce crash?

Jusqu’au résultat de l’enquête la présomption d’innocence est de mise.

On prétend que le conflit en Ukraine a débuté sur le Maïdan à Kiev. L’Occident en attribue la responsabilité à la Russie et en fin de compte à Poutine. Pouvez-vous soutenir ce point de vue?

Cette thèse est trop simple. En 1991, lorsque Gorbatchev a déclaré l’Union soviétique comme dissoute, il a incité l’Europe à créer entre la Russie et l’ancien «rideau de fer» la «Maison commune de l’Europe». Il pensait créer ainsi un lien entre l’Est et l’Ouest, appartenant ni à la «Communauté européenne», ni au «Conseil d’assistance économique mutuelle» (CAEM), ni à l’OTAN, ni au «Pacte de Varsovie». Aujourd’hui, l’OTAN et l’Union européenne sont aux portes de la Russie. La Russie se voie encerclée par l’intégration de l’Ukraine et éventuellement plus tard de la Biélorussie et du Kazakhstan.

La scission de la péninsule de Crimée et l’accueil de celle-ci dans la Fédération de Russie est condamnée principalement par les pays qui ont immédiatement reconnu le Kosovo comme nouvel Etat après la déclaration d’indépendance unilatérale par le Parlement kosovar. Comment expliquez-vous ce comportement?

Ces deux actions constituent des violations du droit international. C’est un fait mais on n’améliore rien, quand les deux parties disent: «Moi pas, mais toi aussi!»

Quel rôle jouent les Etats-Unis et l’UE dans la crise ukrainienne?

Les deux seraient ravis si l’Ukraine devenait membre de l’UE et de l’OTAN.

Comment devrait réagir la Russie face à la politique de l’«Occident»?

Politiquement, peut-être aussi économiquement, mais certainement pas militairement. La Russie est membre de l’ONU et aussi membre permanent du Conseil de sécurité.

Certains politiciens en Suisse demandent que la Suisse participe aux sanctions des Etats-Unis et de l’UE. Certains vont même jusqu’à exiger l’annulation des festivités avec la Russie concernant les deux siècles de relations diplomatiques entre les deux pays. Qu’en pensez-vous?

Quelles sanctions? Interdiction de voyager? La Suisse est neutre et ne doit pas intervenir dans ce conflit. Les 200 ans de relations diplomatiques avec la Russie prouvent que la Russie a toujours intégré et a été intégrée, la Suisse et la Russie ont à tout moment bien joué leurs rôles. Il y a 200 ans, c’était l’envoyé russe à Vienne qui exigea que la Suisse reste une nation, il n’y avait pas de représentant suisse au Congrès. En 1992, ce furent les Suisses qui proposèrent la Russie pour le Conseil de l’Europe et qui, en 2010, convainquirent la Russie à participer à l’OMC. Et le tout sans guerre. Veut-on vraiment détruire la commémoration de cette longue histoire de comportement pacifique par un boycott? Nous avons appris en 1914, qu’il ne faut pas verser de l’huile sur le feu.

Quel rôle pourrait et devrait jouer la Suisse dans ce conflit, également en ce qui concerne le crash aérien?

La Suisse a très bien joué son rôle jusqu’à présent, à savoir celui de rester entre deux. Là est sa place, et tout particulièrement quand elle est critiquée des deux parties.

Monsieur le conseiller national, je vous remercie de cet entretien.

(Interview réalisée par Thomas Kaiser)

Source : http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=4339

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :