Publicités
Ukraine / Donbass : l’avantage reste aux indépendantistes

Ukraine / Donbass : l’avantage reste aux indépendantistes

Jacques Frère

Quelques instants de répit, avant de repartir au feu

L’offensive lancée, il y a moins d’une semaine pour prendre en tenailles la poche du Donbass, s’est essoufflée sur la plupart des objectifs assignés par l’état-major de Kiev et aucun d’entre eux n’a été atteint. Même à Gorlivka, où la tâche semblait la plus facile, les forces ukrainiennes se sont heurtées face à un redoutable rempart défensif. Hier, plusieurs heures avant que John Kerry, le secrétaire d’Etat américain aux Affaires étrangères, n’annonce un possible cessez-le-feu de la part de Kiev, le général Valery Geletey, le patron de la défense, a remis en cause «la capacité de l’armée ukrainienne à poursuivre l’offensive à l’Est, tellement elle est épuisée ». Porochenko a donc demandé à son homologue biélorusse, Aleksandr Lukachenko, d’intervenir auprès des indépendantistes du Donbass pour entamer une médiation.

La colère gronde dans l’Ukraine bandérisée de force par l’UE et les USA : manifestation hier devant le bureau de la conscription à Novoselitsk, dans la région de Tchernivtsi dans l’Ouest.Le pseudo cosaque ukrainien d’extrême droite qui veut envoyer les autres se faire tuer à sa place n’en mène pas large devant ces femmes légitimement en colère.

Tom Parfitt du Daily Telegraf confirme que la communication du pouvoir à Kiev est en dessous de tout (comme le reste) : tout le week-end dernier, ils ont fanfaronné à qui voulait bien les entendre, que les troupes ukrainiennes avaient pris possession du site du crash du Boeing de la Malaysia Airlines. Des allégations mensongères reprises par les médias français, comme de bien entendu, sans vérifications aucune. En fait, elles ne n’ont jamais été en mesure de l’atteindre. Aujourd’hui, le journaliste britannique s’est rendu sur les lieux et a même rencontré Natalya Volosyna, maire de Petropavlivka. « Il n’y a eu aucun combat sur les quatre sites des débris du MH17 que j’ai visité aujourd’hui, écrit le journaliste sur son compte Twitter. Mais les habitants ont entendu des bombardements, des tirs à proximité ces derniers jours. »

A bout de souffle

L’armée ukrainienne, épuisée, éreintée même, manquant de réserves stratégiques, devant gérer tant bien que mal des pertes inquiétantes, tant en hommes qu’en matériels et armements divers, a désespérément besoin d’une pause pour se regrouper, se réorganiser et se reconditionner. En dépit d’une position difficile, la situation est clairement aujourd’hui en faveur des forces de Nouvelle Russie, qui maîtrisent parfaitement le terrain et manœuvrent remarquablement bien malgré un déficit tant en effectifs, qu’en matériels et en moyens d’artillerie sol-sol et sol-air.

cliquez pour agrandir

La carte de la situation militaire au 30 juillet au soir. On note que nous avons maintenant trois zones d’encerclement, trois chaudrons : le plus grand, celui à la frontière russe (éléments épars des 24e, 72e, 51e et 25e brigades) ; un deuxième plus petit au sud de Lugansk, sur une partie de la zone aéroportuaire (éléments du 80e régiment aéromobile de Lviv) et enfin une toute nouvelle poche au nord de Shakharsk (sans doute des éléments de la 95e brigade aéromobile de Zhytomyr).Pour ce qui est de cette dernière, elle est due à la percée du week-end qui a été colmatée et le piège tendu par la milice de Nouvelle Russie s’est refermé sur ces éléments qui n’ont pas su faire demi-tour à temps.

Du côté des forces du Donbass, le moral est bon et les efforts considérables consentis ces derniers jours n’ont affecté en rien les capacités défensives, et même parfois offensives des troupes indépendantistes. En face, il en est tout autrement, et la situation politique critique du pays n’arrange rien. A Kiev, c’est la paranoïa qui prime sur la raison. La chasse aux sorcières a même débuté au sein d’une société qui commence à s’interroger sérieusement sur le bien fondé de l’action politique de ceux qui ont été imposés à la tête de l’Etat à l’hiver dernier. Le SBU, tout à la botte de la CIA et autres « agences » occidentales, tout comme le Conseil national de sécurité et de défense contrôlé par l’extrême droite galicienne, voient des ennemis partout. Dernière perle en date : le SBU vient de publier une liste hallucinante de 152 militaires de la 95e brigade aéromobile de Zythomyr considérés comme «peu fiables» (sic). Les troupes de cette unité qui sont, en ce moment, en première ligne ont dû apprécier (source)… Mais dans ce pays de cinglés qu’est devenue l’Ukraine « proeuropéenne » est-ce si étonnant ?

Echec de l’attaque au nord, stabilisation au sud

Yasinuvata, au nord de Donetsk, connaissait hier soir de terribles combats de rues. Après la tentative infructueuse de prise de contrôle d’Avdiivka (Les Ukrainiens tiennent seulement lesabords ouest de l’agglomération, en limite de champs – photo-), à environ 2 km à l’ouest, quelques heures plus tôt, la milice a contre-attaqué. 3 T-64BV ukrainiens ont été détruits, de même que 3BTR et un automoteur de 152 mmAkatsyia.

Evacuation de la population deShakhtarsk organisée par les indépendantistes : 7 bus ont été affrétés.Une information non vérifiée circule sur les réseaux sociaux comme quoi entre Torez et Shakhtarsk, le week-end dernier et en début de semaine, pas moins de 125 véhicules (chars, véhicules divers et transports de troupes blindés) ukrainiens auraient été détruits en 72 heures de combats acharnés. Le chiffre paraît énorme, mais au regarde la masse employée par les forces de Kiev lors de leur attaque, dès vendredi dernier, soit au moins deux brigades et des éléments de la garde nationale (« bataillon Dnepr »), ce chiffre est plausible ; d’autant que, depuis mardi soir, les combats se sont sérieusement calmés dans ce secteur sud, sans perte de terrain du côté de la milice. L’offensive s’est arrêtée en raison de l’épuisement des assaillants, qui ont même reculés sur leurs bases de départ, environ 20 km plus au sud.

Vers environ 9h00 (heure locale) ce matin, un avion (sans doute un An-26, d’autres sources évoquent des Su-27 et Su-25) a été abattu au-dessus Khartsyzsk, entre Donetsk et Shakhtarsk, selon l’agence ukrainienne UNIAN. 6 à 7 parachutes étaient visibles dans le ciel, de même que des leurres thermiques anti-missiles sol-air.

Avant le début de l’opération répressive de Kiev, l’armée ukrainienne ne disposait seulement que de 36 Su-25M1 (sur environ 60 exemplaires) et 20 Su-27.

A mi-chemin entre Shakhtarsk et Torez, à Hirne, ce qui reste d’une colonne ukrainienne qui a tenté de forcer le passage il y a deux jours…

Entre Donetsk et Lugansk, Krasny Luch a subit plusieurs attaques aériennes. Ce croisement de routes stratégiques est un enjeu essentiel dans la bataille du Donbass.

Au nord, sur Pervomaisk, au-delà de Stakhanov, les bataillons indépendantistes « Mryzrak » et « Nord » sous le commandement d’Aleksei Mozgovoi, ont établi des positions défensives qui leur permettent à la foi d’interdire toute progression des troupes ukrainiennes, mais aussi de mener des opérations de guérilla sur les colonnes de ravitaillement.

A Lugansk le T-64BV « 19 » du Bataillon « Aube » a pris quelques coups sur le flanc gauche, mais est toujours opérationnel

Sur Lugansk, la ligne de front s’est déplacée au nord-est, au-dela de la Siversky Donets, vers le village de Makarove, à plus de 15 km, à proximité de Staytsia Luhanska. Là des éléments de la 30e brigade et de la 1re brigade de chars se sont retranchés et subissent un harcèlement régulier de la part de la milice.

Tirs de missiles balistiques

Au sud-est de la poche du Donbass, la bataille de Saur Mogila se poursuit. En 72 heures, les forces ukrainiennes semblent avoir subi de très lourdes pertes pour tenter de dévérouiller le chaudron en prenant cette position clé. Au moins 2 T-64BV, 2 BTR, 1 BRDM-2, plusieurs camions Kamaz ont été détruits. Une tentative de percée sur Snizhne en contournant Saur Mogila s’est soldée pour les forces de Kiev par la destruction de 2 chars lourds et 3 BMP-2. Hier, dans la journée, quatre tirs de missiles balistiques Tochka-U étaient signalés sur cette zone. Kiev a déployé ces batteries d’artillerie tactique depuis une semaine. Elles auraient dû auparavant être utilisées contre Slaviansk si les forces de Strelkov n’avaient pas évacué la ville.

Avec la milice au sud de Lugansk, sur la route de Lutuhyne, dans le secteur où le « bataillon Aydar » s’est fait étriller pour la deuxième fois.

Un autre front pourrait bientôt s’ouvrir. Au cours des derniers jours à l’est du territoire ukrainien le long de la frontière avec la Transnistrie, un certain nombre de provocations ont eu lieu. Des individus non identifiés ont tenté d’affoler la population sur l’imminence d’une attaque des forces de Transnistrie contre l’Ukraine. Plusieurs unités de l’armée ukrainienne ont même été prépositionnées à proximité de la frontière.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :