Au 19ème jour de l’agression israélienne contre Gaza, le bilan des victimes palestiniennes n’a cessé de grimper.

Une vingtaine de civils, dont une femme enceinte et un enfant sont tombés en martyrs et plus d’une centaine d’autres ont été blessés par les raids israéliens qui ont frappé jeudi soir et vendredi Gaza, portant à  828 le nombre des martyrs et à plus de 5300 les blessés.

Selon notre correspondant, les médecins ont réussi à sauver la vie du bébé de Chaymaa, la femme enceinte qui a été tuée.

Le porte-parole des brigades AlQods, Salah abou Hassanein alias Abou Ahmad est en outre tombé en martyre avec son enfant de 15 ans suite à un raid israélien contre son domicile à Rafah.

Par ailleurs, un bon nombre de martyrs et de blessés sont toujours ensevelies sous les décombres du quartier assiégé de Khouza. Les forces d’occupation interdisent tout accès à ce quartier.

Au moins sept Palestiniens d’une même famille principalement des enfants, avaient été tués jeudi dans une nouvelle frappe aérienne entre Rafah et Khan Younès. 575 maisons sont désormais démolies par les raids israéliens.

116 écoles bombardées

Jeudi, quinze civils palestiniens sont tombés en martyre et plus de 200 autres blessés par un bombardement israélien visant une école de l’ONU à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, où étaient réfugiés des civils, selon les services d’urgence locaux.

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon a fait état de « nombreux morts », dont des femmes, des enfants et des employés de cette école gérée par l’Agence pour l’aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA).

Peu avant 15H00 (12H00 GMT), « soudainement des bombes ont frappé l’école. Certaines personnes ont été décapitées » ou tuées sur le coup, « il y avait tant de martyrs et de blessés », raconte un résident de Gaza Mohammed Nasser al-Kafarna.

Dans cette école s’étaient réfugiés des habitants du nord de la bande de Gaza qui comme quelque 110.000 autres Palestiniens ont été chassés de leur foyer par l’agression israélienne contre Gaza, entamée le 8 juillet.
Selon un bilan fourni jeudi par l’Unicef, 116 écoles de Gaza, dont 75 de l’UNWRA, ont été endommagées par les bombardements israéliens.

Les affrontements s’étendent vers la Cisjordanie

En soutien à Gaza, les affrontements se sont étendus jeudi soir en Cisjordanie occupée où les forces d’occupation ont tué deux jeunes.

Une centaine d’autres ont été blessés par des tirs israéliens à Qalandia, check-point militaire israélien qui contrôle l’entrée de Jérusalem occupée, interdite aux Palestiniens, alors que plus de 10.000 manifestants réclamant l’arrêt de l’agression israélienne contre Gaza tentaient de rallier la Ville sainte de Jérusalem.
Vingt Palestiniens ont été arrêtés à Jérusalem-Est à la suite de heurts dans la Vieille ville, selon la police d’occupation.

Le Hamas revendique des tirs contre l’aéroport de Tel-Aviv

Par ailleurs, la résistance palestinienne a poursuivi les tirs des missiles et des roquettes contre les colonies et les villes occupées.   Plusieurs missiles ont été tirés sur Tel Aviv et sa région.

Trois des tirs ont été revendiqués par le Hamas qui a revendiqué les tirs des missiles de type Fajr 5 et M75 contre l’aéroport international Ben Gourion de Tel-Aviv.

Il est à noter que le trafic aérien international y reste perturbé après la chute d’une roquette à proximité mardi dernier.

Opération « Briser le blocus »

Pour leur part, les brigades AlQuds, branche armée du Jihad islamique, ont lancé jeudi soir une nouvelle opération baptisée « Briser le blocus », en riposte aux massacres israéliens à Gaza.

115 missiles et roquettes ont été tirés dans le cadre de cette opération contre les colonies israéliennes et les villes occupées, dont Tel Aviv, Eshdod, Beesheva, Ashkelon et autres…

Les médias israéliens ont fait état de 13 colons blessés et des dégâts matériels dans les colonies proches de Gaza.

Yediot Aharonot: « Israël a subi une défaite cuisante »

Côté israélien, le célèbre analyste du quotidien Yediot Aharonot, Shimon Shiffer a évoqué une « défaite cuisante de l’armée israélienne à Gaza ».

Selon Shiffer, « le Jihad islamique et le Hamas ont fait preuve d’une étrange résistance depuis le début de cette offensive. La guerre est régi par le principe de surprise, ce qui nous coutent davantage de soldats et nous poussent à poursuivre notre offensive, une offensive qui n’a atteint aucun de ses objectifs »!

« L’initiative de guerre est entre les mains du Hamas et du Jihad », a-t-il regretté.

Pour sa part, Ron Ben Yashai, expert militaire de ce même journal indique : »dès les premiers jours de l’offensive contre Gaza, l’armée israélienne a perdu plusieurs de ses hauts officiers qui dirigent les forces d’élite. Il s’agit d’un coup difficilement réparable »!

Et d’ajouter : « Depuis le début de la guerre nous avons largué 120 tonnes de bombe sur Gaza. Mais rien n’a changé et notre armée continue à faire l’objet d’attaques palestiniennes ».

La brigade Golani de nouveau ébranlé

Les médias israéliens, dont Arutz Sheva et Times of Israël ont affirmé que le commandant du 12eme régiment de la brigade Golani a été grièvement blessé.

Le commandant en question dont l’identité n’a pas été révélée en raison de la censure très stricte imposée aux médias israéliens aurait été blessé dans l’explosion d’un tunnel piégé par les résistants à Gaza.

Ce commandant était en charge des opérations d’espionnage au sein de la brigade Golani, une unité d’élite de l’armée sioniste.

Cette force d’élite s’est montrée particulièrement vulnérable depuis le début de l’incursion terrestre à Gaza, surtout après la mort de 13 de ses soldats dont son commandant Ghassan Alien et son adjoint Roi.

Purge au sein de l’armée sioniste

Par ailleurs, l’armée sioniste a annoncé avoir arrêté plusieurs soldats et colons israéliens pour avoir révélé au grand public et via les réseaux sociaux le bilan réel des morts et des blessés au sein de l’armée d’occupation israélienne à Gaza.

Une semaine après le début de l’offensive terrestre, « Israël »  n’a reconnu que 32 morts dans les rangs de son armée.

Certains israéliens ont annoncé avoir reçu la nouvelle de la mort de leurs proches via WhatsApp.

L’armée sioniste est allée encore plus loin dans la censure, en confisquant les portables des soldats israéliens. L’armée a affirmé dans un communiqué l’arrestation de plusieurs soldats pour avoir informé la famille d’un officier et d’un soldat de leur mort. « Ces informations ne doivent pas fuiter puisqu’ « Israël » se trouve dans un état sensible ».

L’armée d’occupation a en outre autorisé à la publication l’information sur la mort d’un sergent-chef de réserve Yaïr Ashkenazy tué durant la nuit dans les combats avec la Résistance à Gaza.

Source: Divers

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.