Publicités
Le vol MH17 est bien un false flag: voici toutes les preuves déjà collectées

Le vol MH17 est bien un false flag: voici toutes les preuves déjà collectées

20 Juillet 2014

Le vol MH17 est bien un false flag: voici toutes les preuves déjà collectées

Les preuves émergent…

Le vol MH17 est bien un false flag: voici toutes les preuves déjà collectées

Traduit du russe à l’anglais par Gleb Bazov – Traduction et adaptation The French Saker

PARTIE I : LES ELEMENTS DE PREUVE QUI EMERGENT ICI ET LA INDIQUENT QUE L’AFFAIRE DU VOL MH17 EST UNE OPERATION UKRAINIENNE SOUS FAUX DRAPEAU

Sources combinées

17 juillet 2014 – Examen des éléments de preuve disponibles fabriqués par l’Ukraine

– Vidéo : Chopés ! PRIS LA MAIN DANS LE SAC ! L’Ukraine surprise en train de fabriquer de fausses accusations pour « mouiller la Russie » en l’accusant d’avoir descendu le vol Malaysian Airlines MH17 !

Regardons la date de création de la vidéo: 16/07/2014 à 19:10:24 (le vol MH17 a disparu des radars le 17/07/2014 à 16:10 !

La date de création ne peut être modifiée d’une quelconque manière, sauf en recréant et re-téléchargeant la vidéo à une date ultérieure. Regardons la date du ré-upload: 18/07/2014 0:09:00 (depuis, la vidéo a été supprimée : POURQUOI ? pourquoi fuir comme des lapins si l’on est sûr de son fait ?)

Le gouvernement ukrainien a donc parrainé un clip vidéo qui, affirment-ils, prouverait que la Russie est impliquée dans la destruction en vol, par les rebelles, de l’avion de la Malaysia Airlines. Outre qu’on voit évidemment mal la Russie ou les Novorossiens fabriquer des preuves contre eux-mêmes ou s’accuser l’un l’autre, cette vidéo (malencontreusement postée trop tôt, puis retirée une fois qu’il s’est avéré qu’un ré-upload ne pouvait régler le problème) montre on ne peut plus clairement que ceux qui ont préparé ce clip à l’avance savaient également à l’avance que le vol MH17 serait attaqué !

Si ce n’est pas une preuve, alors je n’ai aucune idée de ce qui peut bien compter comme preuve.

REMARQUE : la correction des timings indiqués par le fichier, en ajoutant ou en soustrayant, ainsi qu’on l’a suggéré, 14 heures, 10 heures ou 4 heures de décalage (ou n’importe quelle combinaison entre ces différences horaires) pour tenir compte, respectivement, de l’heure de la Californie, de l’heure UTC, ou de heure locale, ne résout pas le problème.

Les Ukies avaient prévu de descendre l’avion.

Source originale : Gmorder LiveJournal

– 17 Juillet, 2014 – Michael McFaul dit sur Twitter : « Une milice de volontaires n’a pas la formation nécessaire pour opérer des armes anti-aériennes sophistiquées. »

Michael McFaul (@ McFaul) 17 juillet 2014

– Vidéo : les « Interceptions » entre des commandants de la milice ont été fabriquées par les Ukrainiens.

https://www.youtube.com/watch?v=NwtxBA1m9x8

Sur la vidéo, on peut voir un étrange méli-mélo dans les horaires (par exemple, 16:40 vient avant 16:33, à partir de 1:09 sur la vidéo, le temps reste bloqué à 17:32, etc.), alors certains ont commencé à creuser, et eurêka ! : le tour était joué. Voici la première vidéo, identique à la vidéo maintenant offerte comme preuve de l’implication de la Milice : date de création… le 16 juilletexactement à la même heure (à la seconde près !) que la précédente vidéo : 2014-07-16 19:10:24

RGHost Download

On dirait bien que les gens qui travaillent pour le SBU [Service de sécurité ukrainien] étaient pressés.

– 17 juillet 2014 – CNN rapporte que c’est une tempête qui a forcé à détourner la route du vol MH17, mais cela était faux.

@ @ gbazov GrayCardinal1 : Il n’y a eu aucune tempête. http://t.co/NpQbtGMEHF

– Rosa Luxembourgeoise (@ RosaLuxembourge) 17 Juillet, 2014

– 17 juillet 2014 – L’ordre et le timing des nouvelles indiquent une opération de l’Ukraine sous faux pavillon.

Source originale: Anatolii Sharii FaceBook – par Valentina Lisitsa (@ ValLisitsa)

DERNIÈRES NOUVELLES:

17:49 – De source classée A : Un avion de transport de passagers a été abattu dans la région de Donetsk.

17:26 – Le SNBO ukrainien [Conseil national de sécurité] affirme que les rebelles ont des équipements qui peuvent abattre les avions à haute altitude.

17:23 – L’UEFA sépare les clubs de football russes et ukrainiens dans les diverses coupes d’Europe.

17:12 – Porochenko préside une réunion du SNBO ukrainien.

. @ gbazov : cet instantané en dit long. Regardez l’horaire de l’annonce ! via @anatoliisharii pic.twitter.com/n8AN3kHBUQ – 17 Valentina Lisitsa (@ ValLisitsa) juillet 2014

– – – – – – – – –

PARTIE II : LES ELEMENTS DE PREUVE QUI EMERGENT ICI ET LA INDIQUENT QUE L’AFFAIRE DU VOL MH17 EST UNE OPERATION UKRAINIENNE SOUS FAUX DRAPEAU

Informations clés dans l’ordre chronologique inverse :

# 15 – Examen de la fausse interception répandue par le SBU (Service de sécurité ukrainien)

 

Ads by Media PlayerAd Options

Remarque : La moitié de la publication est traduite ; l’autre moitié est spéculative.

L’original complet (en russe) peut être consulté à Eugene-DF LiveJournal

Dans l’interception diffusée par les services ukrainiens, le lieu d’où le missile aurait été lancé est clairement indiqué : il s’agit du point de contrôle de la colonie de Chernukhino.

Portez maintenant une attention particulière à la carte de la catastrophe du MH17, telle qu’alléguée par cette publication.

Comme vous pouvez le voir, la distance entre le point de lancement et le point de chute de l’avion est de 37 km. On sait par ailleurs que l’altitude de l’avion était de 10 à 11 km. Pour un BUK M2 russe, il est en effet possible d’atteindre une cible à cette distance (mais avec une mise en garde très importante, voir ci-dessous).

Cependant, l’Ukraine ne possède pas, ce n’est pas possible, la haute technologie des systèmes numériques modernes de lutte anti-aérienne. Elle n’a tout simplement pas cela dans son arsenal. Ce qu’elle a, au mieux, c’est la plus ancienne version du BUK M1. Le système lui-même n’est pas trop mauvais, et pourrait même faire l’affaire dans le cas d’une distance de la longueur indiquée. Sauf pour ce qui est de la mise en garde déjà mentionnée.

Le problème est que la plupart des systèmes anti-aériens à courte et moyenne portées fonctionnent très mal en mode « poursuite ». Il y a un certain nombre de raisons à cela, et je n’ai pas l’intention d’insister trop sur ce point, mais vous pouvez prendre comme un axiome que lorsque le lancement se fait en « poursuite » de la cible, la distance maximale de lancement permettant de frapper la cible avec succès est au moins la moitié de la distance maximale annoncée (en réalité, elle est même moindre, mais laissons le côté pessimiste des choses). Par conséquent, la distance réelle d’un tir de BUK M1 en « poursuite » est de 16 km. De plus, les 3 derniers kilomètres sont purement et simplement laissés « à la grâce de Dieu », et ils sont « sans garantie ».

Dès lors, nous avons l’arrière-plan. Voyons comment l’image se déploie :

Le lancement, nous dit-on, aurait été effectué à partir de Chernukhino. La distance maximale de lancement est de 16 km. L’avion est tombé entre Snezhnoye et Torez. C’est-à-dire à une distance de 37 km, ce qui fait 20 km de plus que le point maximal auquel il était possible d’atteindre l’avion. Vous savez, même un avion avec les moteurs coupés ne peut pas glisser sur l’aile comme ça. Mais le problème est quel’avion n’était pas entier.

Si l’on observe la configuration de la diffusion des fragments et des gros éléments du fuselage, l’avion s’est rompu pratiquement au premier impact. Ici, il doit être mentionné que la tête de la roquette – une ogive à fragmentation hautement explosive – a une masse d’environ 50 kg (soit dit en passant, les Ukrainiens ont une version dépassée, de 40 kg seulement).

Dans l’ensemble, il faut bien cela. Cependant, il faut comprendre qu’elle n’explose pas au contact de l’avion, mais en s’enfonçant dans sa cible, et la distance d’enfoncement est assez significative. En outre, le principal facteur de frappe n’est pas l’onde de choc, mais de façon bien plus significative, le flux de fragments. Ces fragments sont des tiges préalablement préparées (et dans les versions antérieures, de petits cubes, si je me souviens bien). Et oui, pour un avion de chasse, c’est en soi plus que suffisant.

Cependant, ici nous avons affaire à un énorme avion de ligne. Oui, une fusée déchirera l’enveloppe de carlingue, provoquera une dépressurisation, et tuera un grand nombre de passagers. Mais l’avion ne sera pas brisé en plusieurs pièces. En certaines conditions, les pilotes pourraient même être en mesure de le faire atterrir. Et, en fait, il y a eu des précédents (j’en parlerai dans les publications à venir). Par exemple, le même An-28, dont on dit qu’il aurait été la première victime d’un système BUK ; même si cela avait été fait pour, l’équipage est tout de même parvenu à s’éjecter avec succès. Ce qui, d’une certaine façon, est révélateur. Un An-28, en passant, est beaucoup plus petit qu’un Boeing.

Néanmoins, ceci se rapporte à la partie suivante de notre analyse. Pour l’instant, nous allons accepter comme un fait que l’avion s’est brisé en l’air, à une hauteur significative (ce qui est, en substance, ce qui a été observé. Permettez-moi de vous rappeler : « Fragments répartis sur un rayon de 15 km »). La clé ici est que cela signifie ce qui suit : l’avion (ou, plus précisément, le noyau de l’avion) est tombélittéralement (c’est-à-dire verticalementà l’endroit au dessus duquel s’est produit l’impact de la fusée. Pour clarifier : dès que l’avion a été transformé en une multitude de fragments de masses différentes, la séparation de ces fragments a commencé à cause de la résistance de l’air et de la différence d’inertie. Le fragment le plus dense a volé encore 3 à 6 kilomètres, tombant de façon de plus en plus abrupte. Les plus légers se sont étalés et, en raison du phénomène de glisse et des courants d’air, sont tombés quelque part dans un rayon de 10 km. Les fragments de taille moyenne (principalement des morceaux de carlingue, dont l’effet de voile était élevé, et les corps des victimes) ont chuté presque à la verticale.

En d’autres termes, la fusée aurait rattrapé l’avion à au moins 25 kilomètres de Chernukhino. Ce qui est absolument impossible pour un système BUK.

Par ailleurs, et c’est là ce contre quoi je mettais en garde précédemment, nous ne pouvons pas négliger le fait que, aux distances maximales, le BUK ne peut être utilisé qu’à la condition d’avoir le soutien d’une installation de radar externe pour la localisation et le guidage. En d’autres termes, même si une roquette vole loin, le radar mobile du BUK ne couvre pas la totalité de la distance.

En conséquence, si la vidéo du SBU ci-dessus n’est pas un faux, alors, à notre grande surprise, nous découvrons qu’il était littéralement impossible que l’avion ait été descendu par un BUK en possession des rebelles. Par ailleurs, qu’est-ce ce lanceur BUK aurait bien pu faire dans Chernukhino, en compagnie des Cosaques ? C’est passablement inexplicable. C’est à 60 km aussi bien de Donetsk que de Lugansk, et ce BUK serait dans l’incapacité de protéger le ciel d’aucune de ces deux principales villes de Novorossia. Il n’y a pas non plus d’hostilités dans la région. Il est également étrange pour la Milice de s’attendre à voir là des avions ennemis ; ce n’est pas comme si les pilotes étaient leurs propres ennemis, à faire de tels détours au dessus du territoire de l’ennemi, n’est-ce pas ? Bon, d’accord, comme je l’ai déjà dit, acceptons, pour le moment, de considérer que l’interception n’est pas un faux.

Et c’est ce qui est si étrange ici : le SBU sert comme sur un plateau des éléments prouvant que la milice n’a aucune part dans l’attentat contre le Boeing ! Le fait qu’ils s’accusent eux-mêmes de la sorte par cet enregistrement peut en fait se comprendre. Contrairement aux fascistes, ils ont une conscience, qui se manifeste ici en s’assurant qu’on sache bien que ce n’était pas l’autre camp qui a fait le coup.

D’accord. Mais quelqu’un a bel et bien abattu l’avion, non ?

Bien sûr qu’il a été abattu. Et ici il faut poser une autre question : si cet enregistrement est une falsification de bout en bout, ne faut-il pas alors qu’il ait été préparé à l’avance ? Et puis diffusé ?

C’est là que la fumée commence à s’éclaircir, et les miroirs à se briser.

C’est le problème avec les ruses.

# 14 – Une indiscrétion professionnelle confirme les propos de Carlos (@ spainbuca) de l’ATC à l’aéroport Borispol de Kiev

Origine : eTurboNews (ETN Global Industry Voyage Nouvelles) – le 17 Juillet, 2014

ETN a reçu des informations d’un contrôleur de la circulation de l’air à Kiev concernant le vol Malaysia Airlines MH17.

Ce contrôleur de la circulation aérienne de Kiev est un citoyen espagnol ( un certain « Carlos ») qui travaillait en Ukraine. Il a été relevé de son service en tant que contrôleur de la circulation aérienne civile, ainsi que d’autres ressortissants étrangers, immédiatement après qu’un avion de transport de passagers de la Malaysia Airlines ait été abattu au-dessus de l’Ukraine orientale, ce qui a causé la mort des 295 passagers et des membres de l’équipage qui étaient à bord.

Ce contrôleur aérien a suggéré, dans une évaluation privée, qu’il fondait sur des sources militaires à Kiev, que l’armée ukrainienne était derrière le tir qui a abattu l’avion. Les enregistrements radar ont été immédiatement confisqués dès qu’il est devenu clair qu’un avion de ligne avait été abattu.

Des contrôleurs aériens militaires ont reconnu, sur le circuit de communication interne, que l’armée était impliquée, et certains bavardages militaires ont laissé entendre qu’ils ne savaient pas d’où provenait l’ordre d’abattre l’avion.

Manifestement, cela serait arrivé après une série d’erreurs, puisque le même avion avait été escorté par deux avions de combat ukrainiens, qui ne l’ont quitté que 3 minutes avant sa disparition de l’écran du radar.

Des captures d’écran de ce radar montrent également un changement inexpliqué de la course du Boeing malaisien. Le changement de cap a emmené l’avion directement au dessus de la zone de conflit dans l’est de l’Ukraine.

Certains tweets reçus suggèrent que cela pourrait avoir été l’effet d’un soulèvement militaire secret contre le président ukrainien actuel, soulèvement diligenté et dirigé par l’ex-Premier ministre – précédemment emprisonnée – Timochenko.

Selon d’autres rumeurs, les boîtes noires du vol Malaysia Airlines qui s’est écrasé auraient été récupérées par des séparatistes de Donetsk. Un porte-parole du groupe rebelle a déclaré que ces boîtes noires seraient envoyées au Comité aéronautique inter-États dont le siège est à Moscou.

Le premier vice-Premier ministre de la République auto-proclamée du Peuple de Donetsk, Andrew Purgin, a déclaré que les enregistreurs de vol de l’avion qui s’est écrasé seraient transférés à Moscou pour examen.

Des sources indiquent que la direction du groupe rebelle espère que cela confirmera que l’armée ukrainienne a effectivement abattu cet avion. Cela a été rapporté par l’agence d’information Interfax-Ukraine.

Déclaration de ETN : « Les informations contenues dans cet article sont confirmées de façon indépendante sur la base de la déclaration d’un contrôleur aérien et des autres tweets reçus. »

# 13 – Une présentation brève mais bien faite au sujet des preuves fabriquées par l’Ukraine

Vidéo: Paul J. Watson – « Des preuves fabriquées pour incriminer la Russie dans la destruction du vol MH17 ? »

 

# 12 – Analyse du point de vue de l’aérodynamique et de la physique : l’armée ukrainienne est responsable

RESUME DE L’ANALYSE : Ce que tout cela signifie, c’est que si une fusée BUK avait été tirée depuis le territoire contrôlé par la milice, le Boeing serait tombé beaucoup plus loin vers le sud-est. C’est-à-dire en territoire russe. Et qu’autrement, la milice n’aurait eu pas le temps de détecter l’avion, effectuer la saisie électronique et de lancer la fusée. Si c’était un BUK, et pas un avion de chasse, alors il est fort probable que le lancement a été effectué à partir du territoire contrôlé par l’armée ukrainienne, et que la fusée a été envoyée à la « poursuite » de l’avion.

Origine: 4yma3iy LiveJournal

Je ne suis pas un spécialiste de l’aérodynamique, je suis un expert en radio-électronique. Néanmoins, je suis spécialisé dans l’aviation. S’il y a ici des spécialistes de l’aérodynamique, à vous s’il vous plaît de me reprendre.

Données initiales : l’altitude de vol de l’avion est de 10.000 mètres, la vitesse est de 900 km/h (soit 250 m/s).

A en juger par les photos prises sur le site du crash, où toutes les pièces se trouvent dans un même lieu, il apparaît que l’avion est tombé comme un tout (c’est à dire que des fragments ont pu se disperser, mais que le fuselage est resté intact). Ainsi, l’appareil était bien « d’une seule pièce », c’est-à-dire qu’il ne s’est pas rompu et disloqué en l’air.

Par conséquent, il doit être considéré comme ayant formé un seul corps, dont la vitesse a grandement dépendu de la résistance de l’air, notamment en raison des caractéristiques de conception de l’avion et de l’utilisation à laquelle il était destiné.

Le temps de la chute libre d’un corps est de :

T = racine carrée de (2h/g)

Ainsi, d’une hauteur de 10.000 mètres, un corps mettra à tomber :

T = racine carrée de (2*10000/9.8) = 45 secondes. CEPENDANT, cela ne s’applique que dans le vide.

Dans le même temps, la vitesse de descente en cas de chute de cette hauteur est de :

V = racine carrée de (2gh)

Cette vitesse sera donc égale à 442 m/s. CEPENDANT, encore une fois, cela ne s’applique que dans le vide.

Dans les conditions de la vie réelle, une chute se produit avec une certaine vitesse maximale, vitesse qui plafonne lorsque la force de résistance de l’air devient égale à la force de gravité. Pour le corps d’une personne, par exemple, cette vitesse est égale à 40 m/s. Pour une balle, cette vitesse est d’environ 50 m/s (selon la forme et la masse de la balle). Compte tenu de la masse de l’avion et de sa taille énorme, prenons une vitesse de 40 m/s.

De ce fait, l’avion serait tombé pendant environ 250 secondes, que nous allons arrondir à 4 minutes, ce qui est assez proche de ce qui s’est passé.

Admettons que la réduction de la vitesse horizontale se produise également selon une équation linéaire avec une certaine accélération.

Le vecteur de la force de résistance de l’air sur l’avant vient contrarier la vitesse de déplacement, et sa puissance est proportionnelle à la surface caractéristique S, à la densité de l’environnement ρ et à la vitesse V au carré :

V = C((P*V^2)/2)*S

Pour le corps aérodynamiquement bien conçu d’un aéronef, Cx < 0,3

Calculons la force de résistance de l’air à la vitesse de 250 m/s :

0,3*1,26*250*250/2*50 = 590 кН

La masse du Boeing 777 = 300 tonnes (en état équipé)

Cela signifie que la décélération horizontale due à la résistance de l’air serait de 590/300 = 2 m/s^2, exactement comme je le soupçonnais (cependant, c’est à la vitesse maximale).

Maintenant, nous allons prendre notre équation de lycée préférée :

X=(V1^2-V0^2)/2a

Compte tenu de la nature non linéaire de la décélération, il faut diviser par deux, et nous obtenons 31 kilomètres.

Prenons la portée de frappe du missile. Portée maximale de frappe de la fusée AGM-86 MDIHA :

A la hauteur de 30 m : 20 km

A la hauteur de 6000 m : 26 km

Probabilité de frappe réussie : 0,6 à 0,8

Cette distance ne doit pas être confondue avec la distance de détection.

Carte : épingle jaune à l’Ouest = lieu supposé du tir de la fusée ; épingle jaune à l’Est = site du crash

Ads by Media PlayerAd Options

Ce que tout cela signifie, c’est que si une fusée BUK avait été lancée depuis le territoire contrôlé par la milice, le Boeing serait tombé beaucoup plus loin vers le sud-est – c’est-à-dire sur le territoire russe. Sinon, les miliciens n’auraient pas disposé du temps suffisant pour détecter l’avion, effectuer la saisie électronique et lancer la fusée.

Si c’était un BUK, et non un avion de chasse, alors il est fort probable que le lancement a été fait à partir du territoire contrôlé par l’armée ukrainienne, et qu’on a envoyé la fusée « à la poursuite » de l’avion.

# 11 – Les changements de route du vol MH17 du 14 juillet 2014 au 17 Juillet 2014

Captures d’écran des trajectoires de vol des MH17 pour les 14, 15, 16 et 17 juillet 2014 :

Ads by Media PlayerAd Options

# 10 – Un témoin oculaire fait état de la présence d’un avion de chasse et de 3 explosions au moment où le vol MH17 a été abattu.

Lien audio : CASSAD net

Transcription de l’appel téléphonique du témoin oculaire :

« …une feuille de papier isolée qui est tombée de l’avion, avec du sang frais dessus, vous pouvez la voir. Des bagages aussi sont tombés, plus loin, dans le secteur du village de Petropavlovka, il y a des fragments là-bas. Il y a un groupe sur VKontakte qui a déjà posté des photos avec des pièces du Boeing. Et aussi, au-delà de Rassypnoye, près de Terrikon, il y a des cadavres. Il y avait des gens là-bas, et ils ont tout vu.

J’ai vu, personnellement, qu’il y a eu trois explosions. Une première, une deuxième et une troisième. Et là, après les premières explosions, je suis monté sur le toit et j’ai vu que l’avion tombait, il était déjà presque au sol. Il y a eu une explosion, un nuage noir, et il y avait deux parachutistes qui descendaient ; l’un descendait sur son parachute, sur l’aile. Le deuxième volait bas, très rapidement, comme une pierre. Et c’est ce que j’ai vu.

Cependant, exactement au même moment, un avion de chasse partait en direction de Debaltsevo. Il était au-dessus de Rassypnoye et volait vers Debaltsevo. C’est comme cela que je l’ai compris. »

# 9 – 11:53-12:40 – le 18 Juillet, 2014 – Information concernant le Boeing, de Igor Strelkov :

– concernant le Boeing 777, le vol MH17:

Igor Strelkov : Selon les informations que nous avons reçues des personnes qui ont ramassé les cadavres, un grand nombre de cadavres ne sont « pas frais », ce sont des gens qui sont morts il y a quelques jours. Je ne peux pas garantir l’exactitude absolue de cette information, bien sûr, nous devrons attendre les conclusions des spécialistes en médecine légale.

– « Il a fallu, bien entendu, que quelqu’un pilote cet avion, quelqu’un pour qui évidemment il était impossible de le quitter à temps. La théorie selon laquelle l’avion était plein de morts est, bien sûr, à couper le souffle ; toutefois, on ne voit pas quel sens cela aurait. »

Igor Strelkov : Tout d’abord, tous ceux qui étaient dans l’avion n’étaient pas déjà morts avant la chute.

En second lieu, une grande quantité de produits pharmaceutiques, y compris du sérum sanguin et ainsi de suite, a été trouvée dans l’avion, ce qui n’est pas caractéristique d’un avion de ligne ordinaire. Il semble qu’il y avait une sorte de cargaison médicale spéciale à bord.

Troisièmement, je n’insiste pas sur quoi que ce soit (pour l’instant). C’est juste que, il y a quelques instants, j’ai parlé avec deux personnes qui ont personnellement rassemblé les cadavres après le crash (elles sont toutes deux de Shakhtersk, et elles sont arrivées sur les lieux moins d’une demi-heure après la catastrophe). Je vous écris exactement ce qu’elles m’ont dit. Elles ont souligné qu’un grand nombre de cadavres ne portaient « aucune trace d’effusion de sang », que c’était comme si leur sang avait coagulé bien avant la catastrophe. Elles ont également fait remarquer qu’il y avait une odeur de putréfaction écrasante, une odeur de cadavre en décomposition qui a également été notée par de nombreux habitants, une odeur qui ne pouvait pas s’être formée en une demi-heure, quel que soit le temps, et encore moins avec le temps doux et nuageux que nous avons eu hier.

Quatrièmement, je suis moi-même habituellement très méfiant à l’égard de toute « théorie du complot », mais les 18 de nos combattants qui ont été empoisonnés avec des armes chimiques dans leurs positions à Semyonovka, les exécutions des membres des familles des miliciens et tous les autres « petits bonheurs que nous devons aux patriotes ukies », cela m’a convaincu que le gouvernement ukrainien est capable de n’importe quelle vilenie.

Les pilotes étaient, bien sûr, parfaitement en vie, la cabine entière (et la partie avant est bien conservée) était littéralement baignée de leur sang.

# 8 – Des rapports militaries ukrainiens à Porochenko indiquent que les rebelles n’ont capturé aucun BUK.

Selon Vitaliy Yarema, dans une interview à Ukrainskaya Pravda, des responsables militaires ont rapporté au président Porochenko, immédiatement après l’attentat contre le Boeing 777 de la Malaysia Airlines, que les rebelles n’avaient capturé aucun système BUK des Forces armées ukrainiennes. Cela est confirmé dans uncommuniqué du ministère ukrainien de la Défense, publié le 30 Juin 2014.

Informations complémentaires : « Les milices n’ont pas de système de missile ukrainien BUK – Procureur général de l’Ukraine »

KIEV, le 18 juillet / ITAR-TASS /. Les milices dans les républiques autoproclamées du Peuple de Donetsk et du peuple de Luhansk ne disposent pas de systèmes ukrainiens de missile de défense antiaérienne Buk ni de S-300, a déclaré le Procureur général ukrainien Vitaly Yarema à la Pravda ukrainienne ce vendredi.

« Après que l’avion de ligne ait été abattu, l’armée a signalé au président que les terroristes n’avaient pas nos systèmes de missiles de défense aérienne Buk, ni de S-300 », a déclaré le procureur général. « Ils n’ont pas saisi de tels armements » a-t-il ajouté.

Le Ministre de l’Intérieur ukrainien Anton Gerashchenko a dit, le 17 juillet, que le Boeing 777 de la Malaysia Airlines avait été abattu par un système de missiles de défense aérienne Buk.

Le Boeing 777 de la Malaysia Airlines qui assurait la liaison entre la ville néerlandaise d’Amsterdam et la capitale de la Malaisie, Kuala Lumpur, s’est écrasé en Ukraine jeudi. Les 298 personnes qui se trouvaient à bord de l’avion sont mortes dans l’accident.

# 7 – Un témoin oculaire rapporte que deux avions suivaient le vol MH17, et que l’un des deux appareils a abattu le Boeing.

Vidéo : Le père du témoin oculaire raconte le crash du Boeing MH17 au dessus de l’Ukraine

 

Transcription de la vidéo :

Narrateur : Qui l’a abattu ? Il a été abattu aujourd’hui, le 17 [juillet].
Narrateur : continuant. Le village de Grabovo. Comment c’était là-bas ? Qu’est-ce que votre fils vous a dit ?
Père du témoin : Eh bien, ils étaient assis là, sur une colline. Et, de derrière les nuages… deux avions volaient… l’un des deux est sorti de derrière les nuages.
Narrateur : Des avions militaires ont émergé ?
Père du témoin : Eh bien, il ne comprend pas. Puis, avec un seul coup, ils ont abattu le second avion. Et c’est tout. Le second avion, il a dit. D’un seul coup. Il y a eu un seul coup et c’est tout.
Narrateur : Et celui qui a été abattu, c’était l’avion civil ?…
Père du témoin : Et les deux … l’un est tombé, il a dit, et le second aussi… Je n’ai pas mon téléphone ici, je ne peux pas l’appeler.
[en arrière-plan] Ah, il a vu un avion de chasse… Bien sûr…
Narrateur : Le village de Grabovo, dans le district de Shakhtersk. A l’approche de Grabovo, il est tombé. Continuez à chercher des restes. Tout est en feu. L’aluminium a fondu. Toute la carlingue.

# 6 – Analyse d’Anatoli Sharii

Vidéo: La Tragédie du Boeing 777

 

Ads by Media PlayerAd Options

Transcription de la vidéo :

« Si nous essayons d’oublier le choc que moi, tout comme mes bien-aimés Pays-Bas, connaissons actuellement avec cette tragédie, et si nous essayons de donner un sens à cette situation, en nous distanciant de nos émotions, autant qu’il nous est possible, alors ce qu’inspirent les premiers éléments qui ressortent de l’analyse du sort tragique de ce vol, ce sont des pensées réellement terrifiantes, des pensées attristantes.

Un journaliste ukrainien, Olga Bondarenko, a identifié cette information et tous les deux, nous qui sommes ensemble en ce moment, nous en sommes venus à certaines conclusions. Nous vous livrons ce qui suit sans commentaire. »

[ce qui suit est le texte apparaissant à l’écran :]

– La trajectoire de vol pour le 15 Juillet, 2014

– La trajectoire de vol pour le 16 Juillet, 2014

– Comment l’avion a volé le 17 Juillet 2014

– C’est là qu’il a été abattu

– Superposons la trajectoire de vol sur la carte de l’Ukraine

– Ceci est la trajectoire de vol normale

– La trajectoire de vol le 17 Juillet 2014

– La déviation de la trajectoire de vol normale

– Un objet volant non identifié pénètre dans la zone où il ne devrait y avoir aucun avion

– Qui a abattu le Boeing?

– Condoléances…

# 5 – Matériel vidéo du site du crash du MH17 via LIFEnews.

Vidéo: Vidéo exclusive du site de Crash du Boeing

 

# 4 – Possible vidéo alternative du vol MH17, avec l’aile droite en feu (par Vaughan Fomularo)

MISE À JOUR: Dann Peroni (@ roamer43) La vidéo « # 4 – Possible vidéo alternative du vol MH17, avec l’aile droite en feu (par Vaughan Fomularo) » : elle montre un ciel bleu clair, tandis que dans toutes les autres vidéos montrant le site du crash, le ciel est couvert !

Vidéo: l’avion de la Malaysia Airlines abattu EN DIRECT ! (17 Juillet 2014)

https://www.youtube.com/watch?v=FKIlueJg4cA

# 3 – Examen des billets et des passeports des passagers du vol MH17

Les passeports sont perforés. C’est ce que l’on fait pour les passeports quand ils sont annulés.

@ McFaul @ gbazov La date sur le billet d’avion ? Les trous sur les passeports ? Qu’est-ce que ça veut dire ? On voit clairement que le billet est daté du 18 juillet ! pic.twitter.com/RxJBeob9dy

– Татьяна Кузьмина (@ nika4888) 18 juillet, 2014

# 2 – Comparaison de la forme de l’aile dans la vidéo avec des ailes de Boeing

@ gbazov clairement les ailes de l’avion dans la vidéo ne sont pas celles d’un Boeing 777 pic.twitter.com/oH9L4WjFqF – Crimée et de l’Est (@ IndependentKrym)18 juillet, 2014

# 1 – La vidéo censée être celle du MH17 est en fait la vidéo du An-26 abattu précédemment

# FLASH IMPORTANT # – CETTE VIDEO – > https://t.co/e0FiVFdAM2 N’EST PAS # MH17, c’est probablement l’An-26 (son, altitude, forme de l’aile). PLZ RT. – Gleb Bazov (@ gbazov) 18 juillet, 2014

 

http://vineyardsaker.blogspot.fr/2014/07/evidence-continues-to-emerge-mh17-is.html

Publicités

3 Replies to “Le vol MH17 est bien un false flag: voici toutes les preuves déjà collectées”

  1. Le billet d’avion est Kuala Lumpur Bali MH0851// Il y a seuloement 1 passeport percer c’est peut etre l’ancien passeport de quelqun je traine mon ancien passeport dans mon sac donc c’est pas une preuve pour moi.// et questqui me prouver que le download link est ce video ???

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :