6 COMMENTAIRES

TTIP, TISA et TPP : ces sigles désignent, comme nul ne devrait désormais l’ignorer, l’offensive mondiale menée par les « corporations » essentiellement américaines contre les protections juridiques que pouvaient espérer les citoyens, il y a quelques mois encore.

Toujours dans un secret imposé. Toujours dans un secret accepté. Raison de plus pour refuser en bloc en France comme dans l’Union européenne les prochains TTIP et TISA.

Constatons dans ce domaine comme dans les autres, que la mobilisation de nos partis politiques est inexistante. Ne parlons pas de celle du gouvernement.

Voici la traduction en français du communiqué adressé aujourd’hui 7 juillet 2014 par l’organisation non gouvernementale SumOfUs dont le slogan est « fighting fo people over profits ».

La semaine prochaine, 600 lobbyistes d’entreprise doivent arriver au Canada pour participer à ce qui pourraient être les dernières négociations devant mener à la conclusion du Partenariat transpacifique (PTP), un accord de libre échange entouré du plus grand secret.

Nous prévoyions d’être présents à Vancouver pour les accueillir par des protestations massives et attirer ainsi l’attention sur ce dangereux coup de force de la grande entreprise. Nous nous efforcons même de permettre la participation officielle à ces pourparlers cruciaux de vrais représentants non associés au secteur privé.

Toutefois, nous venons tout juste d’apprendre que les organisateurs de la rencontre ont décidé à la toute dernière minute de tenir ces pourparlers secrets à Ottawa – à cinq heures de vol de Vancouver. Terrifiés à l’idée d’une éventuelle tempête de protestations, ils ont choisi de se réfugier derrière des portes closes.

Ils croient pouvoir s’en sortir en gardant ces négociations secrètes, en cachant aux yeux du public le plus vaste accord de libre échange au monde. Ce qui n’arrivera pas si nous pouvons l’empêcher. Nous devons de toute urgence lever les fonds nécessaires pour permettre à des organisateurs et à des représentants des citoyens de se rendre de Vancouver à Ottawa et pour faire de ces pourparlers le grand événement médiatique que la grande entreprise souhaite justement ne pas voir.

Selon des gens bien informés, il pourrait s’agir là de la toute dernière série de pourparlers entourant l’un des pires accords de libre échange jamais conclu à ce jour. D’ici novembre prochain, le PTP pourrait avoir force de loi, ce qui aurait des répercussions catastrophiques sur la législation environnementale, la liberté sur Internet et la santé des gens. À l’avenir, ce traité pourrait empêcher les gouvernements d’adopter des lois assurant la protection de nos enfants et privilégiant les gens plutôt que les profits. Et l’occasion qui se présente pourrait être l’une des dernières chances qui nous seront offertes de nous y opposer.

Les gouvernements savent que si les gens comprenaient à quel point cet accord est néfaste, ils ne l’accepteraient jamais. Et les signataires sont terrifiés à l’idée de voir se reproduire à Ottawa des protestations comme celles qu’avait suscitées la tenue de la conférence de l’Organisation mondiale du commerce à Seattle en 1999.
Mais ces pourparlers sont pires encore. Le PTP, c’est l’ALENA dopé aux stéroïdes, et nous devons nous y opposer avant qu’il ne soit trop tard.

Les pourparlers entourant le PTP battaient de l’aile depuis des mois, mais, selon des sources internes, ce seront les dernières négociations à se tenir en Amérique du Nord et l’une des dernières séries de pourparlers avant la conclusion de l’accord en novembre prochain.
Imaginez 600 lobbyistes d’entreprise réunis à l’hôtel le plus prestigieux d’Ottawa pour y siroter des cocktails en costume à 4 000 $ et décider du sort de nos lois démocratiquement adoptées tout en sachant que leurs principaux opposants demeurent bloqués à l’autre bout du pays.
Qualifié d’accord de libre échange, le Partenariat transpacifique (PTP) est en réalité une liste de souhaits de la grande entreprise destinée à tout saper, de la réglementation environnementale aux médicaments à coût abordable, en passant par la liberté sur Internet.

En fait, il s’agit probablement du traité international le plus important dont vous ayez jamais entendu parler. Le PTP est en cours de négociations entre les États Unis, le Canada, l’Australie, le Japon et d’autres pays du Pacifique – d’où son envergure pratiquement mondiale.

Le PTP comporte beaucoup d’aspects négatifs, mais les mécanismes dépourvus de toute forme de contrôle dont il permettra l’instauration et qui autoriseront les entreprises à attaquer en justice les gouvernements figurent parmi les plus redoutables. S’il est signé, il se pourrait qu’à l’avenir les lois censées protéger les consommateurs, notre santé ou l’environnement soient contournées par des entreprises faisant valoir devant des tribunaux secrets que ces lois restreignent leurs profits – et il n’y aura rien que nos représentants élus ni nous mêmes ne pourrons faire pour les en empêcher.

Source : La campagne « Chip in to stop the TPP » menée par SumOfUs (communiqué reçu par mail, non disponible dans son intégralité sur le site de SumOfUs)

Jean-Paul Baquiast (www.europesolidaire.eu) et Jacques Bélanger

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.