A l’hôpital général d’Abobo, un homme qui n’a pas supporté le décès de sa femme a réunit 5 gaillards pour tabasser médecins et infirmiers. Ces derniers ont eu la vie sauve quand des parents de malades un peu plus raisonnables sont intervenus pour mettre fin à la bastonnade. Il fallait coûte que coûte sauver sa femme, au besoin même faire un miracle. C’est ce qu’un homme âgé d’une quarantaine d’années exigeait des médecins vendredi nuit à l’hôpital général d’Abobo. Sa femme âgée d’une trentaine d’années est arrivée en état de choc. Elle respirait à peine et avait très mal . Selon la description d’un agent de santé interrogé ce samedi par Koaci.com le mal de la patiente s’est empiré une fois admise aux urgences. Le médecin et son équipe de garde ce vendredi soir ont alors multiplié les tentatives pour réanimer la patiente.

Malheureusement sa détresse respiratoire et la chute de sa tension artérielle ont eu raison d’elle le temps de faire d’autres examens pour localiser la cause.A l’annonce de la nouvelle, le mari sous le choc est immédiatement sorti de l’hôpital pour rassembler un groupe de cinq hommes bien vigoureux. Ces derniers à leur arrivée se sont aussitôt mis à tabasser toutes personnes faisant partir du personnel de l’hôpital. Vigiles et même techniciens de surface n’y ont pas échappé à la rixe organisé. C’est après que d’autres parents de malades se sont interposés pour raisonner les vengeurs. Quant aux personnels, ils se sont tous en tirés avec des hématomes un peu partout sur le corps.

Rappelons que depuis un moment et surtout après l’affaire Awa Fadiga révélée par koaci.com, les populations ont appris eux même à régler leurs histoires avec les médecins. Ils n’hésitent plus à tabasser les médecins et infirmiers en cas d’échec. La toute dernière fois qu’une telle scène s’est produite, c’était au CHU de Treichville. Le ministère de la santé n’a jamais réagi face à cela.

Source : autre média

23/06/2014

 

 


 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.