Publicités
Irak : les djihadistes aux portes de Bagdad, Obama n’exclut pas des bombardements

Irak : les djihadistes aux portes de Bagdad, Obama n’exclut pas des bombardements

Rebloger via Ivoirebusiness

 Publié le Vendredi 13 Juin 2014.

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | les djihadistes aux portes de Bagdad, Obama n’exclut pas des bombardements

Des combattants de l’EIIL à la frontière entre la Syrie et l’Irak. | AFP.

Rien ne semble arrêter les djihadistes de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), qui ont pris Saadiyah et Djalaoula, ainsi que plusieurs villages autour des monts Himrine, qui sert depuis longtemps de refuge aux militants. A Djalaoula, des peshmergas ont renforcé la sécurité des locaux des partis kurdes avant l’arrivée des insurgés dans la ville, mais aucun accrochage ne s’est produit entre les rebelles et les combattants kurdes. De la ville voisine de Moukdadia, l’artillerie irakienne a tiré sur les deux localités, provoquant la fuite de plusieurs dizaines d’habitants vers Khanikin, près de la frontière iranienne.
Alors que l’EIIL poursuivait son avancée vers le sud, jeudi 12 juin, l’aviation irakienne a bombardé certaines de ses positions dans et aux abords de Mossoul, selon des images diffusées par la télévision publique irakienne.
Après avoir pris de larges territoires du nord de l’Irak, où ils ont lancé une offensive fulgurante en début de semaine, les combattants islamistes ne sont plus qu’à une centaine de kilomètres de la capitale, prévenaient, plus tôt dans la journée, des responsables irakiens.
Un responsable de la sécurité kurde et une source médicale annonçaient un peu plus tard qu’un photographe avait été tué lors d’affrontements entre des peshmergas et des djihadistes dans le nord de l’Irak. Kamran Najm Ibrahim a été tué alors qu’il couvrait ces affrontements à l’ouest de Kirkouk lors desquels quatorze combattants kurdes ont également été blessés, selon ces sources.
Jeudi, les rebelles se sont emparés de la ville de Dhoulouiya, à 90 km au nord de Bagdad, ont annoncé un colonel de la police et des habitants, dont un a raconté que des hommes armés sillonnaient les rues et qu’il n’y avait aucune présence de forces gouvernementales dans son secteur. Avant d’arriver dans la ville, les insurgés avaient tenté de prendre Samarra, mais en avaient été empêchés par les forces gouvernementales.
• « Marcher sur Bagdad »
Le porte-parole de l’EIIL, Abou Mohammed Al-Adnani, a exhorté ses combattants à « marcher sur Bagdad », avant de critiquer le premier ministre, Nouri Al-Maliki pour son « incompétence », dans un enregistrement sonore diffusé par le réseau américain de surveillance des sites islamistes SITE.
Jeudi soir, des insurgés se sont emparés de deux secteurs à Diyala, une province au nord-est de Bagdad. Ces djihadistes ont pris les localités de Jalawla et de Saadiyah, ont indiqué des officiers, précisant que les forces de sécurité avaient abandonné leur poste face à l’avancée de hommes armés.
Alors que les forces de sécurité ne parviennent le plus souvent pas à stopper la progression fulgurante des djihadistes, M. Maliki a appelé, dans son adresse hebdomadaire mercredi, « toutes les tribus » à apporter leur soutien militaire à l’armée et à la police et à « former des unités de volontaires pour leur venir en aide » dans leur combat contre l’EIIL.
L’EIIL a revendiqué sur Twitter les attentats antichiites qui ont fait plus de trente morts dans la capitale mercredi. Au moins quinze personnes ont notamment été tuées lors d’un attentat-suicide visant une réunion de responsables tribaux chiites, et l’explosion d’une voiture piégée a fait treize autres morts. L’EIIL a également annoncé une nouvelle campagne d’attentats à laquelle il a donné le nom « la marche », sans donner plus de précisions.
• L’armée irakienne tente de reprendre la main à Tikrit
Tombée mercredi aux mains des djihadistes, la ville de Tikrit, à 160 kilomètres au nord-ouest de Bagdad, est au centre de toutes les attentions. L’aviation irakienne a lancé jeudi des raids aériens sur des positions tenues par des djihadistes dans le centre de la ville, ont rapporté des témoins à l’Agence France-presse. Ces raids ont visé, d’après ces témoins, un complexe du palais présidentiel de l’ancien président Saddam Hussein.
• Obama n’exclut pas des bombardements
Jeudi, devant des journalistes, Barack Obama a confirmé que son administration n’excluait pas de procéder à des frappes à l’aide de drones.
« Je n’exclus rien. (…) L’Irak va avoir besoin de plus d’aide de la part des Etats-Unis et de la communauté internationale. Notre équipe de sécurité nationale étudie toutes les options. L’enjeu ici est de s’assurer que ces djihadistes ne s’installent pas de façon permanente en Irak ou en Syrie d’ailleurs. »
Selon un responsable occidental, confirmant une information du Wall Street Journal, Bagdad aurait officieusement indiqué aux Etats-Unis être ouvert à l’idée de frappes aériennes américaines pour enrayer l’offensive djihadiste.
Le New York Times rapportait jeudi matin que le premier ministre irakien avait secrètement demandé à l’administration Obama des raids sur les bases arrière de l’EIIL, mais sans succès, le président Obama ayant indiqué que l’engagement américain en Irak avait pris fin en 2011, avec le retrait des dernières troupes américaines.
• Des employés américains en Irak évacués
Des sociétés américaines travaillant pour le gouvernement irakien dans le secteur de la défense ont fait évacuer leurs employés américains d’une base aérienne. Dans un bref communiqué, le département d’Etat a expliqué que des « ressortissants américains, sous contrat avec le gouvernement irakien (…), ont été provisoirement déplacés par leurs entreprises pour des raisons de sécurité ». Le Pentagone a précisé que le personnel de l’ambassade et des consultats en Irak n’étaient pas concernés et que leur statut n’avait « pas changé ».
• Les forces kurdes contrôlent Kirkouk
Les forces kurdes irakiennes ont pris jeudi le contrôle de la ville pétrolière de Kirkouk afin de la protéger d’un possible assaut des insurgés. C’est la première fois que les forces kurdes contrôlent totalement cette ville multiethnique située à 240 km au nord de Bagdad, où la sécurité est assurée normalement par une force de police conjointe formée d’éléments arabes, kurdes et turkmènes. Les forces kurdes « ne permettr[ont] pas l’entrée à Kirkouk d’un seul membre de l’EIIL », a assuré le colonel Fateh Raouf, commandant de la 1re brigade des peshmergas.
• Exode des civils
Depuis mardi, les djihadistes de l’EIIL se sont emparés de la deuxième ville du pays, Mossoul, de sa province, Ninive, et de secteurs dans deux provinces proches, Kirkouk et Salaheddine, majoritairement sunnites, dans le Nord. Mercredi, ils ont pris Tikrit, à 160 km au nord de Bagdad. La chute de Mossoul a précipité l’exode qui touche la province de Ninive. Selon l’Organisation internationale pour les migrations, plus de cinq cent mille civils ont fui les combats.
• Annulation de la réunion du Parlement
Le Parlement irakien n’a pu, faute de quorum, se réunir pour décréter, à la demande du gouvernement, l’état d’urgence dans le pays en raison de l’offensive des djihadistes. Le premier ministre, Nouri Al-Maliki, et le bureau du président, Jalal Talabani, avaient déposé mardi une demande conjointe auprès du Parlement pour déclarer l’état d’urgence face à l’avancée fulgurante de l’EIIL.
L’annulation de cette session témoigne des dysfonctionnements du Parlement, qui a voté très peu de législations majeures ces dernières années et dont les membres ne sont pas très assidus.

Le Monde avec AFP

– See more at: http://ivoirebusiness.net/?q=articles/irak-les-djihadistes-aux-portes-de-bagdad-obama-nexclut-pas-des-bombardements#sthash.9lppmFmi.dpuf

Publicités

2 Replies to “Irak : les djihadistes aux portes de Bagdad, Obama n’exclut pas des bombardements”

  1. http://youtu.be/SemO8ZxWIeQ

    Aussi bien Al-Qaïda que maintenant DA3ACH, ont tous deux étaient fabriqués par des officines du renseignement des pays de l’OTAN, et principalement ceux des USA. C’est leur stratagème pour attaquer les pays qui leur déplaisent, et dire que c’est l’acte de terroristes, ce qui leur donne le moyen de s’immiscer dans les affaires internes des pays faibles. Mais ce stratagème a un autre tranchant qui peut et qui s’est retourné contre son maitre. Ce qui est devenu un sujet de préoccupation pour le Pentagone américain. Il faut le combattre. Ainsi Da3ach en Iraq a bouleversé les données géostratégiques pour le camp atlantique qui voulait utiliser l’Iraq comme barrage entre l’Iran et la Syrie. Ce qui va les pousser à refaire leur stratégie. Ainsi, l’ordre est maintenant une question de temps avant que ce groupe qui se fait appeler jihadiste, de la mouvance d’Al-Qaïda ne fasse une offensive hors de Syrie et de l’Iraq, puisque cette offensive en Iraq a causé une émotion dans les différentes capitales européennes. Pourquoi pas plus loin encore, comme par exemple les terres saoudiennes elles-mêmes, si les turcs le lui demandent, au bon souvenir du temps des ottomans.
    Ainsi Washington se sent sous la menace et elle est prête à mener une guerre contre ce terrorisme qui lui échappe. Si les européens et ce qui est appelé la ligue arabe sont aussi inquiets pour ce qui se passe en Iraq, et annoncent qu’ils sont prêt d’apporter de l’aide militaire contre ce terrorisme, mais pour les turcs, il semble que Da3ech est leur allié le plus pointu pour la réalisation du ce rêve ottoman, bien que des turcs à Mossoul se trouvent en otages entre les mains de ce terrorisme. Si la presse Manar El Maqdisi parle d’une réaction saoudienne suite aux élections en Iraq et le succès d’el Maliki, tandis que le président des relations extérieures dans le parlement russe souligne que la politique menée par les Etats-Unis d’Amérique a conduit à ce que des terroristes se sont emparés de villes irakiennes, ce qui souligne la double façon d’évaluer l’activité de Da3ech en Syrie et en Iraq. Tandis que son homologue iranien parle de la capacité des forces irakiennes de battre cette invasion de Da3ach. C’est un ennemi commun à la Syrie et à l’Iraq, confirmé par les affaires étrangères syriennes et irakienne qui fera mélanger les cartes de leur politique aux américains et leur fera craindre le danger déjà à leur porte, comme nombreux le voient.

    Si le spectacle visible de cette attaque éclair de DA3ACH en Iraq rendue possible grâce au soutien énorme accordé par l’Arabie Saoudite et le Qatar, via la Turquie, continue d’étonner tout le monde. C’est en effet les retombées de l’achat d’un complexe militaro industriel en Ukraine par les saoudiens, ainsi que la construction d’une voie de chemin de fer toute nouvelle depuis la Turquie jusqu’au Nord de l’Iraq pour l’acheminement des armes au bénéfice de DA3ACH avec le feu vert des USA et des français. Double jeux des américains contre le gouvernement irakien, pour casser la continuité de la résistance Hisbollah, Syrie, Iraq, Iran, et créer un nouveau front aux frontières partagées entre la Syrie avec la Turquie et l’Iraq, pour disperser l’armée arabe syrienne. Pour les saoudiens, c’est bien une volonté de faire revenir l’Iraq, comme au temps de Saddam Hussein, à direction politique sunnite et non comme aujourd’hui à prédominance shiite. Pour les turcs de Tayyib Erdogane, c’est d’affaiblir l’autorité centrale irakienne pour profiter impunément des ressources en hydrocarbure du nord de l’Iraq contrôlées par les Kurdes iraquiens. Les heures passées pas très loin de nous, montrant la retraite en panique des forces armées irakiennes stationnées dans la ville de Mossoul, deuxième plus grande ville d’Iraq. Sans doute une retraite tactique pas très loin des attaquants terroristes motivés pour réaliser un Emirat d’Iraq et du Levant (Syrie) commandé par un prince saoudien, frère de l’actuel ministre des affaires étrangères du royaume saoudien. Ainsi soudainement ces terroristes surarmés avaient envahi cette deuxième plus grande ville d’Iraq, ainsi que Tikrīt une autre ville toute proche, pendant qu’ils tenaient toute une région sous leur dictat, et particulièrement la ville martyre de Feloudja qui a été bombardé sauvagement par les troupes américaines avec des bombes radioactives pendant qu’ils occupaient l’Iraq. Il ressemble que ces victoires éphémères de DA3ECH n’ont duré que deux jours, puisque l’armée irakienne aussitôt a déclenché un déploiement large pour circonscrire cette invasion. Déjà la Ville de Tikrīt a été reprise presque aussitôt. L’aviation de guerre irakienne en action a détruit un nombre important de véhicules 4X4 entrant dans Mossoul utilisés par les terroristes, ce qui fait des dizaines parmi eux furent éliminés, ainsi qu’une force militaire de fantassins, commandos sont déjà en progression pour libérer la ville de Mossoul, quartier par quartier, déminant ce qui a été mimé par DA3ECH. Aidé par les troupes liées à la partie kurde d’Iraq autonome, les Peshmerga qui de leur côté ont libéré Sanoun de la Préfecture de Menawa. La population de Menawa armée a combattu les terroristes de DA3ACH pour la plus part venus de Syrie. Ainsi les rêves de DA3ACH commencent à s’effondrer par des coups sans relâche de l’armée irakienne.

    En fait ce sont les retombées des échecs saoudiens, qataris, turcs, anglais, français, jordaniens, israéliens, face à l’armée arabe syrienne, à la résistance du peuple syrien, à l’alliance résistante du Hizbollah, de l’Iran, de la Russie. Tout ce front contre le nouvel ordre mondial tracé par l’impérialisme américain. C’est ce qui fait déplacer le terrain de bataille sur l’Iraq maintenant, moins préparé pour ce genre de guérilla, et plus ouvert sur le territoire saoudien. Les terroristes fuient la Syrie, rejoignent leur pays d’origine pour ceux qui ont non, les autres se dirigent là où ils peuvent, pour quelques uns c’est l’Iraq, d’autres peureux en ce moment fuient la Syrie et les coups mortels que leur porte l’Armée Arabe Syrienne. Terroristes revenant d’où ils sont venus, constituant une arme sur la tempe des autorités qui les ont envoyés ou facilités leur endoctrinement dans cette direction. Parmi les 300 terroristes dit-on venus d’Allemagne sous le couvert du Jihad en Syrie, 25 eux furent tués en Syrie, et plus de 100 sont déjà retournés en Allemagne sous la surveillance étroite des autorités sécuritaires du pays. Le reste est en train de revenir en Allemagne, par des chemins de travers, bien habituer à franchir les frontières sans visa, à tuer sans distinction, à faire exploser des bâtiments, à violer des jeunes filles et des femmes, à voler, piller. Comment vont-ils se tenir en Allemagne, alors que rien dans la constitution allemande n’autorise de les surveiller, de les accuser de vouloir préparer un quelconque attentat, sans qu’ils le préparent concrètement, ou d’une manière indirecte, agissant dans les lieux de prières, ils peuvent influencer d’autres membres de la communauté musulmane résident en Allemagne et les pousser à commettre des actes terroristes. Ainsi, rien n’est gratuit d’avoir fait couler le sang des citoyens syriens innocents.

    La décision de détruire le résultat des élections présidentielles en Iraq, désignant El Maliki pour être le président du pays unifié, est prise par des pays contre l’unité irakienne, tels que l’Arabie saoudite, le Qatar, la Turquie, les USA, Israël. Comme preuve flagrante c’est la dernière attaque contre la seconde ville irakienne en importance Mossoul, et d’autres villes telles que Tikrit et Salah Eddine, par des terroristes takfiristes. Ainsi la presse El-Manar d’el Qods évoque un plan qui a déjà été élaboré et prêt pour être exécuté dès le lendemain des résultats connus d’avance des élections irakiennes. Plan exécuté donc dès l’annonce de la victoire Del Maliki et son l’alliance, les saoudiens donnèrent l’ordre, ils ne pouvaient rester tranquille, et donc cette agression qui vise l’Iraq et son peuple par l’organisation de ce qu’ils ont appelé l’Emirat d’Iraq et du Levant (Syrie) attribué à la mouvance d’Al-Qaïda. La pétromonarchie saoudienne encaissa mal le succès d’El Maliki comme Président en Iraq, ce qui mis fin au plan ennemi de diviser l’Iraq en plusieurs entités distinctes, et c’est ce qui déclencha cette attaque soudaine et brutale ci-dessus évoquée dans ces trois villes, en plus de voitures piégés explosant par ci par là, et des roquettes tombées dans des milieux urbains sans distinction dans les autres centres urbains irakiens. Aussi le même scénario mis à exécution ailleurs comme en Syrie, les saoudiens misent sur des personnalités irakiennes opposées résidant hors d’Iraq, qui attendront les succès militaires de ces terroristes pour aussitôt rejoindre le pays et y prendre le pouvoir. Ils seront les intermédiaires entre les saoudiens fournissant des centaines de millions de dollars et les terroristes DA3ACH qui font le travail, et entreposeront des quantités d’armes en territoire limitrophe saoudien, pour d’autres missions. Aujourd’hui l’unité des terres irakiennes est menacée, d’une part une Arabie saoudite qui fournie des millions de dollars, des armes et des terroristes pour parvenir à diviser l’Iraq en trois entités, et un Premier ministre irakien et son peuple devant une grande épreuve voulue par les américains, les saoudiens et les israéliens

  2. Aussi bien Al-Qaïda que maintenant DA3ACH, ont tous deux étaient fabriqués par des officines du renseignement des pays de l’OTAN, et principalement ceux des USA. C’est leur stratagème pour attaquer les pays qui leur déplaisent, et dire que c’est l’acte de terroristes, ce qui leur donne le moyen de s’immiscer dans les affaires internes des pays faibles. Mais ce stratagème a un autre tranchant qui peut et qui s’est retourné contre son maitre. Ce qui est devenu un sujet de préoccupation pour le Pentagone américain. Il faut le combattre. Ainsi Da3ach en Iraq a bouleversé les données géostratégiques pour le camp atlantique qui voulait utiliser l’Iraq comme barrage entre l’Iran et la Syrie. Ce qui va les pousser à refaire leur stratégie. Ainsi, l’ordre est maintenant une question de temps avant que ce groupe qui se fait appeler jihadiste, de la mouvance d’Al-Qaïda ne fasse une offensive hors de Syrie et de l’Iraq, puisque cette offensive en Iraq a causé une émotion dans les différentes capitales européennes. Pourquoi pas plus loin encore, comme par exemple les terres saoudiennes elles-mêmes, si les turcs le lui demandent, au bon souvenir du temps des ottomans.
    Ainsi Washington se sent sous la menace et elle est prête à mener une guerre contre ce terrorisme qui lui échappe. Si les européens et ce qui est appelé la ligue arabe sont aussi inquiets pour ce qui se passe en Iraq, et annoncent qu’ils sont prêt d’apporter de l’aide militaire contre ce terrorisme, mais pour les turcs, il semble que Da3ech est leur allié le plus pointu pour la réalisation du ce rêve ottoman, bien que des turcs à Mossoul se trouvent en otages entre les mains de ce terrorisme. Si la presse Manar El Maqdisi parle d’une réaction saoudienne suite aux élections en Iraq et le succès d’el Maliki, tandis que le président des relations extérieures dans le parlement russe souligne que la politique menée par les Etats-Unis d’Amérique a conduit à ce que des terroristes se sont emparés de villes irakiennes, ce qui souligne la double façon d’évaluer l’activité de Da3ech en Syrie et en Iraq. Tandis que son homologue iranien parle de la capacité des forces irakiennes de battre cette invasion de Da3ach. C’est un ennemi commun à la Syrie et à l’Iraq, confirmé par les affaires étrangères syriennes et irakienne qui fera mélanger les cartes de leur politique aux américains et leur fera craindre le danger déjà à leur porte, comme nombreux le voient.

    Si le spectacle visible de cette attaque éclair de DA3ACH en Iraq rendue possible grâce au soutien énorme accordé par l’Arabie Saoudite et le Qatar, via la Turquie, continue d’étonner tout le monde. C’est en effet les retombées de l’achat d’un complexe militaro industriel en Ukraine par les saoudiens, ainsi que la construction d’une voie de chemin de fer toute nouvelle depuis la Turquie jusqu’au Nord de l’Iraq pour l’acheminement des armes au bénéfice de DA3ACH avec le feu vert des USA et des français. Double jeux des américains contre le gouvernement irakien, pour casser la continuité de la résistance Hisbollah, Syrie, Iraq, Iran, et créer un nouveau front aux frontières partagées entre la Syrie avec la Turquie et l’Iraq, pour disperser l’armée arabe syrienne. Pour les saoudiens, c’est bien une volonté de faire revenir l’Iraq, comme au temps de Saddam Hussein, à direction politique sunnite et non comme aujourd’hui à prédominance shiite. Pour les turcs de Tayyib Erdogane, c’est d’affaiblir l’autorité centrale irakienne pour profiter impunément des ressources en hydrocarbure du nord de l’Iraq contrôlées par les Kurdes iraquiens. Les heures passées pas très loin de nous, montrant la retraite en panique des forces armées irakiennes stationnées dans la ville de Mossoul, deuxième plus grande ville d’Iraq. Sans doute une retraite tactique pas très loin des attaquants terroristes motivés pour réaliser un Emirat d’Iraq et du Levant (Syrie) commandé par un prince saoudien, frère de l’actuel ministre des affaires étrangères du royaume saoudien. Ainsi soudainement ces terroristes surarmés avaient envahi cette deuxième plus grande ville d’Iraq, ainsi que Tikrīt une autre ville toute proche, pendant qu’ils tenaient toute une région sous leur dictat, et particulièrement la ville martyre de Feloudja qui a été bombardé sauvagement par les troupes américaines avec des bombes radioactives pendant qu’ils occupaient l’Iraq. Il ressemble que ces victoires éphémères de DA3ECH n’ont duré que deux jours, puisque l’armée irakienne aussitôt a déclenché un déploiement large pour circonscrire cette invasion. Déjà la Ville de Tikrīt a été reprise presque aussitôt. L’aviation de guerre irakienne en action a détruit un nombre important de véhicules 4X4 entrant dans Mossoul utilisés par les terroristes, ce qui fait des dizaines parmi eux furent éliminés, ainsi qu’une force militaire de fantassins, commandos sont déjà en progression pour libérer la ville de Mossoul, quartier par quartier, déminant ce qui a été mimé par DA3ECH. Aidé par les troupes liées à la partie kurde d’Iraq autonome, les Peshmerga qui de leur côté ont libéré Sanoun de la Préfecture de Menawa. La population de Menawa armée a combattu les terroristes de DA3ACH pour la plus part venus de Syrie. Ainsi les rêves de DA3ACH commencent à s’effondrer par des coups sans relâche de l’armée irakienne.

    En fait ce sont les retombées des échecs saoudiens, qataris, turcs, anglais, français, jordaniens, israéliens, face à l’armée arabe syrienne, à la résistance du peuple syrien, à l’alliance résistante du Hizbollah, de l’Iran, de la Russie. Tout ce front contre le nouvel ordre mondial tracé par l’impérialisme américain. C’est ce qui fait déplacer le terrain de bataille sur l’Iraq maintenant, moins préparé pour ce genre de guérilla, et plus ouvert sur le territoire saoudien. Les terroristes fuient la Syrie, rejoignent leur pays d’origine pour ceux qui ont non, les autres se dirigent là où ils peuvent, pour quelques uns c’est l’Iraq, d’autres peureux en ce moment fuient la Syrie et les coups mortels que leur porte l’Armée Arabe Syrienne. Terroristes revenant d’où ils sont venus, constituant une arme sur la tempe des autorités qui les ont envoyés ou facilités leur endoctrinement dans cette direction. Parmi les 300 terroristes dit-on venus d’Allemagne sous le couvert du Jihad en Syrie, 25 eux furent tués en Syrie, et plus de 100 sont déjà retournés en Allemagne sous la surveillance étroite des autorités sécuritaires du pays. Le reste est en train de revenir en Allemagne, par des chemins de travers, bien habituer à franchir les frontières sans visa, à tuer sans distinction, à faire exploser des bâtiments, à violer des jeunes filles et des femmes, à voler, piller. Comment vont-ils se tenir en Allemagne, alors que rien dans la constitution allemande n’autorise de les surveiller, de les accuser de vouloir préparer un quelconque attentat, sans qu’ils le préparent concrètement, ou d’une manière indirecte, agissant dans les lieux de prières, ils peuvent influencer d’autres membres de la communauté musulmane résident en Allemagne et les pousser à commettre des actes terroristes. Ainsi, rien n’est gratuit d’avoir fait couler le sang des citoyens syriens innocents.

    La décision de détruire le résultat des élections présidentielles en Iraq, désignant El Maliki pour être le président du pays unifié, est prise par des pays contre l’unité irakienne, tels que l’Arabie saoudite, le Qatar, la Turquie, les USA, Israël. Comme preuve flagrante c’est la dernière attaque contre la seconde ville irakienne en importance Mossoul, et d’autres villes telles que Tikrit et Salah Eddine, par des terroristes takfiristes. Ainsi la presse El-Manar d’el Qods évoque un plan qui a déjà été élaboré et prêt pour être exécuté dès le lendemain des résultats connus d’avance des élections irakiennes. Plan exécuté donc dès l’annonce de la victoire Del Maliki et son l’alliance, les saoudiens donnèrent l’ordre, ils ne pouvaient rester tranquille, et donc cette agression qui vise l’Iraq et son peuple par l’organisation de ce qu’ils ont appelé l’Emirat d’Iraq et du Levant (Syrie) attribué à la mouvance d’Al-Qaïda. La pétromonarchie saoudienne encaissa mal le succès d’El Maliki comme Président en Iraq, ce qui mis fin au plan ennemi de diviser l’Iraq en plusieurs entités distinctes, et c’est ce qui déclencha cette attaque soudaine et brutale ci-dessus évoquée dans ces trois villes, en plus de voitures piégés explosant par ci par là, et des roquettes tombées dans des milieux urbains sans distinction dans les autres centres urbains irakiens. Aussi le même scénario mis à exécution ailleurs comme en Syrie, les saoudiens misent sur des personnalités irakiennes opposées résidant hors d’Iraq, qui attendront les succès militaires de ces terroristes pour aussitôt rejoindre le pays et y prendre le pouvoir. Ils seront les intermédiaires entre les saoudiens fournissant des centaines de millions de dollars et les terroristes DA3ACH qui font le travail, et entreposeront des quantités d’armes en territoire limitrophe saoudien, pour d’autres missions. Aujourd’hui l’unité des terres irakiennes est menacée, d’une part une Arabie saoudite qui fournie des millions de dollars, des armes et des terroristes pour parvenir à diviser l’Iraq en trois entités, et un Premier ministre irakien et son peuple devant une grande épreuve voulue par les américains, les saoudiens et les israéliens
    http://youtu.be/SemO8ZxWIeQ

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :