Urgent – Explosif: Alassane Ouattara, Hamed Bakayoko, et Joël N’guessan sur le chemin de la CPI, selon un diplomate occidental

Urgent – Explosif: Alassane Ouattara, Hamed Bakayoko, et Joël N’guessan sur le chemin de la CPI, selon un diplomate occidental

 Le 01/04/2014 – 11:56

Par IVOIREBUSINESS – Alassane Ouattara, Hamed Bakayoko, et Joël N’guessan, en route pour la CPI.

IMPORTANT: [ CECI N’EST PAS UN POISSON D’AVRIL. C’EST UNE INFORMATION DE PREMIERE MAIN ]

Selon un diplomate occidental extrêmement crédible, le chef de l’Etat ivoirien Alassane Dramane Ouattara, son ministre de l’intérieur Hamed Bakayoko, et le porte-parole du RDR Joël N’guessan, sont en train de valider leur ticket pour la Cour pénale internationale.
Ils viennent s’ajouter à la liste constituée par Guillaume Soro président de l’Assemblée nationale et ex-chef de la rébellion des Forces nouvelles, Wattao, Koné Zacharia, Cherif Ousmane, Loss, Fofié, Ousmane Coulibaly, Eddy Meidy, etc…liste dont les scellés de la CPI seront levés dans les toutes prochaines semaines, selon la Lettre du Continent.
Selon ce diplomate occidental très introduit et au coeur des décisions de la Communauté internationale, Alassane Ouattara ne s’est pas révélé le grand démocrate présenté à grand frais. Pire, les actions criminelles de son régime, l’impunité de ses forces de l’ordre FRCI, son mutisme lorsque des crimes et assassinats sont commis contre de paisibles citoyens en Côte d’Ivoire, embarrassent énormément l’opinion et créent un malaise au sein de la Communauté internationale, où ses partisans sont de plus en plus à court d’arguments pour le soutenir.
Ses actes et décisions sont donc désormais scrutées avec grand soin par cette Communauté et des rapports fusent dans tous les sens. Certains sont rendus publics, et d’autres restent sous câbles diplomatiques.
C’est le sens du dernier rapport des Experts de l’ONU publié en décembre 2013, qui accusait le régime Ouattara d’avoir recours à des tueurs à gages ou Escadrons de la Mort pour assassiner ou tenter d’assassiner ses opposants politiques, ou de les arrêter et extrader.

Dans ce rapport, le Ministre Hamed Bakayoko, également dans le collimateur de la CPI, a été largement épinglé. Selon ce RAPPORT DES EXPERTS DE L’ONU, le gouvernement ghanéen indiquait en juillet 2013 aux experts chargés de surveiller l’application de sanctions internationales contre le Liberia, qu’Abidjan avait “envoyé des agents ivoiriens dans le but d’assassiner ou de kidnapper des militants pro-Gbagbo réfugiés” au Ghana. “Les autorités ghanéennes affirment avoir fait échouer au moins deux de ces missions” au début 2013, ajoute le rapport. Au moins un ancien partisan de Gbagbo, qui était rentré en Côte d’Ivoire, “a été enlevé et a disparu”. Le Liberia n’est également pas en reste des méthodes peu orthodoxes du dictateur Ouattara. En effet, le rapport indique que les autorités ivoiriennes ont aussi soudoyé des mercenaires libériens pour les dissuader de mener des attaques contre la Côte d’Ivoire à partir du Liberia. Les experts de l’ONU précisent ne pas être en mesure de “vérifier de manière indépendante” les affirmations du gouvernement ghanéen mais ils disent avoir rencontré à Accra plusieurs anciens ministres de Gbagbo qui souhaitent rentrer au pays mais qui “ont peur d’être tués”. Le régime ivoirien a également recours à des escadrons de la mort d’origine libérienne pour éliminer ses opposants en exil au Liberia. Deux de ces escadrons ont pour nom Isaac Chegbo, surnommé “Bob Marley”, et Augustine “Bush Dog” Vleyee. En effet, les experts de l’ONU affirment dans leur rapport avoir “rassemblé des informations substantielles” sur des paiements effectués, depuis mai, par Abidjan à “d’importants mercenaires libériens” dont Isaac Chegbo, surnommé “Bob Marley”, et Augustine “Bush Dog” Vleyee. Les paiements, effectués par un service dépendant du ministère ivoirien de l’Intérieur, avaient pour but de “recueillir des informations auprès de ces individus et de les dissuader de mener des attaques transfrontalières”, précise le rapport. L’un des mercenaires a indiqué avoir reçu 8.000 dollars et d’autres 2.000 dollars, versés à Abidjan par le ministre de l’Interieur Hamed Bakayoko.
Par ailleurs, l’extrémisme affiché par le parti au pouvoir, le Rassemblement des Républicains (RDR), embarrasse la communauté internationale.
Ce parti se comporte comme un groupe fasciste extrêmement violent qui règle les problèmes qui lui sont posés à coups de menaces, d’intimidation, d’injures, et de discours incendiaires.
Selon notre diplomate occidental, les cadres de ce parti sont spécialement dans le collimateur de la CPI. Les noms de Joël N’guessan porte-parole principal, et d’Amadou Soumahoro secrétaire général, sont couramment cités.
Ces deux cadres du RDR rivalisent de paroles incendiaires à l’endroit de l’opposition pro-Gbagbo. Joël N’guessan avait proposé la dissolution du FPI tandis qu’Amadou Soumahoro proposait d’envoyer tous les cadres du FPI et de l’opposition au cimetière.

Pour notre diplomate occidental , tôt ou tard, Alassane Ouattara, Hamed Bakayoko, Joël N’guessan, Amadou Soumahoro, et tous les cadres du RDR abonnés à la violence physique ou verbale, répondront de leurs actes.
Wait and see.

Serge Touré

NB: IMPORTANT [ CECI N’EST PAS UN POISSON D’AVRIL. C’EST UNE INFORMATION DE PREMIERE MAIN ]

Source : Ivoirebusiness

One Reply to “Urgent – Explosif: Alassane Ouattara, Hamed Bakayoko, et Joël N’guessan sur le chemin de la CPI, selon un diplomate occidental”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils