1291bggbb-22-e13382449232371Le Ministère russe des Affaires étrangères est surpris par le refus du Bureau de l’OSCE des institutions démocratiques et des droits de l’homme (BIDDH) d’inclure un candidat russe au groupe d’assistance aux élections présidentielles et municipales en Afghanistan le 5 avril prochain.

Ce n’est pas pour la première fois que nous voyons une telle attitude de la part du BIDDH à l’égard de candidats russes. Avant le Bureau a sans aucune raison ignoré des requêtes de Russes pour occuper des postes vacants dans des « équipes de base » au sein de missions d’observation des élections législatives en Serbie le 16 mars et en Hongrie le 6 avril.

Cela confirme une fois de plus l’approche préconçue du Bureau de coopérer avec la Russie, montre l’incompétence de la méthodologie du BIDDH pour la surveillance et l’évaluation du processus électoral, sape la crédibilité du travail des institutions de l’OSCE.

Ensemble avec certains autres pays la Russie pose en permanence la question de la réforme des méthodes et des pratiques du BIDDH, afin d’accroître la transparence dans la sélection des experts pour des missions d’observation. Nous sommes déçus que les dirigeants de cette structure exécutive de l’OSCE ne font pas de conclusions qui s’imposent.

Nous exhortons nos partenaires à reconsidérer les approches au travail du BIDDH dans le domaine des élections, qui est nécessaire depuis longtemps.

Source

 

Le 20 mars 2014

 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.