Rebloger via Allainjules

Viktor Ianoukovitch et Vladimir Poutine

Viktor Ianoukovitch et Vladimir Poutine

Les décisions du « Parlement » ukrainien, qui, après avoir placé un proche de Ioula Timochenko à sa tête, vous savez, cette escroc richissime de la révolution orange, puis, annoncé sa libération suivie de la destitution du président élu jusqu’en…mars 2015, Viktor Ianoukovitch, est un coup d’état. Le nier est simplement hypocrite. Ce parlement-là est illégitime. La même prose, de Libye en Syrie et aujourd’hui en Ukraine: « Viktor Ianoukovitch est un dictateur qui a fait tirer sur son propre peuple »…Quelle ironie !

Mais, au-delà de toute cette mascarade validée par Washington car, les autres (France, Pologne ou Allemagne) ne sont que ses sous-fifres, qu’est-ce qui attend vraiment l’Ukraine ? Une vraie bérézina et des regrets vont subvenir. Après s’être coltiné des nazillons pour renverser le pouvoir légitime, l’Europe, donneuse de leçons, va probablement demander d’expurger ces derniers avant de venir en aide à l’Ukraine mais, tout ça, c’est du vent. Aujourd’hui, la ville de Kiev est entre les mains des milices. C’est une grande première en Europe. C’est incroyable de voir un président élu démocratiquement démis par une insurrection avec le soutien de Washington et de l’Union européenne.

On ne peut se dire nationaliste et tomber dans les bras de l’Europe comme des bleus. L’Ukraine aura, dans les heures à venir, la surprise du chef car, cette Europe-là, dès le mois de mai, si le processus illégal se poursuit, lui demandera de procéder à des restrictions budgétaires draconiennes. Les créanciers, comme en Grèce, vont leur tordre le coup. Les services publics vont disparaître petit à petit. Comme la Grèce, la hausse rapide des niveaux de chômage laissera sur le carreau des centaines de milliers d’Ukrainiens, qui verront la fin de leurs allocations de chômage, et même de la couverture de santé. Pas besoin d’être devin pour le prédire car, l’Europe traverse une crise sans précédent et ne pense qu’à affaiblir la Russie, qui est en santé. Et l’Ukraine n’est que le dernier de leurs soucis…

>>> Rejoignez-nous sur Facebook

Pour rappel, l’Ukraine se trouve actuellement au bord de la banqueroute, et la Russie avait promis l’octroi d’un crédit de 15 milliards de dollars. Mais, qu’a promis l’Europe ? Rien. D’ailleurs, elle n’a jamais tenu ses promesses. Demandez aux Grecs. Or, la Russie, qui a, à titre d’exemple, moins de chômage que la France -ça vous en bouche un coin ?-, promettait même un important rabais du prix du gaz. En outre, elle a déjà versé trois milliards de dollars au cours du mois de décembre, mais annulé cette semaine un nouveau versement de deux milliards et le versement du reste de l’aide promise est désormais très incertain voire improbable. Ce qui est logique. On ne peut octroyer des crédits à des bandits.

Contrairement aux affirmations de la presse occidentale, les pro-russes et les russophiles sont majoritaires dans le pays, la plupart vivant à l’Est.  Alors, que va-t-il se passer ? Cession du pays en deux ? Il suffit simplement que la Russie fasse à l’Ukraine payer son gaz au même prix que les pays de l’UE, pour que ce pays tombe. Mais, il y a pire. Qui va payer les 12 milliards de dollars pour redresser ce pays ? Ce n’est ni Washington ni Berlin, encore moins Paris. Les Ukrainiens ont encore le temps de se réhabiliter car, c’est maintenant qu’ils devront danser…Quant à nous, nous allons bien rigoler…

Source : Allainjules

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.