C’est incroyable mais dans la science fiction, il faut s’attendre à tout.

Hier, on apprenait que Salim Idriss avait été viré de son emploi fictif de commandant d’une armée fictive, al Jaysh al Hor, alias l’Armée syrienne libre pour ses amis francophones (ASL pour les intimes).
Aujourd’hui, on apprend que ce crétin dispose d’un réseau de sous-commandants qui refusent son départ. Et oui, les rebelles se rebellent et exigent le retour d’Idriss. Le plus drôle, c’est qu’ils prétendent représenter les « hommes du terrain. » Quels hommes? Quel terrain?
Avant d’oublier cette affaire sachez qu’ils disent que le licenciement de leur chef est illégal. Comme si la défection de ces traitres n’était pas elle-même illégale.

Une affaire urgente pour laquelle Manuel Valls devrait réunir le Conseil d’État dans l’heure. Après tout, ces gens sont payés par le contribuable français et le Conseil d’État s’y connait en matière de spectacles et d’illégalité.

Regardez ça, ils ont l’air sérieux pour des clowns.

Déclaration des chefs des fronts et des conseils militaires refusant la décision du Haut conseil et du ministre de la défense de limoger le chef d’état-major
. بيان من قادة الجبهات والمجالس العسكرية يرفض قرار المجلس الأعلى ووزير الدفاع بإقالة رئيس الأركان

Source : Commentaire FB
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.