Alfred Charles Kinsey (23 juin 1894 – 25 août 1956) est un professeur d’entomologie et de zoologie, célèbre pour avoir publié deux importantes études sur le comportement sexuel de l’homme et de la femme : Sexual Behavior in the Human Male (1948, réédité en 1998) et Sexual Behavior in the Human Female (1953, réédité en 1998).

En 1947, il a fondé au sein de l’Université de l’Indiana à Bloomington, un Institute for Sex Research (« Institut pour la recherche sur le sexe »), rebaptisé plus tard Kinsey Institute for Research in Sex, Gender and Reproduction (mais couramment appelé Kinsey Institute).

Les rapports Kinsey ont ouvert la voie à ceux de William Masters et Virginia Johnson ainsi qu’à toute la sexologie clinique.

Entre autres critiques formulées à l’endroit d’Alfred Kinsey, le journal médical britannique ‘The Lancet’ déclarait que « dans le cadre d’une étude menée sur le comportement sexuel normal de l’homme, Kinsey résolut d’interroger un nombre d’incarcérés et de délinquants sexuels qui n’étaient pas proprement représentatifs de la population masculine de son milieu ». Les exclure de cette étude aurait toutefois constitué une distorsion de la vérité et de l’objectivité scientifique. Les méthodes alors utilisées par Kinsey était certes contestables, mais les chiffres qu’il avança auront été depuis validés par son successeur Paul Gebhardt du Kinsey Institute qui, dans son rapport publié en 1979, conclut qu’aucun des estimés établis par son prédécesseur n’avait été significativement faussé ou affecté par ce présumé ‘travers’ de procédure 1. Cependant, cette étude conserve un aspect problématique en raison de sa provenance partisane puisque le Kinsey Institute se veut l’héritier et le propagateur de la pensée du sociologue américain.

Les publications de Kinsey auront entre autres permis une première description exhaustive d’une sexualité masculine jusque là insoupçonnée. Ainsi, les relations avant le mariage, l’adultère, la masturbation, l’homosexualité et la bisexualité qui, jusque là, étaient considérées comme tabous ou passaient pour être anormaux, s’avérèrent autrement plus actuels et communément répandus que ne le pensait alors l’opinion publique. À cet égard, la libération sexuelle des années qui suivirent les travaux du chercheur n’auront sans doute pas encore profondément modifié les pratiques sexuelles des Américains mais, dès lors, auront certainement permis au grand public d’en parler plus ouvertement. Source : extrait Wikistrike

http://www.dailymotion.com/video/xcy1z7_homosexualite-et-pedophilie-y-a-t-i_webcam

Cellule44

Philippe Ehua

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.