ABRAHAM N'ÉTAIT PAS JUIF 1

« Abraham n’était pas Juif », a insisté le membre arabe de la Knesset, Ibrahim Sarsur, chef du parti de la Liste Arabe Unie, dans un communiqué publié dans les médias israéliens la semaine dernière.

Ibrahim Sarsur

Sarsur répondait à une récente affirmation des membres juifs de la Knesset, Naftali Bennett et Uri Ariel, deux membres du Parti du Foyer Juif, que la revendication d’Israël envers Jérusalem et la Judée-Samarie (la Cisjordanie) est soutenue par la Bible.  « Cette affirmation amène contre Israël un demi-milliard de musulmans et l’ensemble du monde chrétien », a déclaré Sarsur.

Dans les médias israéliens, le différend historique et religieux sur la possession et le contrôle de ces zones est souvent discuté.  Les Juifs et les Musulmans se disputent la même terre promise et les deux basent leurs prétentions sur leurs livres saints respectifs, la Bible et le Coran.  Cet aspect du conflit est bien compris en Israël, mais, il est souvent passé sous silence par l’Occident Chrétien qui cherche à imposer un compromis politique sur ce qui est essentiellement une bataille religieuse.

Et, selon l’interprétation islamique de l’histoire, les Juifs n’ont aucun héritage dans ce pays, qui a été plutôt promis aux Musulmans.  « Selon le Coran, Abraham n’était pas Juif, mais Musulman », a fait valoir Sarsur.  « Abraham croyait en Allah, tout comme l’ont fait son fils, Isaac, et son petit-fils, Jacob. »

Au-delà du Coran, Sarsur fonde également son argumentation sur le fait qu’Abraham a vécu 1,300 ans avant l’existence historique d’un groupe connu sous le nom du « peuple juif ».  Comme Sarsur le voit, ceci signifie que « la terre appartient aux Palestiniens ».  Rappelez-vous que cela vient d’un citoyen israélien ayant un salaire en tant que fonctionnaire de l’état d’Israël.

Sarsur a poursuivi en expliquant comment le Coran établit une distinction claire entre les enfants d’Israël sous la conduite de Moïse et les Juifs plus tard dans l’histoire : « Moïse a apporté la Charia (loi islamique) au peuple d’Israël.  Mais, après que cette nation ait rejeté la Charia et l’Islam, c’est alors seulement que le Coran se réfère à un peuple connu comme les Juifs. »  En tant que tel, le Coran voit les « Juif » comme un terme négatif, un peuple qui a péché contre Allah.

Comme beaucoup d’apologistes pour la cause palestinienne, Sarsur commodément ignore le fait que le Coran et l’Islam sont arrivés dans le décor quelques 2,700 ans après l’époque d’Abraham et environ 2,200 ans après Moïse et l’Exode.

« Les différents théologiques entre Juifs et Musulmans, entre la Bible et le Coran, déterminent le climat politique dans le pays et dans cette région, et que beaucoup de gens à l’étranger ne peuvent pas comprendre, » a déclaré Avichail, un jeune rabbin de Jérusalem, a Israël Today.  « Le fait que nous (les Juifs) vivons maintenant à nouveau dans la terre biblique d’Israël a été annoncé par les prophètes de la Bible et non par le Coran. »

Par: Pleinsfeux.org

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.