Par IVOIREBUSINESS – Le gouvernement compte faire mains basses sur 800 000 comptes bancaires « dormants » contenant 62 milliards de F CFA.

Photo: Le porte-parole du gouvernement Koné Bruno, ministre des NTICS.

Abidjan-Le gouvernement ivoirien compte faire la lumière sur les 800 000 comptes bancaires « dormants » contenant 62 milliards de F CFA récemment découverts dans les banques de notre zone, a constaté un journaliste d’IvoireBusiness.
Le porte-parole du gouvernement Koné Bruno a annoncé jeudi à l’issue du conseil des ministres, que le gouvernement a adopté un projet de loi portant réglementation du traitement des comptes dormants au niveau des banques.
Il a informé l’opinion qu’il « y a actuellement 800.000 comptes dormants dans notre zone pour des avoirs évalués à 62 milliards de Fcfa. Ce sont donc des mesures qui sont prises pour mieux protéger chaque titulaire de compte bancaire ».

Selon le ministre Koné, il s’agit de comptes bancaires de personnes décédées ou portées disparues sans que leurs ayants-droit aient été informés de leur existence.
« Il s’agit de réglementer le traitement de ce type de comptes, avec l’obligation des banques de faire des recherches, de localiser les titulaires ou les ayants-droit et de les informer de l’existence de ces comptes », a expliqué M. Bruno Koné.

Selon une source proche du dossier, cet montant de 62 milliards déclaré par le ministre est très faible eu égard aux 800.000 comptes bancaires concernés.
Par ailleurs, une autre source sous couvert d’anonymat s’inquiète d’une mesure précipitée qui viole le secret bancaire. Elle s’inquiète également de ce qu’une partie de ces comptes dormants pourrait appartenir à des exilés politiques ou à des personnes décédées durant la crise post-électorale. Il convient donc selon cette source d’autoriser le dégel des avoirs des partisans de Laurent Gbagbo et le retour des exilés politiques, pour adopter un projet de loi portant réglementation du traitement des comptes dormants au niveau des banques.

Mais pour le porte-parole du gouvernement, « dans le cas où ces ayants-droit ne se manifestent pas, au bout d’un certain temps, ces fonds seront reversés à la banque centrale puis au trésor public ».
Toujours selon notre source, au travers de cette loi, le gouvernement pourrait purement et simplement faire mains basses sur les biens et avoir de personnes décédées, dont les comptes sont gelés, ou contraintes à l’exil.

Eric Lassale

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.