La guerre en Syrie ne sera pas une promenade

La guerre en Syrie ne sera pas une promenade

1er septembre 2013   Jacques Frère   

Damas est bien équipé, et la Russie en position de défendre ses intérêts militaires au Moyen-Orient, note un spécialiste russe.

 Selon les experts militaires, la guerre en Syrie ne sera pas une simple promenade pour les Etats-Unis et leurs alliés, comme ce fut le cas en Libye [durant l’été 2012]. Damas possède un système de défense antiaérienne très développé, qui repose sur du matériel militaire soviétique ou russe : les systèmes antiaériens polyvalents Buk-M1 (qui ont abattu le chasseur furtif américain F-117 au Kosovo pendant la guerre de Yougoslavie – Note NPInfo : faux, c’est un S-125 Neva guidé, entre autres, par un radar P-18 et un radar Tamara (Vera-E) datant des années 70), Tor-M1, S-125 (SA-3 en code OTAN) et S-200 (SA-5 en code OTAN), et le système antiaérien de missile-canon Pantsir-S1 (photo).

L’avantage du Pantsir est qu’on peut le déployer dans les montagnes et masquer facilement sa présence aux avions, d’autant que son complexe radar est capable de fonctionner non pas en émettant des signaux, mais en captant les signaux provenant des radars d’un chasseur. Il est donc très dangereux pour tout type d’avion, même les F-16 et F-18 [avions de chasse américains, les plus utilisés dans le monde], de se trouver dans la zone d’action du Pantsir.

Bien sûr, les missiles de croisière peuvent fonctionner en dehors de la zone de destruction des systèmes antiaériens syriens, mais leur efficacité pourrait être insuffisante, et les cibles manquées.

Lire la suite

Source : http://www.nationspresse.info/

2 Replies to “La guerre en Syrie ne sera pas une promenade”

  1. http://youtu.be/ivD-w0vvCrY
    Le système de défense aérien actuellement utilisé par l’armée syrienne BUK-M1, missiles à courte portée capable de faire face à toutes sortes de menaces aériennes, et Les modèles possédés sont en continuel augmentation de capacité, et le véhicule radar qui lui est attenant le rend encore plus compétant d’atteindre spécialement les missiles crusses américains, volant en zigzag à basse altitude invisible pour les radars habituellement. L’autre système de défense aérien Pantsir-al SA 19 de fabrication russe, considéré le meilleur du monde contre les avions de combat jusqu’à une hauteur de 15 kilomètres capable d’atteindre des objet volant mobiles de tout temps, nuit et jour , capable d’atteindre quatre objectif d’une seule fois, en un espace de temps très court. En plus ces capacités de passer outre les perturbations électroniques ennemies, et chaque batterie contient 12 missiles qui dépassent par la vitesse du son 5 fois. La Syrie en possède un nombre important, pouvant détecter à 50 kilomètre de distance, et une hauteur de 15 kilomètres, et les tirer à 20kilomètres. Au début de l’année 20013, des officiers militaires syriens ce sont rendu dans une université militaire Russe pour l’acquisition et la formation et la pratique d’utilisation de système de défense aérien et spatiale encore beaucoup plus avancé que déjà connu. Le missile S 225 et le système S200 missile comment le diriger. Ce qui veut dire que les S 200 sont déjà en Syrie. Et selon les spécialistes militaires russes qui ont présidé aux formations des techniciens militaires syriens, disent qu’ils abattront toutes violations si les forces américaines osent s’y aventurer dans l’espace aérien syrien. Les syriens en détiennent 10 batteries de ces types. Les missiles BUK M 2 E de fabrication russe missiles sol air construites pour intercepter des missiles crussent amé&ricains des roquettes et des drones. Le système de défense S 300 utilisable contre les missiles balistiques tactique, possédant eux-mêmes des capacités tactique formidable, capable d’atteindre toutes les machines volantes à peu prêt, et pouvant atteindre 6 objectif en une seule fois. Il est possible d’envoyer deux missile en même temps, et sur un seul et même objectif, 3 dixième de seconde d’espace temps entre les deux. Ce système possède une capacité d’outre passer les perturbations et brouillages électronique de l’ennemi pour tenter de le dérouter et détecter toute trace d’attaque à une distance de 250 kilomètres. ce que le système patriote américain n’est pas capable. La question, est-ce que les S 300 sont déjà en Syrie, le secret restera gardé par le commandement syrien. Tandis que l’armée arabe syrienne, elle est déployé sue toute l’étendu des terres syriennes. Comment frapper une armée en situation de combat au sol, Ces frappes, si elles auront lieu n’atteindront rien de consistant, ou d’objectif évoqué par l’agresseur.et donc les initiatives négative et les initiatives positives se complètent, pour alléger les conséquences de telles possibles frappes, dans leur capacité destructive, et donc ceci donne l’avantage de répondre par plus de feu ou d’une frappe équivalente. Aussi il peut y avoir le réplique équivalente ou plus forte encore avant même que le missile adverse n’atteigne son but ou même après le coup porté, répondre par pareil ou plus fort. L’Amérique menace par des missiles balistique, malgré le cout élevé du missile au regard de sa crise économique. Le missile Crusse se déplace comme un avion ordinaire vers son but il coute 60 000 dollars pour être lancé d’une distance de 3000 kilomètres pour l’atteindre avec précision.
    L’erreur ne dépasse pas 3 mètres de l’objectif, est-ce cela l’avantage, puisque la distance est longue, le poids de l’explosif est alléger en conséquence la puissance destructive devient moins de la moitié. En ce qui concerne les missiles Toma-hoc 109 le plus apprécier par Washington, la frappe est dans l’inconnue, et la réplique syrienne l’est aussi. Les américains veulent garder la tête haute, et ils veulent aussi donner des signes d’encouragement à l’opposition syrienne; la politique derrière tout cela se fait avec un regard sur Genève et la partie désavantagée voudrait avoir quelque chose sous la dent à négocier à fin de changer le rapport de force à son avantage. Il y a des dispositions militaires qui se font dans le sens de parer au coup avant qu’il n’atteigne et d’y répondre avec la même force. L’action d’atteindre le missile adverse dès son lancement, avant qu’il n’entre dans l’espace national, et la réplique, pour qu’elle elle l’atteigne sans être intercepté. Parrer, c’est de s’étendre, de se disposer de telle façon de rendre plus difficile d’être atteint sévèrement, et l’action d’y répondre du côté auquel il ne peut s’y attendre. Donc, la vigilence fait que l’agression peut survenir à chaque seconde, de manière a avoir le temps de répare ce qui n’est pas bon et de lancer des écrans de brouillage pour les missiles adverses Toma-hoc ou crusse pour les dérouter. Et la nécessite de parer et de répondre, commence déjà à la seconde de son lancement par des moyens qui vont surprendre la partie adverse. Montrant que la Syrie à beaucoup pour surprendre sans dévoiler ce quelle a jusqu’à cette instant. La réponse, la réplique doit être sur Israël, puisque c’est une guerre israélienne mené par les USA. Donc le détroit d’Ormuz à la mère Caspienne, la base américaine en Turquie, la ville de Haïfa ou le centre nucléaire de Dimona.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils