Affaires du monde — Forum international de Doha De quoi demain sera fait?

Affaires du monde — Forum international de Doha De quoi demain sera fait?

De quoi demain sera fait?

 De notre envoyé spécial au Qatar Mongi GHARBI
Les travaux du Forum international de Doha ont démarré hier sur les chapeaux de roue en présence d’un nombre impressionnant d’invités de marque en provenance des quatre coins du monde.
Cette grand-messe annuelle des grands décideurs de ce monde planche chaque année sur des sujets liés à la sécurité du monde, au nouvel ordre mondial naissant et aux divers autres enjeux géostratégiques d’importance primordiale.
Autant dire que l’on vient à ce rituel annuel pour tenter de contribuer, chacun à sa manière et selon son prisme, de refaire le monde.
Dans sa treizième édition, ledit forum planche sur les mutations internationales et entend anticiper leurs impacts sur le monde arabe ainsi que les divers défis que ces mutations ne manquent pas de poser de manière de plus en plus insistante. Le Printemps arabe, la récession économique mondiale et la sécurité dans le monde sont autant de questions à l’ordre du jour de cette rencontre qui ne s’embarrasse guère d’afficher une grande ambition pour réfléchir et agir sur les réalités du monde. Sans oublier bien sûr la vision du pays hôte propre à l’ensemble de ces questions qui a été déclinée et parfois encensée par des intervenants très influents.
Près de six cents politiques, géostratèges, experts et autres académiciens animent les actes du 13e Forum de Doha.
Invitée par les organisateurs de ce forum, la Tunisie, en tant que pays initiateur du Printemps arabe, est représentée par le chef du gouvernement provisoire, M. Ali Laârayedh.
Prenant la parole, lors de la cérémonie d’ouverture, qui s’est déroulée hier matin, il a exposé aux participants, avec force détails, le processus de genèse, les contours ainsi que les défis de la transition démocratique dans notre pays.
«Notre volonté est que la Tunisie soit humaniste, civile, démocratique, plurielle et garante des droits et des libertés, de la justice, de l’équité et de l’impartialité administrative. Sa religion est l’Islam, sa langue l’arabe et son régime est républicain».
Le chef du gouvernement s’est ensuite livré à l’analyse des requis et des valeurs qui fondent l’ensemble de ces objectifs et paradigmes.
Le deuxième axe de son intervention s’est voulu plus concret. L’orateur l’a, en effet, consacré au processus de transition démocratique issu de la révolution du 14 Janvier, procédant à un bilan exhaustif des avancées à ce niveau, des entraves et l’échelle des priorités de réformes engagées dans tous les domaines.
«Nous pouvons affirmer que la Tunisie avance dans la bonne direction et franchit sa voie en dépit des difficultés et des défis», a notamment expliqué M. Ali Laârayedh, en guise de conclusion.
Auparavant, l’émir du Qatar, Cheikh Hamad Ibn Khalifa Al Thani, a donné le la aux travaux de ce forum dont il a présidé la cérémonie d’ouverture. Il a notamment relevé que la treizième édition intervient à un moment crucial de l’histoire du monde arabe marquée par une colère populaire générale contre les inerties et les gouvernances dictatoriales.
«Les peuples arabes se sont soulevés pour réhabiliter les citoyens dans leur dignité et liberté. Ces peuples constitueront à l’avenir la pierre angulaire dans l’édification du nouvel ordre mondial», a notamment averti l’émir de l’Etat du Qatar.
Quatre invités ont ensuite défilé à la tribune pour proposer leurs propres perceptions, celles de leur pays ou de leur région à propos des affaires de ce monde.
MM. Gordon Brown, ancien Premier ministre britannique et président du Parti travailliste, François Fillon, ancien Premier ministre français, Peter Maurer, vice-président de l’Argentine, et Wolfgang Ischinger, président de la conférence de sécurité à Munich, ont exposé leur manière et leurs recommandations pour résoudre l’ordre politique, sécuritaire et économique mondial, en proie, selon eux, à d’imminentes et graves menaces.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *