Nord-Sud, un journal tribal très loin de réconciliation qui cultive la haine!

Nord-Sud, un journal tribal très loin de réconciliation qui cultive la haine!

« Soins à la Pisam, CE QUE COUTENT LES PRO-GBAGBO AUX IVOIRIENS »

« Ouattarra annonce aux populations de Zouhan-Hounien, vous saurez bientôt qui a tué  Guéi »

Nord-Sud sème la haine et la division, c’est le moins que l’on puisse dire au regard de la parution du jour de ce journal.

Déplorable, navrant, affligeant, triste et même indignant ! Ces deux manchettes du journal Nord-Sud repris en écho par le Démocrate de ce samedi  4 mai résument l’état d’esprit du pouvoir actuel d’Abidjan : le mensonge et la division et non à la réconciliation !

« Soins à la Pisam, CE QUE COUTENT LES PRO-GBAGBO AUX IVOIRIENS »

Comment est-ce possible qu’un pouvoir qui prône la réconciliation et l’unité nationale à longueur de journée  puisse continuer à identifier une tranche de la population  en « Pro-Gbagbo » ? C’est simplement  misérable! La guerre qui a ravagé notre pays et qui s’est soldée le 11 avril 2011 par la « capturation » du Président Gbagbo n’a-t-elle pas pour racine principale la marginalisation d’une partie de la population aux dires de Dr Koumba alias Soro, patron de ce journal ? Qu’avons-nous appris de cette guerre ? Sommes-nous dans la logique d’une autre guerre ou voulons-nous vraiment la paix dans ce pays ? Dans tous les cas, une chose est sûre et certaine : à cette allure, nous sommes encore très très loin d’une éventuelle réconciliation. Je ne suis pas du tout surpris que Konan Banny ait été « banni et  humilié à Londres »  le 17 avril dernier , il devrait en être ainsi partout ailleurs dans le monde sauf en Cote d’Ivoire où le pouvoir en place a le monopole de la violence! La diaspora ivoirienne disséminée dans les quatre coins du monde doit se servir de la leçon magistrale des « enfants de la Reine Elizabeth » ! Merci là-bas !

 Quelle honte pour mon pays et ses « politichiens » ! Le message de Nord-Sud est clair et limpide : ceux qui ont supporté Gbagbo et qui continuent de lutter pour sa libération sont d’abord des « pro-gbagbo » et non des ivoiriens à part entière! Leur président est en prison. Ouattara n’est pas leur président. Ces « pro-gbagbo » reviennent  chers aux « pro-ouattara » qui sont au pouvoir et qui sont désormais les seuls ivoiriens dignes de recevoir des soins de l’état ! Pire, ils peuvent périr sans que personne ne s’en émeuve ! Bohoun Bouabré, paix à ton âme ! Leurs libertés primaires d’expression  peuvent être réprimées violement dans la haine et le feu  dans un pays étranger sans que  l’état de Cote d’Ivoire ne bouge le petit doigt ! C’est ce qui se passe justement au Togo !  Les « pro-gbagbo » ne sont plus des ivoiriens, ils n’ont pas le droit de vivre non plus! La Cote d’Ivoire appartient uniquement à ceux qui supportent ouattara.  Devrions-nous en être là après deux ans de pouvoir effectif par ceux qui ont créé et alimenté la rébellion pendant près de dix ans à cause justement de la marginalisation ?

Safroulaye, je suis indigné !

 Mon pays, la Cote d’Ivoire a disparu effectivement ! Il n’existe plus de Cote d’Ivoire, il existe des « pro-ouattara » qui jouissent pleinement des retombées  de la lutte contre le parti unique du Président Gbagbo et qui propagent la haine dans la duplicité, le mensonge, la corruption, l’avidité et la division !

« Ouattarra annonce aux populations de Zouhan-Hounien, vous saurez bientôt qui a tué  Guéi »

La Cote d’Ivoire aspire apparemment au statut de « pays émergent  à l’horizon 2020 », c’est-à-dire dans moins de dix ans.  Ceci est un véritable hymne repris en boucle par le pouvoir en place. Il reste cependant à déterminer  la nature du régime qui est bien loin d’un régime démocratique. Sinon comment comprendre que dans une démocratie où la séparation des trois pouvoirs est claire et nette, un président de la république se saisisse d’un dossier judiciaire pour faire la lumière sur le présumé assassinat d’un ancien président ? Quel est donc le rôle de la justice dans ce pays ?  Une  autre confirmation de la confusion totale au sein de ce « groupement » de personnes qui affichent chaque jour leur incapacité notoire à gérer les affaires de l’état. Où sont passés encore une fois nos journalistes équilibristes affairés enclins à publier sur les réseaux sociaux les multiples identités d’un Blé Goudé en fuite ?

Le gouvernement ouattara n’est pas prêt pour une réconciliation vraie. Il crée alors les conditions de l’anarchie pour masquer ses carences légendaires.

Les signes forts d’une décrispation réelle demeurent la libération des prisonniers politiques et le rétablissement véritable d’un état  où tous les citoyens jouissent équitablement de leurs droits sans discrimination sur la base de leur ethnie, leurs croyances ou leurs affiliations politiques.

Que ceux qui ont des oreilles entendent !

Sans rancune.

Cebastien Gnahoré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *