Fatou Bensouda et Laurent Gbagbo.

                                                                                      Fatou Bensouda et Laurent Gbagbo.

Le 31 octobre 2012 par Le Nouveau Courrier – L’audience publique sur le réexamen de la situation de détention du président Laurent Gbagbo vient de s’achever en ce milieu d’après-midi à la Cour pénale internationale. L’accusé, pour lequel des centaines de manifestants étaient venus, était absent – comme certaines informations de couloir l’avaient affirmé précédemment. L’on peut retenir, globalement, que cette audience publique a vu le bureau du procureur, représenté par un adjoint de Fatou Bensouda, absente, réitérer son argumentaire et demander le maintien en détention du président Gbagbo. De concert avec la représentante des victimes supposées, qui s’exprimait surtout comme la représentante du pouvoir Ouattara, et n’a eu de cesse de demander à avoir accès à des documents confidentiels sur la santé de Laurent Gbagbo et sur l’Etat qui a accepté de le recevoir dans le cadre de sa mise en liberté provisoire.

L’on retient aussi que cette audience a permis de comprendre le “rôle” du rapport étrange des experts (?) de l’ONU sur les violations de l’embargo, qui s’est évertué à criminaliser en vrac le président Gbagbo et des cadres du FPI nommément cités comme les commanditaires des violences qui déstabilisent le régime Ouattara et comme des alliés du terrorisme international. Le bureau du procureur s’est largement appuyé sur ce rapport pour rallier la Cour à sa thèse selon laquelle il faut maintenir le président Gbagbo dans les fers.
On retiendra aussi que l’atmosphère entre le représentant de Bensouda et l’avocat du président Gbagbo, Maître Emmanuel Altit, qui a brillamment réfuté les arguments du procureur – jusqu’à lui conseiller littéralement d’apprendre à “réfléchir” – était à couper au couteau. A la fin de l’audience publique, ils se sont livrés à une sorte de jeu de ping-pong. Le représentant du procureur a repris la parole après la plaidoirie d’Altit suivant son intervention. Et Altit, ne voulant pas lui laisser le dernier mot, a commenté son commentaire.
Des faits nouveaux ont été soumis par Altit. Notamment les rapports d’experts accrédités auprès de la Cour qui affirment que Gbagbo n’a pas l’intention de fuir et brûle de s’expliquer, et les conditions détaillées qu’apporte l’Etat qui veut accueillir sur son sol le fondateur du FPI pendant la procédure judiciaire.

LE NOUVEAU COURRIER

Source : http://www.ivoirebusiness.net/?q=node/21860

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.