Publicités
Dogbo Blé assume, l’ONU décriée

Dogbo Blé assume, l’ONU décriée

Publié le09 octobre 2012
ParCÉSAR DJEDJE MEL

Le général Dogbo Blé a assumé le rôle qu’il a joué pendant la crise post-électorale (Ph: Dr)
Le procès militaire a repris hier matin avec la comparution du général Dogbo Blé. Au port d’Abidjan, un bateau a été volé. Quant aux pro-Gbagbo, ils ont réagi aux accusations portées contre eux par des experts onusiens. Voici ce dont traitera notre revue de presse de ce mardi 9 octobre 2012. Bonne lecture !
Dogbo Blé à la barre

« Je suis fier de n’avoir jamais trahi Gbagbo », a déclaré le général Dogbo Blé au procès, hier devant le juge. Ce titre fait la Une d’Aujourd’hui. Comme lui, plusieurs journaux ont ouvert avec les propos de ce dernier. Ils rapportent les déclarations pleines de fierté de l’homme. Ils informent qu’avant le début du procès, le général a demandé 15 mns au juge pour se présenter et rendre hommage aux soldats tués lors de la crise. Ainsi dira t-il : « Je suis fier de leur travail parce qu’ils n’ont pas trahi la République » et de continuer « je suis en paix avec ma conscience. Parce que je n’ai jamais trahi la nation ivoirienne et j’en suis fier. Cette fierté est d’autant plus grande qu’on ne dira jamais que Dogbo Blé a trahi la République ». Le Nouveau Courrier fait savoir que le procureur militaire a été mis dans ses petits souliers quand il a voulu faire croire que les éléments du général ne pouvaient pas agir sans ses ordres. En effet, son avocat lui a posé la question suivante : « Est-ce que le tribunal est informé de ce que le chauffeur de Ange Kessy s’est retrouvé avec son véhicule à Noé à son insu. Est-ce lui qui l’a envoyé en mission ?

« Dogbo Blé ment, ment » titre Le Patriote, mais sans trop de commentaires. Il a publié sur deux pages l’audience d’hier et a relevé que le général n’a aucun remords en affirmant que ces éléments ont fait du bon travail et que la Garde Républicaine (GR) avait pour mission de défendre Gbagbo. Pour Nord-Sud Quotidien, l’ex-patron de la GR s’est entrelacé dans des contradictions. Etant donné qu’il a dit : « On peut exploiter mes appels téléphoniques. Je n’ai jamais appelé le sergent Touali pour lui donner des instructions. Je n’ai jamais été en contact avec les quatre sous-officiers ». Or, rappelle t-il, le 10 décembre 2010, le général a dit « je suis là pour accomplir une mission avec vous, celle de défendre notre République qui tend à être bafouée par des étrangers qui méprisent notre souveraineté (…) Je vous donne l’ordre de mettre hors d’état de nuire, par tous les moyens, tout individu qui tentera de détourner l’un d’entre vous ». Fraternité Matin couronne avec la persistance du sergent-chef Jean Noël Lagaud Léo. Celui-ci persiste et signe que l’ordre de tuer le Colonel-Major Dosso est venu Diu général Dogbo Blé.

Affaire les pro-Gbagbo roulent avec Ansar Dine

Les mis en cause dans le rapport des experts onusiens continuent de réagir à ce qu’ils appellent des accusations mensongères. Marcel Gossio a écrit au représentant de Ban Ki Moon en Côte d’Ivoire pour lui dire qu’il n’a jamais quitté son pays d’exil, le Maroc, depuis le 19 avril 2011 où il est arrivé. « Je n’en suis jamais sorti. Vous pouvez le vérifier auprès de la police. Je n’ai donc jamais mis les pieds à Takoradi ». Pour lui certains médias à l’instar de RFI tirent certainement profit de la belligérance en cours en Côte d’Ivoire, lit-on dans L’Inter. Blé Goudé a aussi réagi. Dans Aujourd’hui il affirme que ce rapport est « une dictée préparée », truffé de mensonges. Les pro-Gbagbo du Ghana ne sont pas restés indifférents. Selon Dr. Assoa Adou, ce coup a été fait pour sauver le régime Ouattara, maintenir les effectifs de l’ONUCI, mettre la pression sur le Ghana pour livrer les exilés ivoiriens et créer les circonstances aggravantes de la détention de Laurent Gbagbo en incriminant son porte-parole, a relayé Notre Voie.

Un pétrolier disparaît du port d’Abidjan

« L’insécurité s’aggrave, un gros bateau volé au port d’Abidjan », écrit Notre Voie. C’est un tanker qui transportait 32.000 tonnes de fuel qui a disparu au large du port d’Abidjan. La disparition du navire qui a été constatée le matin du samedi 6 octobre par son armateur grec provoquerait la colère des opérateurs qui se demandent comment est-ce possible puisqu’il ne s’agit pas d’un petit bateau. Selon des témoins, des hélicoptères de l’armée française survolaient les eaux à la recherche du navire. Ce pétrolier fait 32 mètres le long, précise L’Inter. Selon ses propriétaires, il a quitté le port « sans ordre ni explication » et sa dernière position connue semblait être Lagos oùil se dirigeait. Mais une source de la direction du port a affirmé « qu’il ne s’agit pas d’un vol en tant que tel ».

Par CÉSAR DJEDJE MEL

source:http://www.linfodrome.com/index.php?option=com_content&view=article&id=4999:dogbo-ble-assume-lonu-decriee&catid=61&Itemid=261
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :