Frédérico a rejoint le cortège parisien.  Photo E. B.

Frédérico a rejoint le cortège parisien. Photo E. B.

Frédérico est journaliste mais bientôt au chômage. « Au Portugal, 50 % des moins de 30 ans sont sans emploi », raconte-t-il Je vis avec ma mère et ma grand-mère. « Ma mère a aussi perdu son travail. » La crise frappe de plein fouet son pays qui tente d’y répondre en enchaînant les plans de rigueur. Pour Frédérico, ce n’est pas la solution : « Chez nous, l’économie s’est arrêtée car il n’y a plus d’investissements ni privés ni publics », déplore le jeune homme. « Le chemin de l’austérité est une catastrophe et ne donne aucun résultat », assène-t-il. Militant d’Attac, il est venu rejoindre le cortège parisien pour poser les bases d’un mouvement européen. Dans son pays, plusieurs centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue le 15 septembre dernier pour protester contre l’austérité. « Jusqu’à présent la population était résignée, elle pensait que des politiques de rigueur pouvaient être efficaces. Aujourd’hui, elle voit que ce n’est pas le cas. Elle ne peut plus accepter les coupes dans les salaires alors que nous avions déjà des revenus très faibles », raconte-t-il.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.