Publicités
Côte d’Ivoire: Bilan des attaques du 20 et du 21 Septembre 2012

Côte d’Ivoire: Bilan des attaques du 20 et du 21 Septembre 2012

Attaques de Noe

Secteur  de Port-Bouet à Abidjan (Quartier abritant l’aéroport international Félix Houphouet Boigny )

6 éléments Frci tués

Importante quantité d’armes + 4 caisses de munition emportées (stock d’arme des deux commissariats et de la brigade de la gendarmerie)

Aucune perte en vie humaine, ni aucun blessé à déplorer parmi les  membres du commando invisibles.

Poste Frontalier de Noé à 170 kilomètre à l’est d’Abidjan ( Frontière ivoiro Ghanéenne )

20 éléments Frci tués

Un véhicule pick- up à mitrailleuse lourde détruit

Importante quantité d’arme + 9  caisses de munitions emportées

5 RPG récupérés

7 Mitrailleuses Automatiques  AK- 47 récupérées

Aucune perte en vie humaine à déplorer parmi les  membres du commando invisibles. Le commando a cependant enregistre 1 blessé léger à la jambe.

Autres Mouvements du Commando

Importants  mouvements de guerriers invisibles  vers les quartiers sud et Ouest de la ville Abidjan.

Importants mouvements des guerriers invisibles sur les villes de l’intérieur.

Côté gouvernement

Fermeture de la frontière entre le Ghana et la Côte d’Ivoire.

Nous reviendrons à vous.

Vergos Vespucci

Reporter de Guerre

Source: Cellule de Communication de Guerre

Publicités

One Reply to “Côte d’Ivoire: Bilan des attaques du 20 et du 21 Septembre 2012”

  1. LA COTE D’IVOIRE S’ENFONCE DANS LA CRISE

    La Côte d’Ivoire connaît son plus grave regain de tension depuis ce que certains ont convenu d’appeler “la crise post-électorale de 2010-2011”. Depuis cet été et encore ces derniers jours, les actes de guerilla se multiplient, faisant des morts et terrorisant les populations.
    Mais le bourbier de la violence et des règlements de comptes entre miliciens pro
    gouvernementaux n’est pas la seul plaie que connait Abidjan la belle. En plus de ces orages guerriers qui frappent la Côte d’Ivoire, la chèreté de la vie, plus sournoisement encore, fait sa part.
    Aujourd’hui, la Côte d’Ivoire ressemble à une banlieue française dans laquelle l’on a repeint les mûrs des immeubles, refait les routes à neuf. Mais derrière ces belles facades, c’est la même misère, la même violence. C’EST TOUJOURS LA MEME !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils