L’éditorial de Henry Agré: alassane dramane ouattara ou la chronique d’un criminel annoncé

L’éditorial de Henry Agré: alassane dramane ouattara ou la chronique d’un criminel annoncé

Dramane Ouattara Bandit de grand chemin

Les Européens ont connu Adolf Hitler. Beaucoup parmi eux ont lu Mein Kampf, son livre-manifeste du national-socialisme.

L’invitation au voyage initiatique du fascisme et du tribalisme envoyée par alassane dramane ouattara est un non-sens puis une détresse comportementale. Le genre humain qui a élu domicile en Côte d’ivoire n’a pas besoin de cette immoralité. En excitant quelques hurluberlus à le suivre dans son égarement, celui qui s’est auto-proclamé premier vicomte de Kong s’est désolidarisé de toutes les composantes de la vertu.

D’un coup d’état à l’autre, d’une série de massacres à l’autre, la marée tribaliste du pervers narcissique alassane dramane ouattara a apposé son sceau sur notre pays. Cette singulière signature qui est de sang nous ramène au matin du 19 septembre 2002. S’il est des dates qui font l’histoire d’un peuple, celle-ci n’en fait pas partie. Parce que l’histoire, multidimensionnelle est chevaleresque. Et sa grandeur ne saurait souffrir de quelque lâcheté.

En revanche, lorsqu’un pays est trahi par un de ses enfants en le poignardant avec une assistance matérielle puis humaine exogène, et ce au sortir d’un Forum de Réconciliation Nationale, l’histoire rime avec poubelle.

Adolf Hitler, en ordonnant de s’en prendre à des enfants, à des femmes et à des grabataires a démontré à posteriori que son message n’en était pas un, mais qu’en tant qu’homme, il n’était qu’un lâche. En instituant le rattrapage ethnique en Côte d’ivoire, l’imposteur et sauteur de clôture originaire de Kong est entré dans le cercle des lâches. Hier, il a été lâche en faisant cliver son lieu de naissance qui se trouve selon lui, tantôt à Kong et tantôt à Dimbokro. Aujourd’hui, il est toujours lâche en déterminant les personnes selon leur appartenance ethnique, raciale et religieuse. Surtout, il est un lâche multiple qui fabrique des goulags et y déporte d’innocentes personnes.

Les histrions n’ont pas de certitude car, ils ne maîtrisent pas ce qui est rationnel. Le vieux nègre de Kong est allé à la bonne école de l’histrionisme, il ne saurait déroger à la règle. Voilà dix ans de cela, l’acte qu’il a posé a semé la mort dans notre pays. Son coup d’état manqué qui s’est transformé en rébellion a emporté le célèbre musicien ivoirien Marcellin Yacé, tombé lui aussi sous les balles assassines de ceux qui deviendront plus tard les FRCI.

Il y a dix ans de cela, en attaquant notre pays et ses institutions, alassane dramane ouattara a ouvert une chronique. Celle-ci, dans un de ses paragraphes, stipulait que les journaux et les journalistes ivoiriens qui ne sont pas de ses griots, soient bannis de notre territoire. Dix ans, cela se commémore. Ce n’est pas un anniversaire comme tant d’autres. C’est le dixième anniversaire des actes immoraux posés par le Pétain ivoirien.

L’histoire vraie et officielle de la Côte d’ivoire ignorera en temps utile ceux qui doivent être ignorés. Cependant, nous devons marquer de notre empreinte cette date du 19 septembre. Demain, beaucoup de journaux ne paraîtront pas en Côte d’ivoire parce que alassane dramane ouattara, un homme illégal arrivé dans notre palais présidentiel dans les valises de Nicolas Sarkozy les a suspendus. Demain, Ivoire-Politique paraîtra et sera à la pointe du combat contre le rattrapage ethnique puis contre toutes les atteintes aux biens et aux personnes vivant en Côte d’ivoire.

***************’

Henry Agré

Source : Infodabidjan

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :