Cibouton
Le sergent chef Serge Hervé Kribié de la police anti-drogue est mort récemment au poste de contrôle des FRCI à San-Pedro des suites de tortures selon des témoins oculaires. Ceux-ci accusent le capitaine Fofana de la BSP (Brigade de la Sécurité Particulière), le capitaine Béma, commandant des FRCI à San-Pedro, le préfet de police, Ouattara Seydou et le maître principal Koffi Augustin de la base navale des sapeurs pompiers (BNSP).

La direction de la police des stupéfiants et de la drogue (DPSD) est actuellement sans nouvelle du sergent Serge Hervé Kribié, en service à San-Pedro. Arrêté par des éléments des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire au début de la semaine du 27 août au 1er septembre 2012 dans cette ville portuaire, il a été torturé par ces soldats d’Alassane Dramane Ouattara.

Selon des sources concordantes, il a été électrocuté. Comment cette torture s’est-elle effectuée ? Selon nos informations, il a été menotté à un poteau électrique. Ses bourreaux ont versé deux sceaux d’eau sur lui et ont sectionné un fil électrique du poteau en question. L’électrocution n’a pas tardé et ce policier qui ne l’a pas supporté, est mort. Toujours selon nos sources, les auteurs de ce meurtre se font beaucoup de soucis. Ils chercheraient des moyens pour dissimuler le corps de leur victime.

Le défunt Serge Hervé Kribié n’est pas le seul à subir cette forme de torture. En effet, le maître Nioulé de la marine nationale, le sergent chef Tié de la police nationale, Yobo Hervé, sapeur pompier au port de San-Pedro, Goh Bi, agent des eaux et forêts, Tchétché Martial en service à la préfecture de police et des jeunes du COJEP auraient, eux aussi, subi la torture par électrocution. Heureusement pour eux, ils ont survécu à cette forme de violation des droits humains. Mais un militant du COJEP qui se prénomme Olivier avait perdu connaissance au cours de sa torture. L’un de ses camarades du nom de Sékou a été sauvé in extrémis grâce à l’intervention de Yobo Hervé, le sapeur pompier. «Je suis un militaire des FRCI et j’ai suivi tout ce qui s’est passé. Cela me révolte car on parle de réconciliation. Raison pour laquelle, je donne cette information. Le capitaine Fofana de la BSP (Brigade de la Sécurité Particulière), le capitaine Béma, commandant des FRCI à San-Pedro, le préfet de police, Ouattara Seydou, le maître principal Koffi Augustin de la base navale des sapeurs pompiers (BNSP) sont tous coupables de cet assassinat et de ces tortures. Il faut retenir que tous les autres détenus ont été transférés à Abidjan vers une destination inconnue.

Je suis inquiet pour eux. Nous sommes des frères d’armes et nous sommes appelés à vivre ensemble. Il n’y a jamais eu d’attaque à San-Pedro ni de découverte d’armes. On ne peut pas tuer sur la base des rumeurs», a déclaré notre informateur sous le couvert de l’anonymat. Il est surtout révolté et accuse ses frères d’arme parce qu’il sait que ce sont eux qui ont initié l’opération qui a conduit à l’arrestation des pro-Gbagbo et de leur torture.

Hier, sous le coup de 18h, nous avons pu joindre le capitaine Béma, commandant des FRCI de San-Pedro avec qui nous n’avons pu échanger jusqu’au bout. Il était au volant de sa voiture et avait des difficultés pour comprendre ce que nous lui disions. Nous espérons que la communication sera plus aisée aujourd’hui.

 Source: Une correspondance d’Emile Kian

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.